Mélenchon traîne encore dans la boue les patrons de petites entreprises

Pour Mélenchon, le faible nombre de délégués syndicaux dans les petites entreprises s’explique uniquement par la répression dont ils feraient l’objet. Insultant! et démagogique. 

Avec une ministre aux abonnés absents, Mélenchon dispose, à l’Assemblée Nationale, d’un boulevard devant lui pour diffuser sa nostalgie de l’Union Soviétique, d’Hugo Chavez, et de tous les régimes totalitaires qui ont utilisé l’égalité et la défense des plus pauvres pour justifier l’appropriation de l’appareil d’État par une caste de professionnels de l’agitation. 

Ainsi, lors du débat sur l’adhésion syndicale, Mélenchon n’a pas hésité à expliquer que les petites entreprises étaient un lieu où le syndicalisme était discriminé et réprimé. Il est fascinant de voir que ces propos mettant en cause les petits patrons ne font l’objet d’aucun correctif de la part de la ministre (ni de l’inconsistant président de l’Assemblée Nationale). 

Les petites entreprises victimes de la farce des ordonnances

Dans cet écheveau extrêmement dangereux pour la prospérité du pays, les petites entreprises devraient être les victimes de la farce. Non seulement, elles ne récolteront aucun droit nouveau avec les ordonnances, mais elles verront le fossé s’accroître avec les grandes entreprises, dotées désormais du droit de déroger négativement aux branches

Accessoirement, le débat est l’occasion de les couvrir de boue et de répéter chaque fois que possible le mépris que les élites de ce pays ont pour les entrepreneurs.  

Jean-Luc Mélenchon

Je dois à l’honneur des miens de dire que ce phénomène tient non pas à un manque d’intérêt pour la vie de l’entreprise ou de leurs collègues au travail, mais au fait qu’être syndiqué est fort mal vu et même réprimé dans les entreprises. (...) Je ne parle pas de répression syndicale par plaisir ou pour vous en accuser, mais parce que c’est un fait, parce que des milliers des miens, tous les ans, se voient infliger des condamnations qui restent inscrites sur leur casier judiciaire, quand ils ne perdent pas leur travail.

8 commentaires sur Mélenchon traîne encore dans la boue les patrons de petites entreprises

  1. Je suis tombé sur ce site par hasard, et je ne suis pas surpris de constater que j’en suis quasiment l’unique visiteur, tant la qualité de l’article est médiocre. Une illustration de l’article avec la photo de Staline, une référence aux grands criminels de l’histoire dès la première phrase, etc., tout ceci manque de sérieux, et ne peut émaner que d’un cerveau dérangé. Je ne pense pas que les patrons de PME aient besoin d’artifices aussi grotesques, excessifs et médiocres pour défendre leurs intérêts. A force vous rendrez Mélenchon fort sympathique, tellement est visible le contraste entre votre bassesse argumentative et ses exceptionnelles qualités intellectuelles et rhétoriques. Bon courage.

  2. Bien vu l’illustration… d’autant que les premiers à avoir pris le communisme dans la figure après la guerre (WW2) sont les paysans et les ouvriers. La répression à l’égard de ceux que le parti prétendait protéger a été aussi dure que celle, moins surprenante, faite à l’encontre des « propriétaires capitalistes ». Certains ne se lassent pas des gestions catastrophiques : /

    « The inherent vice of capitalism is the unequal sharing of blessings;
    the inherent virtue of socialism is the equal sharing of miseries. » / W. Churchill

  3. Le chroniqueur dénommé NKFAN a-t’il déjà mis les pieds dans une TPE ? Sait-il lire un bilan ? Sinon , pourquoi croyez-vous que le gouvernement renvoie aux calendes grecques le prélèvement à la source ? Parce que 75 % du coût de cette mesure sera à la charge des TPE : http://www.valeursactuelles.com/economie/le-prelevement-la-source-coutera-12-milliards-aux-entreprises-85892
    En clair , c’est l’écotaxe à la puissance dix .

  4. Tu n’as sans doute jamais dû réellement écouté un discours de Mélenchon pour dire qu’il traine encore dans la boue les patrons des petites entreprises…
    La discrimination syndicale est une réalité et même le plus gentil des patrons ne verra jamais d’un bon oeil un syndicat (surtout cgt) dans sa boîte,alors que bien souvent lui même est pris au piège de cette politique européenne au service des plus riches que dénoncent les syndicats.
    Ton article participe donc à entretenir cet aveuglement en caricaturant grotesquement Mélenchon (la photo de Staline!!??).
    Mais le jour viendra où les esprits s’éveilleront, ce jour n’est plus si loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Quand la France Insoumise défend les magouilles syndicales

La France Insoumise vient de donner l'exemple de son approche ahurissante des dossiers sociaux (avec ses postures post-marxistes déconnectées de...

Fermer