L’Union défend les privilèges des notaires

Temps de lecture : 6 minutes

Cet article a été lu 4497 fois

La Cour de Justice de Luxembourg vient de redire que les notaires pouvaient bénéficier d’une réglementation très protectrice sur le territoire de l’Union.

Les États membres peuvent réserver aux notaires la faculté d’authentifier les signatures apposées sur les documents nécessaires à la création ou au transfert de droits réels immobiliers

Cette exigence contribue à garantir la sécurité juridique des transactions immobilières ainsi que le bon fonctionnement du livre foncier

M me Leopoldine Gertraud Piringer, propriétaire pour moitié d’un bien immobilier situé en Autriche, a signé en République tchèque une demande d’inscription au livre foncier autrichien d’un projet de vente de sa quote-part dans ce bien. Sa signature figurant sur cette demande a été authentifiée par un avocat tchèque conformément au droit tchèque. En effet, ce droit permet aux avocats de procéder à une telle certification.

Mme Piringer a introduit la demande d’inscription auprès du Bezirksgericht Freistadt (tribunal du district de Freistadt, Autriche). Celui-ci a rejeté la demande au motif que, contrairement à ce qu’exige le droit autrichien, la signature du demandeur n’a pas été authentifiée par un tribunal ou un notaire.

Saisi d’un pourvoi en Revision, l’Oberster Gerichtshof (Cour suprême, Autriche) demande à la Cour de justice si la directive sur la libre prestation de services par les avocats ainsi que l’article 56 TFUE sur la libre prestation des services permettent à un État membre de réserver aux notaires la faculté d’authentifier les signatures apposées sur les documents nécessaires à la création ou au transfert de droits réels immobiliers et d’exclure ainsi la possibilité de reconnaître dans cet État membre une telle authentification effectuée par un avocat établi dans un autre État membre.

Dans son arrêt rendu ce jour, la Cour constate que la directive est susceptible de s’appliquer dans des circonstances telles que celles de l’affaire en cause étant donné que ses conditions d’application, posées par l’article 1er, paragraphe 1, de celle-ci, sont remplies en l’espèce. En effet, en premier lieu, la notion d’ « activité d’avocat », au sens de la disposition précitée, couvre non seulement les services juridiques usuellement fournis par les avocats, tels que le conseil juridique ou la représentation et la défense d’un client en justice, mais peut viser également d’autres types de prestations, telles que l’authentification de signatures. En second lieu, l’activité d’avocat qui consiste dans l’authentification d’une signature est soumise au régime de la libre prestation de services dans la mesure où le droit conféré par l’article 56 TFUE aux ressortissants des États membres inclut la libre prestation des services « passive », à savoir la liberté pour les destinataires de services de se rendre dans un autre État membre pour y bénéficier d’un service, tel que la prestation d’un avocat qui y est établi, sans être gênés par des restrictions.

Cependant, la Cour relève que la question posée par l’Oberster Gerichtshof porte précisément sur l’interprétation de l’article 1er, paragraphe 1, deuxième alinéa, de la directive, qui autorise une dérogation à la libre prestation de services par les avocats en prévoyant que les États membres ont la faculté de réserver à des « catégories déterminées d’avocats » la possibilité d’établir des actes authentiques portant, notamment, sur la création ou le transfert de droits réels immobiliers.

À cet égard, la Cour constate que cette dérogation ne vise pas, de manière générale, les différentes catégories de professions juridiques, de sorte que les États membres auraient le droit, en se prévalant de cette disposition, de limiter l’exercice de l’activité d’établissement d’actes authentiques portant sur la création ou le transfert de droits réels immobiliers à certaines catégories professionnelles du droit, telles que les notaires, et d’interdire ainsi aux avocats étrangers d’exercer les activités en question sur le territoire des États membres en question. La Cour précise en revanche que la disposition en cause prévoit une dérogation ayant une portée plus limitée et visant précisément certaines catégories déterminées d’avocats, d’ailleurs expressément identifiées par l’article 1er, paragraphe 2, de cette directive elle-même.

Dans ces conditions, la Cour conclut que la dérogation établie par l’article 1er, paragraphe 1, deuxième alinéa, de la directive ne trouve pas à s’appliquer dans les circonstances de l’affaire en cause.

La Cour considère ensuite que la réglementation autrichienne en cause constitue une restriction au principe de la libre prestation des services garantie par l’article 56 TFUE. En effet, d’une part, cette réglementation empêche les avocats établis en République tchèque, où ils sont habilités à certifier les signatures figurant sur les documents nécessaires à la création ou au transfert de droits réels immobiliers, d’offrir ce service à des clients envisageant de s’en prévaloir en Autriche. D’autre part, la législation autrichienne restreint également la liberté d’un ressortissant autrichien de se rendre en République tchèque pour y bénéficier de ce service, étant donné que la certification délivrée par un avocat tchèque ne sera pas utilisable en Autriche en vue de procéder à une inscription dans le livre foncier.

S’agissant de la question de savoir si cette restriction peut être justifiée, la Cour relève que le livre foncier revêt dans les États membres, surtout dans ceux connaissant un notariat de type latin, une importance décisive notamment dans le cadre des transactions immobilières. En particulier, toute inscription dans le livre foncier produit des effets constitutifs en ce sens que le droit de la personne qui a sollicité cette inscription ne naît que par cette dernière. La tenue du livre foncier constitue ainsi une composante essentielle de l’administration préventive de la justice dans la mesure où elle vise à assurer une bonne application de la loi ainsi que la sécurité juridique des actes conclus entre particuliers, qui relèvent des missions et des responsabilités de l’État.

