Les salaires du secteur privé ont baissé de 0,4% en un an

Le ministère du travail vient de confirmer ce que les gilets jaunes crient depuis plusieurs semaines : le coût de la vie augmente bien plus que les salaires. Une étude publiée aujourd’hui montre que depuis décembre 2017 les salaires du secteur privé ont été dépassés par les prix à la consommation (en dehors du tabac).

Il en découle qu’en euros constants, c’est une baisse de salaire qui est constatée. Cette statistique confirme ce que les salariés ressentent au quotidien et montre que la relance de l’économie est loin d’être acquise.

Une baisse des salaires de 0,4% sur un an

Les données de la Dares expliquent que, de septembre 2017 à septembre 2018, le salaire mensuel de base des salariés du privé a augmenté de 1,5%. Dans le même temps, les prix à la consommation (hors tabac) ont augmenté de 1,9%. L’étude en conclut que sur un an, les salaires en euros constants ont diminué de 0,4% dans l’ensemble des secteurs. 

D’après les graphiques proposés par l’étude (ci-dessous), on voit clairement une baisse depuis le début du 2e trimestre de l’année 2018. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées mais les plus touchées semblent être les employés. Les cadres sont ceux qui subissent le moins cette baisse. 

 

L’étude de la Dares (dépendante du ministère du travail) tient malgré tout à mettre l’accent sur l’évolution de l’indice du salaire mensuel de base qui, lui, reste dans le vert si on ne le compare pas aux prix à la consommation. Les augmentations restent malgré tout très faibles avec une hausse de 0,3% pour les ouvriers, les professions intermédiaires et les cadres au 3e trimestre 2018, tandis que les employés n’ont connu qu’une hausse de 0,2%. 

1 commentaire sur Les salaires du secteur privé ont baissé de 0,4% en un an

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Gilets Jaunes : plusieurs entreprises pourraient ne pas s’en relever

Difficile de faire une omelette sans casser des oeufs. Alors que le gouvernement n'est plus déterminé à "garder le cap" face...

Fermer