Pollution, embouteillages monstres : l’échec d’Anne Hidalgo sur la piétonnisation des berges de Paris

Un rapport publié ce lundi vient accabler la maire et la mesure prise par la municipalité. La piétonnisation des berges est un échec : les temps de trajets ont augmenté, de même que la pollution atmosphérique et auditive. 

Les conclusions du rapport du comité régional de suivi et d'évaluation des impacts de la piétonisation des voies sur berge rive droite à Paris sont édifiantes. Cette mesure tant voulue par Anne Hidalgo, et prise alors même que des rapports d'enquête remettaient en cause son efficacité, est un échec. 

Temps de parcours qui explosent, pollution en hausse et nuisances sonores

Le comité note le succès de la piétonisation en termes de fréquentation par les promeneurs, "notamment par beau temps" et aussi "la diminution de la pollution atmosphérique sur l'ancienne voie Pompidou fermée à la circulation". Et c'est tout. Ce sont exactement les deux seuls points positifs qui sont exposés dans le rapport quant à cette mesure. 

A l'inverse, ce même rapport dévoile dix points qui se sont considérablement dégradés. Parmi eux, des temps de trajets qui explosent du fait des embouteillages que crée la piétonnisation des berges. En soirée, il faut plus d'une heure pour faire Boulogne-Charenton (15 km) soit une hausse de 40% du temps de trajet. Au même moment, le temps de parcours sur les quais hauts le soir a augmenté de 65% sans qu'aucun phénomène d'évaporation du trafic (de renoncer aux déplacements en voiture) ne soit observé ! Ainsi, la qualité de l'air ne s'est pas non plus améliorée, pire, elle s'est dégradée du fait du congestionnement du réseau. Le niveau sonore sur les quais hauts a aussi considérablement augmenté le soir (entre +2 à 4 dB).

Un bilan qui fragilise un peu plus Anne Hidalgo

Les opposants aux projets, et plus globalement à Anne Hidalgo, ne se sont évidemment pas fait attendre pour commenter ces résultats. Lors du Conseil de Paris ce mardi, Les Républicains ont dénoncé "de graves conséquences qui demandent des mesures correctrices après un rapport accablant". De son côté, la ville de Paris a réagi en affirmant que le rapport " dévoile des données qui en fait sont déjà publiques tout en les commentant de façon caricaturale ". Elle juge dommageable que la région "se mobilise encore et toujours contre la piétonnisation de 3,3 km de la Voie Georges Pompidou via un comité parallèle au véritable comité de suivi présidé par le Préfet de Police". 

Pour ne rien arranger, ce rapport apparaît quelques heures après la publication d'un sondage Opinionway - Atlantico sur l'image d'Anne Hidalgo. Ainsi, 47% des parisiens pensent que la situation de la capitale s'est dégradée depuis 2014 contre 27% qui pensent qu'elle s'est améliorée. Et quand on leur demande leur avis sur la maire, 57% sont mécontents de son action tout en affirmant majoritairement qu'elle est autoritaire (77%) sans pour autant être proche des préoccupations des parisiens (38%). Et quand on sait que sa décision de piétonniser les berges a été prise contre l'avis défavorable du rapport d'enquête fait en juillet 2016, on se dit que son image risque encore de se dégrader. A raison, ou à tort...

" Il (le parc de Rives de Seine) a été un élément important du dossier de candidature de Paris aux Jeux olympiques "

Source : la Ville de Paris

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
L’intermédiation en assurance largement délimitée par l’avocat général de la CJUE

Des précisions importantes viennent d'être apportées concernant la notion d'intermédiation en assurance. C'est l'avocat général de la CJUE qui vient...

Fermer