Oui, la blockchain crée de l’emploi : l’exemple Suisse

On dit des cryptomonnaies qu’elles ne servent que la spéculation et l’enrichissement. Mais pas seulement. Rattachées à la technologie blockchain, elles créent aussi de l’emploi. 

De plus en plus, nos voisins apparaissent comme étant en avance sur la France dans le domaine de la blockchain et des cryptomonnaies. Dernièrement, nous informions nos lecteurs que la Belgique planchait sur un cadre fiscal qui serait beaucoup plus favorable que ce qui est développé en France. En somme, on parle d’une exonération totale des plus-values réalisées sur les transactions en cryptomonnaies.

Mais de l’autre côté des Alpes, la Suisse se montre aussi de plus en plus comme étant l’un des pays européens les plus cryptofriendly. Tour d’horizon.

La blockchain attire et créé des emplois

D’après Vincent Pignon, conseiller en blockchain à l’Etat de Genève et fondateur de WeCan.Fund., la Suisse, « et plus particulièrement Genève, se situe parmi les leaders mondiaux » de la blockchain. La raison est assez simple : le gouvernement helvétique et ses différentes contrées font tout pour attirer les entreprises qui misent sur ces technologies. 

De nombreuses ICO qui ont vu le jour en Europe, étaient installées en Suisse. Le canton de Genève a, par exemple, multiplié les incubateurs à innovation, les soutiens politiques ou encore les formations académiques sur ces sujets. 

La ville de Zoug, quand bien même elle ne compte que 30 000 habitants, a acquis une renommée nouvelle depuis l’arrivée de la société qui développa l’Ethereum, l’une des cryptomonnaies les plus connues du monde. La ville a même dû se doter d’un cabinet d’avocats spécialisés en levées de fonds en crypto-monnaie.

 

D’après le quotidien suisse LeTemps, plus de 600 entreprises auraient posé leurs valises en Suisse et au Lichtenstein. Une cinquantaine d’entre-elles atteindraient ensemble 44 milliards de dollars de valorisation. Et qui dit entreprises dit aussi salariés. Ces sociétés emploieraient 3 000 personnes dans ces deux pays. 

La compétition (pour attirer des entreprises) est toujours plus rude, mais la Suisse est dans une bonne dynamique. Il ne faut pas hésiter à accélérer encore. 

Vincent Pignon, conseiller pour le numérique du canton de Genève

Même les banques privées commencent à se dérider.

Alexis Roussel, fondateur de Bity.com

Espérons que ces bons résultats, aussi bien financiers et économiques que sur le chômage pousse le gouvernement français à accélérer ses discussions sur la blockchain et de ne pas rater le train, comme le voulait Bruno Le Maire.

2 commentaires sur Oui, la blockchain crée de l’emploi : l’exemple Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Health Data Hub : quelle est cette plateforme de données de santé ?

La nouvelle plateforme d'échange et de mise à disposition des données de santé, Health Data Hub, est en plein lancement...

Fermer