Les médias vont-ils priver les Français d’une vraie présidentielle?

Temps de lecture : 4 minutes

Cet article a été lu 22930 fois

L’atmosphère délétère qui règne dans le pays conduira à priver les Français d’une véritable présidentielle? En regardant BFM TV hier soir pendant une heure et demie, et en feuilletant la presse de-ci de-là, c’est quand même bien le sentiment qu’on peut avoir.

Pendant 90 minutes, BFM n’évoque que trois candidats

J’ai regardé BFM TV hier soir entre 21 heures et 22 heures 30, d’une oreille discrète comme toujours le soir quand je prépare mes papiers du lendemain. Sauf à ce que mon inattention ait été plus grande que d’habitude, j’ai retenu deux idées martelées pendant toute la soirée.

La première est que François Fillon n’ose plus sortir de chez lui et qu’il évite soigneusement le contact avec les vraies gens. Un commentateur expliquait même que son discours était inaudible depuis les affaires Pénélope. D’ailleurs, ledit commentateur n’a pas jugé utile de relayer les propos du candidat.

La deuxième est qu’un sondage publié dans la journée donnait pour la première fois Macron deuxième du premier tour, derrière Marine Le Pen. Donc, deux débats ont suivi, opposant le camp Macron et le camp Le Pen. Plus la peine de parler d’autre chose. Et voilà, c’est fait, Mesdames et Messieurs, le résultat du premier tour est proclamé par BFM.

Et Hamon? et Mélenchon? et Dupont-Aignan? et Jadot? visiblement, ils ne font plus partie de l’actualité.

Pas une question pertinente des journalistes

Au passage, les deux débats entre les deux camps (Rachline puis Philippot pour le Front, Ferrand puis Griveaux pour Macron) se sont résumés à ce qu’on déteste: des confrontations oeil pour oeil dent pour dent sur le thème de: “C’est moi qui en ai une plus grosse”.

Pourtant, le matin, la Cour des Comptes avait alerté sur l’état des finances publiques et sur la contrainte que celles-ci exerceraient sur le prochain quinquennat. Mais ni les partisans de Macron ni les partisans de Le Pen n’avaient manifestement envie d’expliquer comment leur héros prendrait ces recommandations en compte.

Et là, tu comprends que ni Macron ni Le Pen n’ont la moindre idée sur les réformes de structure qu’ils vont mener s’ils arrivent au pouvoir.

Macron, fabriqué de toutes pièces par les medias

Il y a quelques jours, une journaliste de l’AFP m’a appelé pour m’interviewer sur les préoccupations des start-uppers dans le cadre de la présidentielle Naïvement, j’ai commencé à parler du RSI, de la complexité réglementaire, et toutes choses qu’elle n’avait manifestement pas envie d’entendre. Elle m’a sèchement coupé la parole pour me demander:

“Mais enfin, est-ce que vous aussi vous considérer que Macron est le candidat qui vous représente le mieux?”

Elle avait manifestement une commande de sa hiérarchie: présenter Macron comme l’homme de la modernité, l’homme des entrepreneurs.

“Vous me confirmez que les entrepreneurs du numérique sont centre gauche et détestent les extrêmes?”

Voilà ce qui s’appelle orienter l’information. J’imagine que cette propagandiste doit, le samedi en famille, donner de grandes leçons de déontologie et d’indépendance de la presse.

Où l’on comprend pourquoi Drahi a acheté des groupes de presse

La campagne des présidentielles permet de comprendre pourquoi Patrick Drahi, ce Ponzi des temps modernes, peut-être devenu too big to fail au point de tenir le pays par la catastrophe qu’il causerait s’il était mis en difficulté, a acheté autant de titres et de medias. Pendant six mois tous les cinq ans, sa machine se mettra “En Marche!” pour pousser le candidat dont il a besoin pour prospérer.

Désolé, mais qu’on ne me demande de dire du bien de ce système fondé sur les illusions télévisuelles et sur l’illusion qu’on gouverne avec des illusions.

Tous ces gens font des calculs à court terme qui tue la bête, la République, à petits feux. Là où il faudrait une thérapie durable et responsable pour reconstituer le patrimoine qu’ils sont en train de dilapider.

Vers la présidentielle la plus fermée qu’on n’ait jamais eue?

Il y a quelques semaines, comme beaucoup, j’imaginais que la présidentielle de 2017 serait ouverte et aurait le mérite d’ouvrir un véritable débat sur les programmes et les solutions collectives à adopter pour redresser le pays. Les débats qui avaient eu lieu aux primaires laissaient augurer le meilleur. Avec la complicité, de mon point de vue coupable, du Canard Enchaîné, le débat dont nous avions besoin s’est transformé en champ d’ordures. On nous a volé notre présidentielle.

