L’implosion de l’hôpital public: quelques témoignages

Temps de lecture : 4 minutes

Cet article a été lu 8594 fois

Alors que la Ministre de la Santé multiplie les déclarations rassurantes sur l’hôpital public et sa situation en plein épidémie de grippe, voici quelques témoignages de terrain sur la réalité.

Le syndicat des internes dénonce la passivité des pouvoirs publics

Le syndicat des internes a clairement pris position sur la crise de la grippe par ce communiqué:

Ce mercredi 11 janvier, Santé Publique France publie son bulletin épidémiologique hebdomadaire. Le constat est alarmant.

L’épidémie de grippe qui sévit en France n’est pas sans rappeler celle de 2014-15. Mme Marisol Touraine, Ministre de la santé, appelle de nouveau les hôpitaux à reporter les opérations non urgentes pour libérer des lits.

Comme lors de la dernière épidémie de cette ampleur, les urgences sont saturées, les hôpitaux dépassent leurs capacités d’accueil.

Les internes s’inquiètent de l’absence de réponse adaptée des pouvoirs publics pour anticiper, prévenir et organiser le système de santé.

L’ISNI demande au gouvernement de s’enquérir de la santé des français. Les médecins de demain interpellent les candidats à l’Elysée et demandent à ce qu’ils soient force de proposition sur les thématiques santé.

Plus loin que les mesures de prévention clairement insuffisantes, il est nécessaire de repenser la réponse sanitaire et de travailler à des solutions innovantes.

Il faut revoir la gestion des situations d’urgence dans son intégralité et restructurer la coordination entre médecine libérale et médecine hospitalière. La mise en place de l’e-santé et du conseil médical dématérialisé pourrait organiser les flux de patients.

Il est temps pour nos dirigeants d’arrêter de « mettre un pansement sur une jambe de bois » et d’avoir le courage politique de revoir en profondeur des réponses actuellement bancales.

L’interne parisienne qui témoigne de la situation dramatique de l’hôpital public

FO illustre la crise de l’hôpital public

Fo Services publics et Santé a publié un communiqué sur la situation dans les hôpitaux publics:

Une campagne médiatique, orchestrée par le gouvernement et tout particulièrement par la ministre Marisol Touraine, rend responsable les personnels soignants de la propagation de l’épidémie de grippe.

Non, Madame la ministre, les personnels ne portent pas la responsabilité de cette épidémie au motif qu’ils ne seraient pas vaccinés. Ils ne l’étaient pas plus les autres années.

Force Ouvrière dénonce l’attitude des employeurs qui vise à organiser une campagne autoritaire de vaccination.

Force Ouvrière condamne la politique de santé menée dans ce pays dont l’objectif est de réduire au maximum les coûts. Politique qui se traduit par des suppressions massives d’emplois, une diminution des budgets dans tous les établissements.

Cette nouvelle crise est la conséquence directe de la politique d’austérité budgétaire menée par les Gouvernements successifs.

Elle aboutit à une dégradation de la prise en charge des patients, notamment les plus fragiles.

Face à cette situation, Force Ouvrière exige :

  • Les moyens budgétaires à hauteur des besoins pour les établissements.
  • Des embauches de personnels qualifiés pour dispenser de soins de qualité.
  • L’abrogation de la Loi Touraine et des plans de destruction successifs de notre système de santé.

Force Ouvrière appelle les personnels des établissements des secteurs privés non lucratifs et lucratifs à se mettre en grève massivement le 7 mars 2017 à l’appel des Fédérations FO – CGT – SUD et à participer à la manifestation nationale à Paris.

La CSMF critique la réaction gouvernementale à l’épidémie

La Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) réagit aux déclarations de Marisol Touraine sur l’épidémie de grippe:

Cette année encore, les médecins doivent faire face à une forte épidémie de grippe dans tout le pays. En quatre semaines, 784.000 personnes ont consulté un médecin de ville pour ce motif.

La ministre de la Santé a bien sûr réagi et, au lieu de soutenir les médecins libéraux et saluer leur dévouement professionnel, se pose en donneuse d’ordre leur demandant de traiter le plus possible les malades « à leur cabinet ou au domicile » et de « n’adresser à l’hôpital que ceux qui ont a priori besoin d’être hospitalisés » !

Nul besoin de ce conseil… c’est évidemment déjà ce qu’ils font, conscients de leur rôle dans cette situation de crise. Quelle méconnaissance de la réalité de terrain et quel mépris à l’égard des médecins libéraux !

Alors que l’hôpital est présenté comme l’unique recours, et d’ailleurs le seul remercié par le président de la République, la CSMF rappelle que plus de 90% des cas sont pris en charge par la médecine de ville, en particulier les médecins généralistes qui font face aussi à un afflux de demandes en soins de la population. Au lieu d’énoncer des évidences pour masquer leurs insuffisances, Marisol Touraine et les services du ministère devraient mieux anticiper une crise qui revient chaque année !

L’engorgement des hôpitaux s’explique notamment par :

  • Le manque de prévention et les messages contradictoires des pouvoirs publics sur la vaccination. Résultat, seuls 52% des 65 ans et plus se sont fait vacciner contre la grippe saisonnière 2015-2016, bien loin de l’objectif de 75% !
  • Le manque de moyens attribués à la médecine de ville en matière de prévention. L’expérimentation de la détention du vaccin contre la grippe dans les cabinets de médecins généralistes a été censurée dans le PLFSS. Au-delà, la CSMF réclame la mise en place de véritables consultations dédiées à la prévention, notamment vaccinale.

La situation actuelle démontre combien une vraie politique vaccinale et un virage ambulatoire avec les moyens nécessaires sont indispensables. Au gouvernement de prendre ses responsabilités.

La CGT souligne l’impact de l’épidémie de grippe sur l’hôpital public

print

1 commentaire sur L’implosion de l’hôpital public: quelques témoignages

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. La sécurité sociale, ce fromage coûteux et dangereux - Jusqu'ici, tout va bien...
  2. Complémentaires santé: Fillon et Mélenchon, un même combat suicidaire? - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Déserts médicaux : les candidats à la présidentielle cherchent le remède

Article paru sur The Conversation sous la signature de Sébastien Bourdin. La question des déserts médicaux s’invite dans la campagne...

Fermer