Le Setcoin, cette cryptomonnaie qui veut fédérer le monde du tennis

Sommes-nous en passe de connaître une tokenisation complète de notre société ? Sans en être encore-là, les cryptomonnaies continuent de se développer. Et le sport semble être le parfait vecteur. Cette fois, c’est au tour des sports de raquette de prendre le pli.

Le football, le basket-ball ou encore le surf. Nombreux sont les sports à prendre le virage des cryptomonnaies. C’est finalement au tour des sports de raquette de suivre cette dynamique. Avec plus de 650 millions de joueurs dans le monde, et à l’orée de Roland Garros, l’entreprise Setteo a lancé le Setcoin, une cryptomonnaie qui pourrait enfin unifier les sports de raquette.

« Une monnaie pas seulement spéculative mais bien utile »

Les amateurs de sports de raquette le savent plus que quiconque : les différentes fédérations, aussi bien au sein d’un même pays qu’internationales, ont bien souvent du mal à se mettre d’accord sur de nombreux points. Ainsi, le rattachement « forcé » de la fédération française padel à la fédération française de tennis avait fait bondir les pratiquants.

Mais un semblant d’entente pourrait voir le jour avec le Setcoin. Cette cryptomonnaie est censée permettre plusieurs actions pratiques comme la réservation facilitée et automatisée de courts ou de matériel, le paiement des licences ou encore l’achat de produits dérivés. 

Contactée par nos soins, l’entreprise Setteo espère aussi pouvoir analyser les plus grands postes de dépenses de ces cryptomonnaies, sans pour autant tracer les transactions, afin de faire remonter les exigences du public. 

Néanmoins, il existe encore quelques zones d’ombres qui mériteront d’être éclaircies pour cette monnaie qui est encore au stade de l’ICO (elle prendra fin le 15 juillet 2018). Cette monnaie n’aurait pas nature à être spéculative. Néanmoins, sa non-ouverture au marché actuel est inenvisageable si elle doit être globalisée. 

De même, comment seront déterminés et analysés ces fameux postes de dépenses ? Enfin, cette volonté de limiter aussi bien dans l’utilisation que dans la rétention cette cryptomonnaie fait craindre une possible régulation. Donc une possible taxation. Un bon moyen de décourager les investisseurs potentiels…

Les stars sont néanmoins conquises !

Malgré ces quelques interrogations, le lancement de la cryptomonnaie semble correspondre aux attentes de ses concepteurs. Ces derniers nous confirment « être dans les chiffres avec un début satisfaisant ». 

Et pour cause, ils ont pu compter sur le soutien des stars des courts. L’un des premiers à s’être lancé est le 10e meilleur joueur mondial de tennis : David Goffin. Présent à Madrid, il a tout simplement acquis 12 000 Setcoins pour environ 10 000€. Avec un premier achat à la clé : une paire de lunettes. Si l’achat n’a rien d’extraordinaire, la symbolique est là.

Il n’est pas le seul à s’être laissé séduire par la montée des nouvelles technologies, entre blockchain et cryptomonnaie. Ali Farag, n°3 mondial en squash et Agustin Tapia, l’étoile montante du padel argentin, auraient d’ores et déjà franchi le pas.

D’après les dernières indiscrétions du circuit, le Setcoin serait en passe de séduire « quelques autres gros joueurs dont un français ». Difficile d’en savoir plus pour l’instant mais s’ils sont du calibre des joueurs cités précédemment, on peut s’attendre à quelques pépites classées plus haut que la 50e place ATP.  

Je suis très heureux de participer au lancement du Setcoin. Cette devise ne facilitera pas seulement les transactions en ligne, mais récompensera également les joueurs et organisateurs les plus actifs de la communauté du tennis.

David Goffin, joueur de tennis, N°10 ATP

1 commentaire sur Le Setcoin, cette cryptomonnaie qui veut fédérer le monde du tennis

  1. Ah bon ! Une cryptomonnaies aussi pour le secteur du tennis ? Décidément, que deviendront alors le btc, l’eth, bch, ltc, ripple et les autres monnaies que je trouve sur cette plateforme Bitcinternational.com ? Est-ce que le setcoin est une monnaie que seuls les tennisman doivent acheter ? Pour ma part, je n’ai pas besoin de tellement se monnaies pour me faire du fric. Je choisis juste les monnaies les plus prometteuses, j’achète et je revends. Mes bénéfices me permettent de faire autre chose de plus rentable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Tesla : mythe et zombie, par Simone Wapler

Cet article provient du site La Chronique Agora. Elon Musk est de moins en moins crédible et l’avantage compétitif de...

Fermer