Pendant une apocalypse, James Chanos préférerait négocier avec des aliments plutôt qu’avec des cryptos

James Chanos, Founder and President of Kynikos Associates LP, speaks during the Reuters Global Investment Outlook Summit in New York, U.S., November 14, 2017. REUTERS/Mike Segar

James Chanos, surnommé Jim Chanos, a consacré une grande partie de sa vie à l’étude de la fraude financière. Le « doyen des vendeurs à découvert » a récemment partagé son avis sur les cryptomonnaies. Il explique pourquoi, selon lui, la fraude aux cryptomonnaies est en expansion. 

Né en 1958 de parents d’origine grecs, James « Jim » Chanos est aujourd’hui reconnu comme étant un très grand investisseur. Gérant du fonds d’investissements Kynikos Associates, sa technique d’investissement consiste à l’analyse détaillée des comptes des sociétés côtés en bourse. S’il découvre des failles de comptabilité, il cherche à vendre à découvert cette société. Ainsi, ses investissements sont souvent perçus comme des signes d’alertes par les entreprises. 

Par ailleurs, il est celui qui avait prédit la chute du géant américain de l’énergie Enron. Il s’agit ni plus ni moins que l’un des plus gros scandales financiers du XXIe siècle. La société gonflait artificiellement ses profits tout en masquant ses déficits à l’aide de sociétés écrans. 

Les cryptos, un « jeu de spéculation que l’on fait passer pour une percée technologique« 

Le 4 juin dernier, le fondateur de Kynikos Associates donnait une interview pour l’Institut pour une nouvelle pensée économique. Il revenait par ailleurs sur le fonctionnement des fraudes financières. Pour lui, ces dernières sont intrinsèquement liées aux cycles économiques. 

J’ai découvert dans mes recherches et mon enseignement que ce que j’appellerais le « cycle de la fraude » – des cas de fraude financière à grande échelle sur de multiples plateformes et entreprises sur les marchés financiers de l’ère moderne (les 500 dernières années) – suit le cycle financier avec un certain retard. Cela signifie qu’à mesure que les affaires et particulièrement les marchés financiers s’améliorent, le sentiment d’incrédulité et de prudence que les gens ont souvent acquis lors du ralentissement économique précédent commence à s’éroder. Des projets qui, auparavant, auraient pu sembler trop beaux pour être vrais, commencent à être adoptés.

James Chanos

En clair, plus le cycle dure longtemps et plus la vigilance du public diminue. Ce qui augmente alors le risque de fraude. Mais pour Jim Chanos, ce constat vaut aussi pour les cryptomonnaies. Pour lui, le Bitcoin par exemple, n’est qu’un « jeu de spéculation sur la sécurité, que l’on fait passer pour une percée technologique en matière monétaire. » Il précise même qu’en cas d’apocalypse, la négociation fonctionnerait beaucoup mieux avec les produits alimentaires qu’avec des crypto-actifs. « La dernière chose que je voudrais posséder est le Bitcoin, si le réseau tombait en panne. »

Il conclut en remettant en cause la nature de la plus célèbre des cryptomonnaies. Pour lui, elle est nécessairement frauduleuse. « Le Bitcoin est toujours le véhicule par lequel les gens tentent d’éviter la taxation ou d’autres examens de leurs transactions ».

Je pense que nous allons voir de plus en plus d’entreprises douteuses alors que ce marché haussier ne cesse de progresser et de mûrir.

Une chose est sûre, James Chanos n’est pas fan des cryptomonnaies. Reste à savoir si, par son poids dans le secteur financier, son interview viendra modifier les cours des cryptomonnaies. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
40% des investisseurs en Corée du Sud misent sur le long terme avec les cryptomonnaies

Peut-on vraiment espérer des gains rapides en investissant même massivement dans les cryptomonnaies ? Pour les coréens interrogés par l'étude...

Fermer