L’UE veut se doter d’une Union pour l’investissement et l’innovation

Avec le Brexit qui se profile de plus en plus (Le Royaume-Uni devrait sortir de l’Union Européenne en mars 2019), l’Union Européenne devrait se renforcer. En juin dernier, la Banque de France a rendu public un rapport sur la nécessité de construire un « triangle de croissance » qui servira l’investissement et l’innovation. 

On notera que cette union de financement viendra se substituer à l’Union bancaire qui est en fin de vie. 

Le chant du signe de l’Union bancaire

Crée en 2014 après la crise de la zone euro, cette union était considérée comme l’une des plus grandes étapes vers un fédéralisme européen depuis la création de l’euro. La volonté affichée était de briser le lien entre la crise bancaire et la dette souveraine.

D’ici 2025, les 130 banques qui sont supervisées par cette union, devaient créer un fonds de garantie des dépôts pour contrer une éventuelle nouvelle dette. Son plafond devait atteindre les 55 milliards d’euros. Seulement, « les modalités précises de participation des banques ne sont pas claires ». En fait, les experts craignent que compte-tenu de leurs tailles, les banques françaises paient pour celles des autres pays. 

Sachant que si une telle somme est bel et bien réunie, elle apparaîtra bien faible face à une véritable crise systémique, on est en droit de se demander quelles sont les sécurités que nous possédons et possèderons, si jamais une telle crise venait à se déclencher dans les années à venir. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
42 millions d’euros de déficit, la Cour des comptes épingle la gestion désastreuse des établissements sanitaires

Le rapport annuel de la Cour des comptes sur la Sécurité Sociale vient d'être rendu public. Et comme souvent, toutes...

Fermer