Encore une nouvelle branche professionnelle!

Temps de lecture : 1 minute

Cet article a été lu 2547 fois

Officiellement, le gouvernement diminue le nombre de branches professionnelles. Pourtant, 2016 aura vu la naissance de trois branches nouvelles, signe que la mosaïque existante correspond à un besoin économique effectif. Ainsi, après la branche des gens d’Eglise, puis la branche du rail, c’est le portage salarial qui vient de franchir la première étape de sa reconnaissance comme branche professionnelle.

Faire et défaire, c’est toujours agir!

Ainsi, alors que le gouvernement annonce son intention de réduire les branches à 100 ou 200 entités, il manifeste dans le même temps une véritable suractivité dans la création de nouvelles branches.

S’agissant du portage salarial, la démarche ne manquera pas d’étonner dans la mesure où les sociétés de portage salarial ont pour première mission de “prendre en charge l’ensemble de la gestion administrative de l’activité des professionnels autonomes, la gestion du salaire du porté et des obligations sociales et les responsabilités associées”. Autrement dit, le portage salarial consiste à commissionner des entreprises (généralement 20% du chiffre d’affaires) pour qu’elles assurent les fonctions classiques d’un employeur, lien de subordination directe en moins.

Une convention collective annoncée pour cette nouvelle branche professionnelle

Selon le PEPS, syndicat patronal du portage salarial, les négociations pour une nouvelle convention collective devraient commencer prochainement. Le texte proposé aux partenaires sociaux méritera d’être suivi attentivement. Toute la question consistera à savoir comment la fédération patronale en question gèrera la question du lien de subordination.

print

4 commentaires sur Encore une nouvelle branche professionnelle!

  1. “S’agissant du portage salarial, la démarche ne manquera pas d’étonner…” En quoi cela est-il étonnant?
    “Autrement dit, le portage salarial consiste à commissionner des entreprises (généralement 20% du chiffre d’affaires) pour qu’elles assurent les fonctions classiques d’un employeur, lien de subordination directe en moins.” Autrement dit la Belgique est en Asie… Le taux est autour des 10% en moyenne quant au lien de subordination qui a été il est vrai le nerf de la guerre dans les débuts est un sujet résolu, je vous invite à lire l’ordonnance de 2015. Le Portage Salarial c’est avoir la possibilité de travailler pour soi c’est à dire choisir ses missions, ses clients, sa rémunération et son temps de travail puis déléguer l’administratif moyennant des frais de gestion. Le tout en bénéficiant des avantages du salariat classique.

    On se méfie toujours de ce que l’on ne connaît pas, c’est humain, mais c’est un sujet qui mérite que l’on s’y intéresse

  2. Pourquoi serait-ce étonnant que le portage salarial bénéficie d’une convention collective ?

    Cette forme hybride d’emploi et d’indépendance le mérite bien alors qu’elle est devenue une activité à part entière, permettant de sécuriser la prestation confiée par un donneur d’ordre, en évitant toute requalification. De sécuriser également le travail par missions pour un professionnel autonome qui teste une activité nouvelle en vue de création ou bascule d’une entreprise individuelle au portage salarial, afin de sous-traiter sa gestion et sortir des tracas administratifs divers (RSI, etc.). De sécuriser enfin pour les entreprises de portage salarial, afin d’opérer en toute légalité et garanties de solidité financière.

    Pas grand chose à voir avec l’approximation de l’article qui prétend que “le portage salarial consiste à commissionner des entreprises (généralement 20% du chiffre d’affaires) pour qu’elles assurent les fonctions classiques d’un employeur, lien de subordination directe en moins” !!?? Les frais de gestion ne sont pas à proprement-parler des commissions et ne sont pas à 20%, mais généralement autour de 10%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Viadeo et le capitalisme de connivence

Viadeo a fait faillite, et la faillite coûte environ 30 centimes € par Français, grâce à la brillante politique d'investissement menée...

Fermer