Ordonnances travail: les images de l’hyper-présidentialisation

Temps de lecture : 1 minute

Cet article a été lu 4005 fois

Malgré ses affirmations répétées sur l’art de déléguer, Emmanuel Macron vient de donner les signes flagrants de l’hyper-présidentialisation qui commence. Dans le cadre des ordonnances sur la future loi travail, Emmanuel Macron avait annoncé qu’il rencontrerait les organisations syndicales.

Les images de l’hyper-présidentialisation

Voici les images de ces rencontres, diffusées par l’Élysée:

Manifestement, donc! Emmanuel Macron a rencontré chacun des partenaires sociaux en présence d’Anne de Bayser, le matin (la secrétaire générale adjointe de l’Élysée) et d’Alexis Kohler (le secrétaire général en titre) l’après-midi, et de Pierre-André Imbert l’après-midi.

Autrement dit, aucun membre du gouvernement n’a participé à ces entrevues, supposées définir les grands équilibres dans les relations entre l’exécutif et les partenaires sociaux. Ni le Premier Ministre, ni la ministre du Travail, ni leurs conseilleurs sociaux respectifs n’ont assisté à ces discussions. Pour le coup, s’il ne s’agit pas d’une hyper-présidentialisation du régime, ni d’une façon de traiter le Premier Ministre en collaborateur, on ne s’y connaît pas…

Le sens d’une présidence

Tout porte donc à croire que ces premières images donnent les perspectives de ce que sera le quinquennat Macron: une définition stratégique opérée par le Président et son équipe resserrée à l’Élysée dans un premier temps, la mise au point des détails par le reste de l’exécutif dans un second temps.

Nous sommes en tout cas très loin de la démarche horizontale affichée durant la campagne…

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Quand Marlène Schiappa, secrétaire d’État, expliquait comment frauder la sécurité sociale

Marlène Schiappa est l'une des figures de la société civile choisie par Emmanuel Macron. Bon, en réalité, elle est élue...

Fermer