L’étrange non-politique africaine d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron revient de trois jours de visite officielle au Sénégal, moment obligé de la politique africaine en France. Les images people se sont succédées, façon Françafrique, et on commence à voir quelle inflexion Emmanuel Macron veut donner aux relations avec ce continent longtemps sous influence française. Fidèle à son discours de Ouagadougou, Emmanuel Macron dit vouloir abandonner la doctrine historique de la France en Afrique. Et si le Président n’avait pas de doctrine sur le sujet?

Que cela soit dit: la France n’a plus de politique africaine! Au Sénégal, là où Sarkozy s’était fâché avec l’Afrique francophone lors d’un discours tonitruant rédigé par Henri Guaino, Emmanuel Macron a exposé sa contre-doctrine, dans la foulée du discours de Ouagadougou. Et on en reste bouche bée.

La non-politique africaine: une nouvelle vision

La méthode déconcerte. Notre Macron national, d’ordinaire si prolixe en discours surabondant, parfois interminables (pour souvent ne pas dire grand chose), n’en a pas prononcé, au Sénégal, un seul sur la politique africaine qu’il entend mener. C’est au Journal du Dimanche qu’il s’est adressé pour dire sa vision, comme si le sujet ne concernait que les journalistes français et pas les Africains (voir ci-contre). 

On comprend bien l’inspiration générale. À Ougadougou, Macron avait d’ailleurs dit:

je ne vais pas venir vous dire que nous allons faire un grand discours pour ouvrir une nouvelle page de la relation entre la France et l’Afrique. Ou je ne suis pas venu ici vous dire quelle est la politique africaine de la France comme d’aucuns le prétendent. Parce qu’il n’y a plus de politique africaine de la France !!

Tout était effectivement dit: le président Macron ne porte plus de politique africaine. Certains s’en réjouiront. D’autres plaideront qu’il s’agit d’une simple normalisation. 

On peut se demander s’il ne s’agit pas tout simplement d’une limite désormais atteinte par le Président: peut-être, qu’au fond, Emmanuel Macron n’a pas de vision concernant l’Afrique, parce qu’il n’a jamais vraiment réfléchi au sujet. 

Une politique de visas simplifiés avec le Sénégal

Dans les micro-annonces de son voyage au Sénégal, certaines mesures sont passées inaperçues. En particulier, le président a annoncé la mise en place de visas de circulation ainsi présentés dans la presse africaine:

visas de circulation qui permettent aux étudiants, aux académiques, aux politiques, aux hommes et femmes d’affaires de circuler beaucoup plus librement et sans autres procédures.

Ah! si c’est pour les hommes et les femmes d’affaires, les enseignants et les politiques, tout va bien! Mais il n’est pas sûr que tous les Français aient bien compris que la non-politique africaine d’Emmanuel Macron revienne à ouvrir les frontières françaises aux Africains. 

En soi, cette décision n’est pas choquante. Mais elle mériterait au minimum un débat national. Curieusement, Emmanuel Macron ne se répand pas sur le sujet dans son interview au JDD.

L’écran de fumée de la lutte contre le réchauffement climatique

Accessoirement, le président a occupé le terrain de la communication en faisant grand cas d’une aide de 15 millions d’euros à Saint-Louis du Sénégal pour lutter contre l’érosion due au réchauffement climatique. C’est évidemment une mesure sympathique. Mais elle reste très anecdotique rapportée au milliard et demi engagé par la France depuis l’an 2000 au Sénégal. 

Un glissement vers une politique au cas par cas?

Reste à savoir si l’effet de communication sur ce micro-projet (comparé aux grandes politiques de concessions menées en Afrique) cache un renversement effectif de l’action bilatérale française en Afrique. Décidons-nous de ne plus soutenir politiquement les régimes en place? de nous contenter de financer au cas par cas des projets ponctuels qui nous semblent utiles? s’agit-il d’une volonté de renoncer à long terme à la « Françafrique », cette influence politique française dans une espèce de division internationale du travail?

La France laisse-t-elle peu à peu la place à la Chine et aux États-Unis?

Derrière ce mouvement en apparence sympathique (on aime tous la lutte contre les effets du réchauffement climatique en Afrique), la question est de savoir si la France a une vision durable d’un nouveau partenariat avec ce continent, ou si elle se contente simplement de reculer peu à peu et de laisser la place aux autres. Car l’Afrique fait l’objet de puissantes convoitises de la part de la Chine et des États-Unis. Avons-nous décidé de leur laisser le champ libre?

Là encore, tout est question de transparence. Si ce choix est assumé, il suffit de l’expliquer: la France n’a plus les moyens de la Françafrique. Elle ne veut plus être un soutien historique à certaines forces politiques du continent. Elle se retire du jeu, et se contente d’être un financeur de projet, comme le peut l’être la Suède, ou le Danemark, ou n’importe quel modeste État-membre de l’Union. 

Vers une politique migratoire tournée vers les élites

On notera par ailleurs que les choix d’Emmanuel Macron laissent à penser que la France a décidé de pratiquer, sans le dire, une politique migratoire sélective. Des visas de circulation pour les diplômés africains dont nous avons besoin, et le tour est joué. 

Reste à simplifier désormais les formalités de recrutement d’étudiants africains dans les entreprises françaises. 

 « C’est un changement de méthode profond, explique le Président au JDD. Nous avons défini des priorités : éducation, santé, environnement, français et culture. Il s’agit désormais de travailler sur des projets concrets qui correspondent dans ce cadre à la stratégie des gouvernements ou des sociétés civiles. Il s’agit aussi d’assurer un suivi dans la durée. La France ne doit plus être une sorte de pays rêvé, dans lequel tout le monde peut s’imaginer un avenir rêvé, mais elle doit agir sur le terrain. La jeunesse africaine a à se construire un avenir choisi. C’est tout l’objet de ce déplacement au Sénégal. Aider le gouvernement sur l’éducation. Porter des projets qui changent la vie concrète des sénégalaises et des sénégalais : le TER, la construction des collèges, la lutte contre l’érosion côtière à Saint-Louis. »

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Législatives partielles: En Marche arrière pour Macron - Décider et Entreprendre
  2. Législatives partielles: En Marche arrière pour Macron - Jusqu'ici, tout va bien...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Fonctionnaires: une brève histoire (séculaire) de la prime au mérite

Chaque gouvernement prétend réformer l'État en instaurant une prime au mérite. Le seul problème est que cette idée est vieille...

Fermer