Médiapart, l’art et la manière d’en dire long sur rien, par Jean-Claude VOLOT

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 2240 fois

Il est vrai que Laurent Mauduit est un écrivain habitué à tartiner sur des kilomètres carrés de papier des vérités connues de tout le monde et dont tout le monde se moque la plupart du temps.

Il est vrai que les lignes numériques de Médiapart protègent nos forêts mais pas le lecteur malheureusement !

Médiapart et le MEDEF

J’ignore s’il est payé par son entreprise à la surface couverte ou à la ligne toujours est-il que j’invite Plenel à vérifier ce point, ça permettrait à Médiapart de moins dépendre des grasses subventions publiques que lui accordent le gouvernement socialiste.

400 lignes à raconter ce que tout le monde sait, plus des âneries qui lui ont été dites secrètement, en catimini sous un escalier par les ragoteurs habituels du Medef qui sont chargés de cette mission, avouons que c’est une performance !

Alors, tout y passe …. Mais à travers le filtre du passé trotskiste du personnage …. Vous en mesurez toute l’objectivité ! Le complot est partout dans le Medef, chacun se méfie du voisin, des barricades kalachnikosées dignes d’Alep sont en batteries.

Oui monsieur Mauduit il y a au Medef des courants libéraux différents, tout le monde le sait, c’est très riche et passionnant.

Oui monsieur Mauduit il y a beaucoup de talents au Medef et ils s’expriment librement. Il est vrai que ce n’est pas très trotskiste !

Oui monsieur Mauduit le Medef est au cœur de nombreux courants. C’est très heureux car sa responsabilité dans la société française est importante.

Oui monsieur Mauduit le Medef a des relations avec les gouvernements en exercice et ce n’est pas nouveau, c’est toujours comme ça et c’est très heureux. Pierre Gattaz est venu à la tête du Medef sous une période socialiste, alors, il parle au gouvernement socialiste. Vous avez oublié de dire que beaucoup plus d’adhérents du Medef travaillent avec les candidats de toutes les droites et du centre.

Oui monsieur Mauduit sur 200 personnes salariées au Medef national, il y a au moins 40% d’entre elles qui votent à gauche… Vous le savez bien puisque c’est de certains d’entre eux que vous tirez vos pseudo informations publiques. Dommage que vous les romanciez, ça perd en objectivité.

Non monsieur Mauduit le gouvernement socialiste n’a fait aucun cadeau aux entreprises et même pire , ils les a plombées au point de les paralyser dans la compétition internationale. Les CICE , pacte de responsabilité, lois El Khomri, Macron ne sont que des gadgets qui n’ont en rien redonné à nos entreprises une vitalité suffisante pour leur redonner la capacité d’investir et embaucher. Il est vrai que vous ne connaissez pas ce problème, expert en subvention publiques que vous êtes.

Non monsieur Mauduit, il n’y a pas de guerre au Medef et la bonne ambiance y est bien meilleure que dans les rédactions de journaux que vous avez pilotées.

Non monsieur Mauduit, l’UIMM et Saubot ne pilotent rien du tout, ils sont en phase avec toutes les autres fédérations et discutent journellement avec eux puis ils se chargent d’appliquer les décisions communes.

Vous avez de la chance Monsieur Mauduit de pouvoir vivre de mauvais ragots. Dans la direction d’entreprise c’est interdit et beaucoup plus exigeant dans les preuves et les démonstrations.

Dans l’avenir Monsieur Mauduit appelez-moi, vous pourrez échanger ailleurs que dans les recoins, je vous promènerai dans la grande maison du 55 avenue Bosquet.

Jean-Claude Volot est vice-président du MEDEF.

print

2 commentaires sur Médiapart, l’art et la manière d’en dire long sur rien, par Jean-Claude VOLOT

  1. On croit tous le MEDEF et Gattaz.
    Par exemple lorsqu’il promet un million d’emplois en échange de grandes largesses financières. Les largesses, il les obtient, mais le million d’emplois, on attend toujours.
    Autre exemple : quand les dividendes des petits entrepreneurs deviennent soumis aux cotisations sociales, le MEDEF ne bouge pas le petit doigt. Mais quand il est plus tard question d’aligner les dividendes des dirigeants des SA, SAS et autres grands patrons, là, c’est la bronca de la part du MEDEF et le projet tombe à l’eau. La justice sociale vue par le MEDEF.
    Enfin, quand on voit que Gattaz s’enthousiasme sur le programme de casse sociale totale de Fillon, on suit le MEDEF avec bonheur.

    Alors sachez, monsieur le vicieux-président du MEDEF, que s’il a des gens que je suis prêt à croire, c’est bien ceux de Mediapart, certainement pas ceux du MEDEF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La retraite selon Fillon

Le programme du désormais candidat des Républicains est particulièrement ambitieux*, et va bien au-delà du recul de l’âge légal de la...

Fermer