Ordonnances travail: les images de l’hyper-présidentialisation

Malgré ses affirmations répétées sur l’art de déléguer, Emmanuel Macron vient de donner les signes flagrants de l’hyper-présidentialisation qui commence. Dans le cadre des ordonnances sur la future loi travail, Emmanuel Macron avait annoncé qu’il rencontrerait les organisations syndicales.

Les images de l’hyper-présidentialisation

Voici les images de ces rencontres, diffusées par l’Élysée:

Manifestement, donc! Emmanuel Macron a rencontré chacun des partenaires sociaux en présence d’Anne de Bayser, le matin (la secrétaire générale adjointe de l’Élysée) et d’Alexis Kohler (le secrétaire général en titre) l’après-midi, et de Pierre-André Imbert l’après-midi.

Autrement dit, aucun membre du gouvernement n’a participé à ces entrevues, supposées définir les grands équilibres dans les relations entre l’exécutif et les partenaires sociaux. Ni le Premier Ministre, ni la ministre du Travail, ni leurs conseilleurs sociaux respectifs n’ont assisté à ces discussions. Pour le coup, s’il ne s’agit pas d’une hyper-présidentialisation du régime, ni d’une façon de traiter le Premier Ministre en collaborateur, on ne s’y connaît pas…

Le sens d’une présidence

Tout porte donc à croire que ces premières images donnent les perspectives de ce que sera le quinquennat Macron: une définition stratégique opérée par le Président et son équipe resserrée à l’Élysée dans un premier temps, la mise au point des détails par le reste de l’exécutif dans un second temps.

Nous sommes en tout cas très loin de la démarche horizontale affichée durant la campagne…

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Quand Marlène Schiappa, secrétaire d’État, expliquait comment frauder la sécurité sociale

Marlène Schiappa est l'une des figures de la société civile choisie par Emmanuel Macron. Bon, en réalité, elle est élue...

Fermer