Médecin : la profession ne fait plus rêver

Deux études, l’une en France, l’autre aux Etats-Unis, montrent que si les médecins sont satisfaits de leur rôle et de leur mission, ils ne recommanderaient pas pour autant à leur progéniture de reprendre leur flambeau.

En 2017, Linkedin publiait une enquête très sérieuse sur les métiers qui faisaient rêver les enfants. Logiquement, parmi les réponses données, qui dépendent largement d’après le sexe de l’enfant, on retrouve sportifs de haut niveau, pilote d’avion ou encore journaliste.

Et s’il est commun de dire que les enfants rêvent d’exercer dans la médecine (en 4e position chez les filles), il semblerait que la profession souffre d’un important déficit de reconnaissance. Et ce ne sont pas les avis rendus par les adultes qui risquent de faire rêver nos chères têtes blondes.

70% des médecins états-uniens ne recommandent pas leur métier à leurs enfants

L’assureur The Doctors Company a réalisé une étude sur la perception du métier par les professionnels de santé. Sur les 3 400 interrogés, on y apprend que 70% ne recommanderaient pas leur métier à leurs enfants ou à un membre de leur famille. Plus de la moitié (54%) de ces médecins prévoyaient même de prendre leur retraite anticipée dans les cinq ans à venir. Surprenant quand l’on apprend qu’un tiers des répondants à moins de 50 ans.

Comment expliquer ce désamour ? La première réponse qui ressort est la détérioration de la relation patient-médecin. Elle est en partie due à l’augmentation des tâches administratives, notamment avec l’arrivée des dossiers numériques.

Les médecins citent aussi l’évolution des rémunérations qui n’irait pas dans le bon sens selon eux. Avec l’arrivée des forfaits, 40% pensent que les rémunérations seront indexées sur des données chiffrées issues d’indice de performance, laissant peu de place à l’humain.

Un désamour qui gagne aussi les médecins français

Ce spleen ne se fait pas que sentir outre-Atlantique. Il est maintenant régulier de voir la profession être la cible de polémiques ou de faits divers. Agressions en tous genres, insultes, l’image des médecins a aussi souffert de l’affaire Naomie. Et le ministère de la Santé ne semble pas encore être décidé à y remédier.

En attendant, en avril dernier, si 85% des médecins français se disaient satisfaits de leur profession, ils étaient 52% à déclarer ne pas recommander leur profession à leurs enfants. Là encore, l’importante charge administrative et les rémunérations peu attrayantes peinent à convaincre les médecins. 

A tel point l’Ordre des médecins multiplient les solutions pour répondre à cette problématique. En 2015 déjà, la structure commandait une campagne publicitaire pour valoriser la profession. Le produit s’axait sur des notions fortes comme « soulager les souffrances » ou encore « aider son prochain ». 

Dernièrement, l’Ordre publiait aussi un guide à destination des praticiens pour que ces derniers puissent mieux gérer leur réputation numérique, parfois attaquée avec des avis négatifs postés sur le net. 

Pour ce qui est de la dégradation des relations patient-médecin avec trop souvent de la violence verbale voire physique, là, rien de définitif n’a encore été fait. La situation se dégrade tellement que les médecins du SAMU qui officient dans le Var son dorénavant contraints de porter des gilets pare-balle lors de leurs interventions. 

Dans ce contexte, on comprend largement que ces professionnels de santé puissent à la fois être satisfait de leur rôle mais qu’ils ne recommandent pas pour autant leur profession à leur progéniture. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Complémentaire santé de la branche coiffure : le match des mutuelles Macif et Mutex

La branche de la coiffure regroupe près de 100 000 salariés et, comme pour toutes les entreprises françaises depuis le...

Fermer