Paris épinglée pour sa mauvaise gestion des bois de Boulogne et Vincennes

La Chambre régionale des comptes d'Île-de-France a rendu son rapport ce jeudi 21 septembre. Elle reproche à la municipalité un laisser-aller dans la gestion des bois de Vincennes et de Boulogne. Des ajustements vont devoir être pris très rapidement. 

Les bois de Boulogne et Vincennes, poumons verts de la ville de Paris, sont aujourd'hui dans le collimateur de la Cour des comptes et de la Chambre Régionale d'Île-de-France. Plus précisément, c'est la gestion de ces deux étendues qui est pointée du doigt. 

Peu ou pas de concertation avec les villes 

En 2002, la ville de Paris qui possède les bois de Vincennes et de Boulogne, signait avec les communes et les départements riverains, deux chartes prévoyant la mise en place de "modes de gestion et de gouvernance innovants" ainsi que la création de plusieurs comités associant tous les signataires. Trois objectifs étaient présentés : la réhabilitation des paysages et des milieux naturels, la réduction de la circulation automobile au profit des circulations douces et la reconquête de l’espace public avec une meilleure régulation des activités et des manifestations. Résultats des courses près de quinze ans après, les objectifs fixés n'ont pas été atteints. 

" Quinze ans après la mise en place de ces deux chartes, force est de constater qu’elles n’ont pas permis d’apaiser les relations entre la Ville de Paris et les communes signataires, notamment en matière de gestion de la circulation automobile et d’organisation de manifestations. "

Extrait du rapport de la Chambre des comptes d'Île-de-France

Ces objectifs avaient-ils une chance d'être atteints ? Rien n'est moins sûr car pour cela, il aurait fallu une concertation régulière dans les temps, et que tous les acteurs se sentent concernés. Or cela n'a absolument pas été le cas. En 2016, Anne Hidalgo veut relancer cette concertation. Une lettre est envoyée à chacun des maires. "Seules 2 communes ont apporté une réponse dont une seule est ouverte." Le dialogue est plus que jamais clôt.

Une trop grande latitude laissée aux clubs

Le deuxième point qui fait débat est la trop grande latitude laissée aux structures privées. Les bois de Boulogne et de Vincennes comptent respectivement 35 et 32 concessions. D'un point de vue financier, elles ont rapporté 28,2 M€ en 2013, soit 11% de toutes les redevances domaniales perçues par Paris. 

Mais, si des appels à candidature ont bien été passés pour l'attribution des concessions, la Chambre régionale d'Île-de-France met en évidence des études trop lacunaires des dossiers, en particulier dans l'évaluation et le suivie des travaux à faire.

A titre d'exemple, le contrat du fameux Polo club de Bagatelle ne dispose d'aucune clause l'obligeant à effectuer de quelconques travaux. Pire encore, l'article 2.1.1 de la convention prévoit expressément que la collectivité n'effectue aucun contrôle de la réalité des investissements réalisés pendant la durée de la concession. 

1 475 034 € TTC

C'est le montant ahurissant des travaux d'assainissement du sol qu'a dû réaliser la ville de Paris. Initialement, c'est le Cercle du Bois de Boulogne qui devait payer les frais concernant le site du Tir au pigeons. Or, après avoir bénéficié de nombreux reports, le club s'est montré défaillant. De plus, le terrain ayant été cédé à un autre club, la ville de Paris a dû se résoudre à payer la note.  

Des recommandations qui ressemblent à des ordres

Elles sont au nombre de cinq. La première sera de mettre en place un observatoire commun aux bois de Boulogne et de Vincennes pour faciliter les prises de décisions concertées. Le tout en désignant un interlocuteur unique à toutes les communes. Une clause sera ensuite instaurée dans les contrats de cession, qui obligera les bailleurs à respecter leurs engagements de travaux sous peine d'amende. Ensuite, afin de mieux contrôler ces investissements, les budgets prévisionnels distingueront les nouveaux investissements de ceux inhérents aux rénovations. Chaque concessionnaire devra également établir chaque année un compte d'établissement clair. Enfin, un guide des "clauses-types" sera rédigé. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
L’UE veut se doter d’une Union pour l’investissement et l’innovation

Avec le Brexit qui se profile de plus en plus (Le Royaume-Uni devrait sortir de l'Union Européenne en mars 2019),...

Fermer