Macron sacrifie Villiers et l’armée pour protéger Schiappa et les féministes

Mais quel est le problème de fond avec Villiers et l’armée? Tout simplement qu’il est plus facile et plus payant d’un point de vue électoral de prendre 850 millions€ sur le budget de la Grande Muette qu’un million sur le budget des forces qui ont le droit de s’exprimer. La preuve avec Marlène Schiappa et le budget des féministes. 

Pendant que l’armée se lamente sur les limitations de crédit dont elle est victime, d’autres plastronnent. C’est le cas de la secrétaire d’État au droit des femmes qui se félicite du maintien de ses crédits d’intervention. 

Ainsi, la France n’a pas d’argent pour aligner, sur les champs de bataille, du matériel qui protège efficacement nos soldats. Mais elle a suffisamment d’argent pour financer des assistantes sociales qui vont passer des coups de téléphone pour des femmes battues. 

Que les épouses de militaires se rassurent, donc! tant que leur mari est vivant, elles n’intéressent pas les féministes, qui considèrent que les besoins de la lutte contre le machisme sont prioritaires. En revanche, dès que leur mari sera tombé sous les balles ennemies, elles deviendront de pauvres femmes seules, victimes de la domination masculine, et là! elles pourront rentrer dans le labyrinthe des aides, des prises en charge publiques qui les rendront dignes de respect et d’intérêt. 

Schiappa et Villiers, deux figures opposées du désastre macronien

D’un côté, donc, un Villiers, soldat estimé et dont la probité est indiscutable, foulé au pied par le Président. De l’autre, Marlène, auteur de romans pornographiques, qui se vantaient (sans recadrage présidentiel) il y a quelques jours d’avoir obtenu des déblocages de crédit en urgence pour sauver l’association d’une copine, députée En Marche. Tout cela avec la complicité de Bercy…

Un très beau renouvellement des pratiques…

Marlène Schiappa

les associations dont l'objet est l'accueil des femmes victimes de violences sexistes et sexuelles ne sont pas concernées [par les baisses de crédit]

3 commentaires sur Macron sacrifie Villiers et l’armée pour protéger Schiappa et les féministes

  1. Le ton de votre article est méprisant et dénote une incompréhension totale de certaines conditions de vie des femmes, dont celles qui subissent de la violence. Quand on ne connaît pas un sujet, on se la ferme.

  2. Sinon,ces messieurs peuvent aussi ne pas battre leur femme,ce serait plus simple pour tout le monde : pas d’assistantes sociales, d’aides , de frais d’hôpitaux, de frais de prothèses dentaires, de médecins légistes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
En même temps, on adosse le RSI et on ne l’adosse pas

Agnès Buzyn vient d'annoncer qu'elle lançait une nouvelle mission d'inspection sur l'adossement du RSI au régime général. Une manière de...

Fermer