L’Iran bientôt prête à lancer sa cryptomonnaie nationale pour contourner les sanctions américaines

L’Iran entre dans la phase finale de son processus de lancement d’une cryptomonnaie nationale. Cette dernière doit lui permettre de stabiliser son économie tout en permettant d’échapper aux sanctions économiques dont le pays souffre. 

via GIPHY

Le projet est dans les cartons depuis plusieurs malgré les prises de positions ambigües du gouvernement. L’Iran qui souffre des sanctions financières américaines est en train de développer son projet de mise en place d’un cryptomonnaie nationale pour contourner ces sanctions.

Le Financial Tribune, quotidien iranien, affirme que tous les préparatifs au lancement de la monnaie virtuelles avaient été réalisés. Le président Hassan Rouhani aurait même donné l’ordre de procéder à son lancement.

Feu vert pour se débarrasser des sanctions états-uniennes

L’Iran serait donc à l’avant-garde de procéder à la réglementation et à la régulation sur son sol des cryptomonnaies. Le directeur adjoint du conseil suprême de cyberespace iranien a déclaré à IBENA, un deuxième quotidien iranien, que « des réglementations plus claires en matière de cryptomonnaies allaient voir le jour sous peu. » D’après le quotidien, la banque centrale iranienne serait même prête à rendre publique dès septembre 2018 sa législation définitive sur les cryptomonnaies.

Le lancement de la cryptomonnaie prend donc forme petit à petit. Au cours de l’année, l’Iran avait d’ailleurs interdit aux banques commerciales de réaliser ou faciliter des transactions en cryptomonnaie. Par ailleurs, le gouvernement a tout fait pour stabiliser la valeur de sa monnaie nationale malgré les sanctions économiques dont le pays souffre.

Cette cryptomonnaie soutenue par l’Etat aurait donc l’avantage de se soustraire au réseaux SWIFT et donc aux sanctions économiques prononcées par les Etats-Unis. En théorie, elle permettrait donc à l’Iran de continuer à réaliser des échanges et des transactions avec d’autres pays, tout en ayant une monnaie dont la valeur est seulement régulée par les lois du marché. 

Reste à savoir si le processus a une chance de fonctionner. Et aux vues de l’exemple que constitue le Venezuela et son Petro, rien n’est moins sûr. Lancé en 2018, cette cryptomonnaie nationale censée remplacer le Bolivar dont la valeur s’est écroulée, est aujourd’hui considérée par plusieurs experts comme une arnaque pour masquer la crise économique du pays.

Par ailleurs, plusieurs sites d’évaluation d’ICO ont rendus des avis dans ce sens. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Homéopathie : on saura en 2019 si elle est remboursée ou non

Le ministère de la Santé a adressé une lettre à la Haute Autorité de Santé pour lancer une évaluation de...

Fermer