Ordonnances: la CGT révèle le contenu des discussions avec le gouvernement

Grâce à la CGT, on connaît mieux le contenu des discussions préparatoires sur les ordonnances. Maladroitement, le gouvernement a demandé aux partenaires sociaux de les garder secrètes. Il n’en fallait pas plus pour pousser à la confidence.  

Officiellement, le gouvernement renouvelle la vie politique et les vieilles pratiques d’appareil. La traduction dans les faits laisse quand même un peu à désirer! Par exemple, sur la prochaine loi travail, le directeur de cabinet de la ministre explique à ses invités que s’ils divulguent le contenu des discussions à l’extérieur, ils seront soumis à un rationnement de l’information. 

Oui, mais alors comment font-ils pour obtenir un mandat de leurs adhérents sur le contenu des discussions? Sauf à expliquer, bien entendu, que les instances habituelles n’ont pas à être consultées sur les positions prises en réunion, ce qui ne paraît pas très démocratique. 

Voilà qui s’appelle une logique bureaucratique!

Le calcul discret du gouvernement

Mais pourquoi le gouvernement souhaite-t-il tant de discrétion? D’abord pour une raison tactique! 

En effet, certaines des propositions avancées sont tout à fait explosives, comme la possibilité d’ajouter des motifs de licenciement par accord d’entreprise. Tout laisse à penser que le gouvernement préfère se garder la possibilité de revenir en arrière en cas de blocage trop important. Or, il n’est jamais commode de faire machine arrière dans une négociation sous les yeux du public. 

Le rapport de force commence. 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Filoche est-il le seul vrai libéral de France?

Gérard Filoche a l'outrance facile. Mais, sur la suppression des cotisations salariales et leur remplacement par une hausse de la...

Fermer