Macron a-t-il déjà fait pschitt?

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 3726 fois

Emmanuel Macron peut-il encore apparaître comme une candidature crédible, ou a-t-il déjà fait “pschitt”, pour reprendre l’expression de Jacques Chirac à propos de l’une de ses affaires judiciaires? La semaine qui s’est écoulée laisse à penser que le champignon Macron, poussé brutalement après la pluie gouvernementale, a fini sa croissance et qu’il pourrait bien entamer une pente de déclin.

Macron n’a pas atteint ses objectifs

En lançant son mouvement En Marche, le jeune Macron avait annoncé des objectifs de production et de diagnostic dignes de l’Armée Rouge. En particulier, il promettait 100.000 questionnaires aux Français pour comprendre les sujets qui les intéressent. Dans la pratique, il aura recueilli 25.000 réponses, affichant de nombreuses autres “conversations”.

Ce chiffre fait un peu mauvais genre, dans la mesure où il laisse entendre que la mayonnaise Macron n’a pas vraiment pris sur le terrain.

Une méthode digne d’un consultant du BCG

Pour mener à bien son opération de candidature, Macron a développé une sorte de matrice piochée dans les diaporamas des cabinets de conseil: un diagnostic partagé, une restitution, un programme. La méthode en elle-même interroge, dans la mesure où le candidat donne le sentiment de ne pas avoir de vision, et de chercher simplement à dire ce que les Français ont envie d’entendre.

Pour l’instant, Macron en est à la phase de diagnostic. On croirait une adaptation fidèle d’une démarche RGPP.

Tout ça pour ça?

Au final, Macron a produit, lors de son discours de Strasbourg, un diagnostic extrêmement décevant sur l’état de la France et de ses envies, au point qu’on se demande pourquoi il a mobilisé autant d’énergie pour redire ce que tout le monde sait depuis longtemps. Le pire est que tout cela est formulé dans un sabir fastidieux:

Des propositions obsolètes

Comble de malheur, non seulement Macron a retiré des énergies qu’il a mobilisées un diagnostic pauvre, mais il n’a formulé aucune proposition novatrice. Pour répondre à la méfiance profonde des Français vis-à-vis de la politique, il a simplement milité en faveur d’une introduction d’une dose de proportionnelle aux élections législatives, et d’une commission citoyenne tirée au sort telle que l’avait proposée Ségolène Royal en 2007.

C’est bien court, jeune homme, au vu des attentes que vous aviez soulevées!

La catastrophe de la laïcité revancharde

Autre sujet de discorde (il fallait bien qu’il vînt tôt ou tard): la laïcité. Dans une interview tonitruante à Marianne, Macron a commencé à s’aventurer sur des terres glissantes où sa légitimité est moins spontanée. Voici un résumé des formules qui fâchent, qu’il a pu utiliser:

Même chose sur le voile à l’université. Je suis contre l’interdiction. (…) Au titre d’une laïcité revancharde, on en vient à sortir des citoyens des lieux de la République et à les confiner à l’écart, sans enrayer la montée du fondamentalisme, ni conforter la laïcité. (…)

La laïcité n’a pas vocation à promouvoir une religion républicaine. La République est ce lieu magique et unique qui permet à des gens de vivre dans l’intensité de leur religion. C’est pour ça que je dénonce les considérations qui demandent à des citoyens d’être «discrets», parce que les précédents historiques où l’on a demandé la discrétion en matière de religion ne sont pas à l’honneur de la République. Et qu’on demande à des gens d’être des musulmans modérés ! Demanderait-on à des catholiques d’être modérés ? Non !

Macron est donc entré dans le vif des débats, et a commencé à décevoir non seulement par la timidité de ses propositions, mais par leur conformisme “bobo”. Alors qu’il touche largement à un électorat “orléaniste” de gauche, attaché à la modération religieuse, sa sortie sur la “laïcité revancharde” et sur l’intensité religieuse risque de lui coûter cher (surtout auprès des catholiques appelés depuis des décennies à la modération).

L’orléanisme français à bout de souffle?

La plausible faillite de l’opération médiatique Macron risque de soulever quand même quelques questions de fond sur la capacité de l’orléanisme français à se réinventer. Consumé comme un fétu de paille, Macron ne laissera derrière lui qu’Alain Juppé, qui n’incarne pas la modernité à proprement parler, et apparaît même comme un spectre venu d’un autre siècle.

Cela signifie-t-il qu’à un tournant du régime frappé par une profonde crise nobiliaire, l’aristocratie française n’a plus les forces internes pour se renouveler et pour affronter l’avenir? Probablement, oui.

print

A propos Éric Verhaeghe 148 Articles
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

6 commentaires sur Macron a-t-il déjà fait pschitt?

  1. La vindicte de Monsieur Verhaeghe contre Emmanuel Macron se répand sur toutes les plateformes qui veulent bien accueillir son ressentiment… Les arguments hélas sont si faibles et finalement si faux que finalement il se range parmi les trolls habituels des partis politiques où il a son rond de serviette.

  2. Eric, en effet le régime politique en place n’a pas les ressources pour se renouveler ou simplement pour comprendre le monde tel qu’il se transforme sous nos yeux. Il n’y a pas d’issue dans le cadre de l’Etat français qui était déjà obsolète dans la forme que lui a donné Napoléon Ier. Deux cents de retard. Quand est ce que nous allons enfin regarder la réalité en face ?
    Didier

  3. je crois que votre erreur d’analyse tient au fait que vous analysez la situation actuelle avec des grilles d’un autre siècle et même d’un siècle d’avant l’autre siècle( cf. l’orléanisme).Macron fera peut être “pschitt”, mais pas plus pas moins que les autres. Nous vivons dans un monde en surfusion et, pas plus pas moins que les chevaux du lac Ladoga, personne ne sait aujourd’hui comment on pourra encore nager dans la glace quand soudain tout prendra en masse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La livre sterling peut-elle déclencher une nouvelle crise monétaire?

Cet article est paru sur le site de l'Echo. La livre sterling n'a peut-être pas encore atteint son seuil plancher....

Fermer