Les entrepreneurs, grands orphelins de la présidentielle

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 2922 fois

Article écrit pour Atlantico.

Pour les entrepreneurs, l’élection présidentielle va constituer un dilemme coriace. Pour qui voter, alors qu’aucun candidat ne semble avoir compris les préoccupations des 2,5 millions de Français qui dirigent une entreprise?

Quelles sont les préoccupations majeures des entrepreneurs?

Contrairement à d’autres groupes sociaux où les attentes sont plus diffuses, les entrepreneurs ont globalement une conscience assez homogène de leur vision politique. Le dernier baromètre Fiducial l’a montré. Les entrepreneurs considèrent à 81% que la fiscalité est inéquitable, et à plus de 90% que les prélèvements sociaux sont trop élevés.

Les “indépendants”, comme on dit, sont donc unis par une vision structurée de la situation politique. Ils plaident globalement pour une réforme fiscale profonde, et à une très écrasante majorité pour une remise à plat radicale du financement de la protection sociale. Ce point mérite d’être marqué, car il prouve que l’attente des entrepreneurs est grande sur les questions liées au bien-être commun et pas seulement sur les problèmes patronaux immédiats.

Un point exclu des programmes politiques

Sur la question du financement de la protection sociale, qui est la plus importante et la plus unanime pour les entrepreneurs, la déception vis-à-vis des programmes politiques avancés jusqu’ici est immense. En particulier, du côté des Républicains, aucun candidat ne semble décidé à prendre le taureau par les cornes. Tout se passe comme si la droite française, face au fameux “modèle social” français, était prise des mêmes tremblements que la poule face au couteau.

Cet immobilisme ou ce manque d’imagination sont d’autant plus consternants que la sécurité sociale apporte de moins en moins de services pour un coût de plus en plus élevé. Après les absurdes réformes portées par Marisol Touraine, qui ont beaucoup dégradé des bienfaits déjà contestables du système, on aurait pu s’attendre à plus d’audace.

Le dommageable silence sur le RSI

Dans ces questions de protection sociale, on ne peut évidemment ignorer qu’un point fondamental porte sur l’avenir du RSI. Pour tous les entrepreneurs, le RSI est devenu le synonyme du désamour que la France leur porte et de cette insane obsession de faire entrer un monde rond – celui de l’économie française – dans le carré étroit d’un système de protection sociale complètement dépassé. Par un populisme imbécile, Jean-Pierre Raffarin, aidé de deux funestes accolytes: Jean-Pierre Bas et Renaud Dutreil, avait décidé de créer une caisse unique là où existait une diversité approximative. Cette opération s’est traduite par un désastre financier (plusieurs centaines de millions d’euros engloutis dans des erreurs administratives) et sociétal (des dizaines de milliers d’entrepreneurs déclarés “libérés de la Sécu” après de folles tracasseries administratives). Que propose la droite, aujourd’hui, pour réparer le mal commis à cette époque?

Rien.

Rompre avec la déresponsabilisation française

Tous les entrepreneurs français le savent: la société se déresponsabilise chaque jour un peu plus. Là encore, la protection sociale exprime très bien cette perte de repères qui domine la France contemporaine. La sécurité sociale est synonyme de “rasage gratis”. Je suis immatriculé à ma naissance, donc j’ai droit, sans payer. L’accroissement, année après année, du “trou” de la sécurité sociale prouve que les gouvernements qui se succèdent préfèrent recourir aux expédients pour préserver la paix sociale, plutôt que de révéler la vérité des prix. En principe, tout déficit de la sécurité sociale devrait entraîner une augmentation de la Contribution au Remboursement de la Dette Sociale. Aucun gouvernement n’ose mettre en branle ce mécanisme, et préfère maintenir la fiction selon laquelle la France peut continuer à “s’assurer” sans augmenter ses tarifs.

Là encore, aucun candidat de droite ne propose de véritable solution pour instaurer un mécanisme automatique d’affichage des prix réels de la sécurité sociale.

Se souvenir de la résistance française à la Sécu

S’agissant des entrepreneurs, il ne serait pourtant pas absurde que la droite manifeste

 

print
A propos Éric Verhaeghe 148 Articles
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Paris, 12e capitale européenne pour la satisfaction culturelle

Paris, LA capitale romantique ? De moins en moins pour ses habitants, en tout cas au niveau culturel. Selon une...

Fermer