L’OCDE ne croit pas à une reprise de l’emploi en France

On notera les perspectives économiques de l’OCDE publiées cette semaine. S’agissant de l’emploi en France, l’organisation internationale n’est guère encourageante. Voici ce qu’elle écrit:

Récents développements sur le marché du travail en France

L’amélioration des conditions sur le marché du travail se poursuit et, en moyenne, le taux d’emploi des pays de l’OCDE devrait retrouver son niveau d’avant la crise financière mondiale en 2017, soit environ dix ans après le début de cette crise. La reprise reste toutefois très inégale d’un pays à l’autre, comme d’un groupe à l’autre au sein de la population active. La croissance des salaires réels a également été modeste depuis 2007, soulevant quelques inquiétudes quant à une période prolongée de stagnation des salaires.

  • Le chômage se stabilise enfin en France mais reste élevé, atteignant 9.9 % de la population active en mai 2016, et la décrue va se poursuivre très lentement en 2017.
  • Néanmoins, la France reste à la traine du mouvement de reprise observé dans le reste de l’OCDE. L’écart de taux de chômage s’est fortement accru avec la zone OCDE depuis la crise de 2009 : la France n’accusait qu’un retard de 0.3 points de pourcentage en 2009, contre 3.6 prévus fin 2017. Le différentiel de taux d’emploi est également à son plus haut niveau depuis 10 ans et devrait encore augmenter.
  • Plus de deux chômeurs sur cinq (44%) sont sans emploi depuis un an ou plus contre un sur trois seulement en moyenne dans l’OCDE, faisant peser le risque d’un chômage structurel élevé difficile à réduire dans quelques années.
  • Plus que jamais des réformes structurelles sont nécessaires pour remettre la France sur les rails de la reprise mondiale.
  • Suite à une forte croissance salariale sur la période 2008-10 puis à une modération salariale en 2011, l’évolution des salaires réels en France est depuis lors similaire à celle de la moyenne des pays de l’OCDE.

 

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La France en pleine hécatombe industrielle

Eurostat vient de publier les chiffres de la production industrielle en février en Europe. Ils sont très mauvais, surtout pour...

Fermer