Les particuliers loueurs pourront échapper au RSI!

Article initialement paru sur l’Echo touristique.

Les particuliers loueurs ne seront finalement pas obligés de s’inscrire comme auto-entrepreneurs.

L’Assemblée a retouché, lundi, l’article du projet de budget de la sécurité sociale sur l’économie collaborative. Le texte, qui était examiné en nouvelle lecture par les députés, prévoit de faire payer des cotisations sociales aux particuliers louant des biens via des plates-formes de la sharing economy, au-delà d’un certain seuil de revenus (7 720 euros pour les biens meubles comme les voitures, et 23 000 euros pour l’immobilier).

Simplifier les démarches

A l’initiative du gouvernement, il ne sera finalement pas obligatoire pour les particuliers loueurs d’appartements via des acteurs comme Airbnb, au-delà de 23 000 euros de revenus annuels, de s’affilier comme autoentrepreneur au Régime social des indépendants (RSI) : ces personnes auront l’option de verser les cotisations liées à leur activité au régime général.

Cette disposition permettra de « simplifier les démarches des personnes qui exercent ces activités professionnelles accessoires », selon le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert. Un objectif qui correspond aux attentes d’Airbnb, notamment.

Des dispositions pour les gîtes ruraux

L’amendement adopté permettra également aux quelque gîtes ruraux « qui auraient subi un effet de seuil trop important » de conserver un système d’abattement forfaitaire, plutôt que de cotiser sur leurs revenus réels, selon le gouvernement.

Les députés ont également décidé, avec l’aval de Christian Eckert, et via un amendement socialiste, de supprimer la mention de zonages pour l’application de la mesure, afin qu’elle ait « une portée générale et permanente sur l’ensemble du territoire ».

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Sachons faire bon usage du classement PISA

Article sur le classement PISA paru sur le site The Conversation, sous la signature de Charles Hadji. Sur The Conversation,...

Fermer