Le Canard Enchaîné pouvait-il priver les Français de leur débat?

Bien entendu que le Canard dispose des éléments qu’il a publiés depuis plusieurs semaines. De façon très professionnelle, le journal fait ses choux gras de “scoops” bien documentés qui vont lui rapporter de l’argent et accroître sa cagnotte. C’est bien légitime d’un point de vue commercial.

Politiquement, le choix fait par l’hebdomadaire laisse quand même perplexe. Les patrons du Canard ont intentionnellement torpillé une candidature qui devait être majoritaire dans le pays. Par ce choix éditorial, la moitié de l’opinion, ou en tout cas une grande part d’entre elle, est privée d’une voix au scrutin. Il est en effet évident que Fillon est aujourd’hui carbonisé et que le débat ne se tient plus dans des termes satisfaisants.

Dieu (ou l’un de ses substituts selon les croyances de chacun) seul sait dans quelle aventure le Canard nous a embarqués.

print

6 commentaires sur Les médias vont-ils priver les Français d’une vraie présidentielle?

  1. bravo belle analyse que je partage. la situation est désespérante, les vrais débats sont occultés on est parti pour au minimum à nouveau 5 ans d’immobilisme au mieux, au pire une expérience populiste qui va nous terrasser. C’est la trahison des clercs les nouveaux intellectuels du 21ème siècle, ce sont les journalistes mais c’est en accord un cran en dessous de ce qui c’est passé dans les années 30.

  2. Vous terminez votre excellent papier par:
    ” …Il est en effet évident que Fillon est aujourd’hui carbonisé”.
    Pardonnez-moi d’avoir une vision différente ! Ayant enfin vu la lumière (!), j’ai abandonné Paris 17ème en novembre dernier pour venir m’installer dans le Val de Loire: 4 gros avantages:
    1/ on y rencontre des compatriotes français
    2/ l’air y est pur … et les bords de Loire, somptueux
    3/ on peut y faire du sport facilement
    4/ la vie y est 30 à 40 % moins chère qu’à Paris.
    Et bien je peux vous dire que, sur le plan politique, alors que l’électorat amboisien est environ 50 droite/50 gauche, je n’ai pas rencontré UN SEUL AMBOISIEN qui:
    a) ne soit pas animé d’une colère froide à l’égard des médias qui, disent-ils, leur volent leur présidentielle;
    b) ne m’aient pas dit que si FF n’est pas au second tour, ils voteraient Marine Le Pen (pour – disent-ils- “faire chier Hollande, Z’Ayrault, Hamon, les écolos et tous les autres clowns qui ont fragilisé la France pendant 5 ans”).
    Alors, s’ils regrettent de peut-être ne pas pouvoir voter FF au 2nd tour, ça veut dire qu’ils voteront pour lui au premier. Les pseudo-sondages sont organisés par des “pro-Macron” mondialistes et leurs pseudo-résultats sont bidons, je n’en crois pas un mot. Et je prends donc avec vous le pari – aujourd’hui osé ! – que le second tour opposera F Fillon (27 % au premier) et M Le Pen (24 % au premier).

  3. Bonsoir,

    J’aurais aimé que vous citiez également dans les candidats non-représentés : François Asselineau (UPR) , très bon historien au passage (lorsque l’on sait que la compréhension des maux d’aujourd’hui passe par l’assimilation des évènements passés !) et le seul lucide sur le fait qu’il faille sortir de l’Europe et de l’OTAN (vidéos d’Étienne Chouard pour étayer le sujet) .
    Le second c’est Alexandre Jardin, (Les Citoyens) qui se présente “de force” car il faut bien UNE personne légalement, mais qui veut parler au nom de tous !
    A mon sens, Mélenchon ne fait que reprendre les idées de Chouard tel un “opportuniste” qui sent le grondement de la rue monter !
    Si vous voulez connaître le vainqueur des élections, il vous suffit de regarder le cover de “The Économist 2017 ” et étudier à QUI appartient cette revue !

  4. Comment ne pas voter pour Marine Le pen j habite en indre et loire. a Blere je peux témoignera les gens n en peuvent plus d être abandonnés par les politiques et notamment la gauche la révolte gronde c est un avertissement à ceux qui ne voient que Paris et pasla France des sans dents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La Cour des Comptes annonce un quinquennat de tous les dangers

Il faut lire le rapport annuel de la Cour des Comptes. D'abord parce qu'il a le bon goût d'étriller les...

Fermer