La moitié du commerce européen se fait par la mer

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 1700 fois

Allez, un petit tour en mer pour aujourd’hui. Selon Eurostat, près de 51% du commerce européen de marchandises s’effectue par voies maritimes en 2015, les trois principaux ports de fret se trouvant au nord de l’Europe. Celui de Marseille, lui, occupe la 6e position avec seulement 2% du tonnage global, pourtant premier port de France.

Commerce européen : 53% des importations empruntent la voie maritime

Les échanges commerciaux de biens dans la plupart des pays de l’UE s’effectuent par la mer :

echanges-maritimes-de-marchandises-en-europe-2015

En 2015, la part du commerce européen de marchandises par voie maritime a progressé de 4% depuis 2006 pour atteindre 50,5%, une transaction de 1,777 milliard d’euros alimentée par 53% des importations de biens et 48,1% des exportations. Autres chiffres clés, le Portugal avec 81% et Chypre avec 80,1% sont les pays qui privilégient le plus les échanges de biens par la mer, contrairement à la République tchèque et au Luxembourg avec respectivement 12,4% et 18,6%.

Pour la France, 52,3% des importations et 41,6% des exportations de biens s’effectuent dans ses ports commerciaux. Une part considérable qui ne constitue pourtant qu’une goutte d’eau dans l’océan du commerce international de l’UE.

Marseille : 6e port de fret européen pour un très faible tonnage

Les ports du Havre et de Marseille figurent dans le top 10 des principaux ports commerciaux de l’Europe, mais ne traitent qu’une infime partie des échanges :

top-10-des-ports-de-fret-europeens-en-2014

La Mer du Nord concentre une grande partie du commerce européen de biens par voie maritime, mettant en vedette le port de Rotterdam où transitent 11% des marchandises (421,6 millions de tonnes Mt). Autres chiffres importants : 179,6 Mt de biens sont manutentionnés dans deux ports allemands (Hamburg 3e place et Bremerhaven 10e place) et 180,4 Mt dans le port belge d’Anvers.

Mais revenons chez nous. Les deux ports français traitent 135,8 Mt au total, hissant le pays à la 4e place si l’on raisonne par pays. Le premier port, à Marseille, est en revanche moins compétitif que 5 ports européens alors que 46,6% du commerce international français se fait par voie maritime.

Voilà donc une idée à creuser pour améliorer la compétitivité ne serait-ce que pour soigner la balance commerciale en déficit ou le marché du travail en France. Pour l’heure, près d’un cinquième (19,2%) des biens qui transitent par l’UE passe par 3 pays nordiques où le taux de chômage est moindre (4,2% : second taux le moins élevé en Europe pour l’Allemagne).

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Faut-il vendre les Parisiens?

Vendre les Parisiens? Le maire adjoint d'Urrugne (petite commune du pays basque), accessoirement chef d'entreprise, Didier Picot, le préconise dans...

Fermer