Dans ces conditions, les dispositions nationales qui imposent de vérifier, par le recours à des professionnels assermentés tels que les notaires, l’exactitude des inscriptions portées au livre foncier contribuent à garantir la sécurité juridique des transactions immobilières ainsi que le bon fonctionnement du livre foncier et se rattachent, de manière plus générale, à la protection de la bonne administration de la justice. Or, cette dernière constitue une raison impérieuse d’intérêt général permettant de justifier une restriction au principe de la libre prestation de services.

La Cour estime enfin que cette restriction est proportionnée dans la mesure où, en Autriche, l’intervention du notaire est importante et nécessaire afin de procéder à l’inscription au livre foncier. En effet, dans cet État membre, la participation du notaire ne se limite pas à confirmer l’identité d’une personne ayant apposé sa signature sur un document, mais implique également qu’il prenne connaissance du contenu de l’acte en question afin de s’assurer de la régularité de la transaction envisagée. De plus, le notaire doit également vérifier la capacité de la personne concernée à accomplir des actes juridiques.

Dans ces circonstances, le fait de réserver les activités liées à l’authentification des actes portant sur la création ou le transfert de droits réels immobiliers à une catégorie particulière de professionnels, à laquelle s’attache une confiance publique et sur laquelle l’État membre concerné exerce un contrôle particulier, constitue une mesure appropriée pour atteindre les objectifs de bon fonctionnement du système du livre foncier ainsi que la légalité et la sécurité juridique des actes conclus entre particuliers.

La Cour souligne en outre que la certification par les avocats tchèques de signatures apposées sur des actes n’est pas comparable à l’activité d’authentification effectuée par les notaires. En effet, l’acte de certification délivré par un avocat tchèque ne constitue pas un acte authentique en République tchèque. Par conséquent, une obligation pour les autorités autrichiennes de reconnaître la certification effectuée par un avocat tchèque comme équivalente à une authentification émanant d’un notaire reviendrait à conférer à l’acte de cet avocat une force différente de celle qu’il pourrait avoir même en République tchèque.

Dans ces conditions, la Cour juge que le principe de la libre prestation de services ne s’oppose pas à une réglementation nationale telle que la réglementation autrichienne en cause.

print

4 commentaires sur L’Union défend les privilèges des notaires

  1. L’auteur de l’article cherche-t-il à faire du sensationnel ?
    Ou bien il a une dent personnelle contre un notaire et il le règle en jetant le discrédit sur toute la profession, contre tout objectivité et déontologie ?
    Ou bien il écrit sur un sujet auquel il ne comprend rien ?
    Vous croyez vraiment que l’Union Européenne prendrait une décision pour défendre les privilèges d’une profession ?
    Si c’est le cas, c’est vraiment que vous n’avez rien compris !
    Un auteur compétent et objectif aurait conscience du contraire : voir en ce sens les recommandations de l’U.E. pour la France sur https://ec.europa.eu/france/node/842_en
    C’est précisément parce que le principe de l’U.E. est de supprimer toutes les barrières au libre exercice d’une profession (indûment appelées “privilèges” dans le titre) que la décision citée par l’article explique pourquoi elle tolère ici une exception à ce principe.
    L’U.E. vous explique qu’elle fait passer en priorité le principe de sécurité juridique des transactions immobilières ainsi que le bon fonctionnement du livre foncier, avant le principe général de suppression des obstacles au libre exercice d’une profession.
    Et c’est pour garantir cette sécurité juridique, et dans la mesure où les restrictions au libre exercice d’une profession y contribuent, que les États membres sont autorisés par l’U.E. à réserver exceptionnellement certaines tâches à certains professionnels en fonction de leur qualification et/ou des contrôles auxquels ils sont assujettis dans leurs fonctions (ici aux notaires la faculté d’authentifier les signatures apposées sur les documents nécessaires à la création ou au transfert de droits réels immobiliers).
    Alors, sauf à vouloir sciemment et contre toute déontologie, jet l’opprobre sur toute une profession par un titre fallacieux, l’auteur aurait été bien inspiré de prendre un peu de recul et de choisir un titre qui mette en lumière que l’UE donne priorité à la sécurité juridique sur la libre concurrence qu’elle impose aux Etats membres !

  2. Thèse implicite de l’auteur de l’article : les notaires ne servent à rien , ils coûtent cher et bénéficient d’une rente indue .
    Donc il faut les supprimer sans indemnisation et permettre à tous les avocats européens de dresser des actes authentiques . Le sieur ATTALI , en 2008 , soutenait la même thèse , dans le rapport éponyme . On a donc appliqué son rapport . Depuis , ATTALI est subitement devenu Alzheimer . Heureusement , il ne s’était pas porté caution ! Conséquence pratique : après avoir déclenché la crise des Subprimes , il a réussi à dynamiter la justice . Qui se porte caution ? Réponse bientôt devant la CEDH …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Le monopole de l’UNEDIC est-il plus solide que celui du RSI?

Les partenaires sociaux discutent actuellement d'une convention chômage. Mais, à y regarder de plus près, à la lumière des contentieux...

Fermer