La moitié des entreprises créée avec moins de 8 000 euros

Près de 53% des entreprises ont été créées avec moins de 8 000 euros en 2014 d’après une étude de l’Insee. Les créateurs d’entreprise, plus âgés et moins expérimentés par rapport à ceux de 2010, ne manquent pourtant pas de volonté pour relancer l’économie du pays. Mais malheureusement, la France ne les aide pas suffisamment, voire pas du tout…

Moins de 2 000 euros d’investissement pour le tiers des créateurs d’entreprise

entreprises-creees-selon-les-moyens-de-demarrage

Quelque 8 000 euros et un peu de détermination ont suffi à 52,8% des créateurs d’entreprises en 2014 pour démarrer leur projet. Pour certains, il n’y a là rien d’étonnant, mais pour d’autres il s’agit d’un véritable exploit. Plus surprenant encore, une grande partie d’entre eux ont pu commencer à investir avec moins de 2 000 euros ! 29,1% de la « cohorte 2014 » y sont arrivés.

Côté statistiques, ces créations à faible investissement initial ont nettement rebondi par rapport à 2010 (+9% pour les moins de 8 000 € et + 10% pour les moins de 2 000 €). Il faut donc croire que la hausse du nombre de ces petits investisseurs traduit un manque de coup de pouce de l’État alors que la proportion des « riches créateurs » (avec 80 000 € et plus) s’est stabilisée. Voici d’ailleurs d’autres chiffres intéressants.

Le flagrant désengagement de l’État

entreprises-creees-avec-80-000-euros-ou-plus

Vous comprendrez donc d’après ce petit tableau que les riches créateurs d’entreprises se concentrent principalement dans l’hébergement-restauration (23%), puis les loisirs (18,9%), des secteurs porteurs pour entreprendre. Les investisseurs modestes eux préfèrent se tourner vers la santé humaine et l’action sociale ainsi que l’enseignement, ce dernier rappelons-le étant l’une des priorités des investissements d’avenir pour « augmenter le potentiel de croissance de l’économie française ». Et pourtant…

Côté ressources, 65% de l’ensemble des créateurs d’entreprises en 2014 contre 54% en 2010 ont investi avec leur propre argent ou des ressources familiales. De mal en pis, les plus modestes sont les moins aidés : 94% de ceux qui ont démarré leur projet avec moins de 2 000 euros ont mobilisé leur propre fonds contre 75% en 2010. Et lorsque ces investisseurs utilisent des ressources extérieures, ils les obtiennent non pas des aides ou subventions, mais des banques (82%).

Ce ne sont pourtant pas les dispositifs d’aide qui manquent : le PIA que nous avions évoqué plus haut, le CICE, le CIR que Bercy brandit fièrement, et j’en passe. Ah, n’oublions pas non plus le CII, les JEI/JEU, ou les fameuses aides régionales. Selon l’Insee, la proportion des chômeurs-créateurs a reculé de 6%, dépassée par celle des salariés alors que le gouvernement s’amuse à raboter l’ACCRE. L’État se trompe-t-il donc de cible/solution ou n’aide-t-il que les riches ?

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Trump, ou la preuve que les élites françaises ne comprennent rien aux dynamiques mondiales

Trump sera-t-il élu? Personne ne le sait, mais pendant des mois la nomenklatura française n'a pas raté une occasion de...

Fermer