Pour jouer en amateur, un ex-rugbyman pro doit justifier devant la FFR…d’un contrat de travail de 35h

L’histoire est peu commune. Sébastien Descons, ex-rugbyman professionnel passé par Perpignan ou encore le Racing Metro, a vu sa licence de joueur amateur lui être refusée par la fédération Française de Rugby. Le motif : ce dernier ne dispose pas d’un contrat de travail de 35h.

L’histoire est racontée par l’intéressé lui-même. Sur Twitter, Sébastien Descons, demi de mêlée passé par Perpignan, la Section Paloise ou encore le Racing Metro, explique avoir subi une déconvenue surprenante alors qu’il a mis un terme à sa carrière professionnelle. 

L’ex-professionnel souhaitait profiter de sa retraite pour continuer à jouer en amateur. Une décision directement refusée par la Fédération Française de Rugby qui s’appuie sur des points de réglements que peu connaissent. 

Un 35h sinon rien

Dans un tweet, le demi de mêlée fait part de sa déception. « Merci à la FFRugby et à sa commission de me refuser la licence de joueur amateur pour jouer dans mon village ! Des STAGES d’été pour les enfants crée de A a Z , un DEJEPS validé en juin , une nouvelle formation en commerce cette année, je dois pas en faire assez. »

Le joueur complète son premier message par deux nouveaux tweets dans lesquels il explique que la décision de la FFR aurait été motivée par le fait qu’à la sortie de sa carrière professionnelle, le joueur ne pouvait justifier d’une « activité salariale de 35h en parallèle. »

Je savais ça mais je pense que trouver un juste milieu avec les mecs qui , « peut être » prennent leur chômage et basta ok, mais ceux qui comme moi justifie d’activités à côté , se forment etc , laissé une porte ouverte serait judicieux. 

Sébastien Descons

Contacté, la Fédération Française de Rugby a répondu ce jeudi matin en affirmant qu’elle souhaite « protéger les joueurs en situation de reconversion professionnelle » et que sa « demande n’a pas été refusée à ce jour. » 

Après avoir été joueur professionnel, nous vous demandons de justifier d’une activité professionnelle à temps plein pour pouvoir évoluer en équipe Une à un niveau de Fédérale 2 ou Fédérale 3. Ce règlement existe depuis plusieurs années. C’est pr éviter que les joueurs en situation de reconversion professionnelle se retrouvent, parce qu’ils auraient privilégié la pratique du rugby, sans ressources/activités lorsqu’ils arrivent en fin de droits. Il s’agit de vous protéger, et pas de vous empêcher de pratiquer. D’ailleurs la pratique est bien sûr possible à un autre niveau de compétition.

Fédération Française de Rugby

Nous avons aussi pu joindre Provale, le syndicat national des joueurs de rugby qui nous indique que c’est une « problématique qui revient chaque année. »

Si cette règle n’existait pas, tous les clubs de Fédérale 1, 2 et 3 feraient venir 35 joueurs qui toucheraient le chômage. Mais si jamais ces derniers souffrent d’une grosse blessure, comme les ligaments croisés, ils ne sont plus couverts, ils ne toucheraient plus rien. Concernant Sébastien, c’est dommageable car c’est un joueur qui est en formation chez nous. Mais la situation devrait rapidement se régler. Il faut savoir que le contrat de travail peut être évolutif. Il peut commencer à 35h puis justifier par la suite d’un mi-temps.

Union des joueurs de rugby professionnels

Nous avons demandé au syndicat si un traitement égal serait réservé à un étudiant, et non pas un ex-pro, qui suivrait un cursus scolaire au même titre que Sébastien Descons. Le syndicat nous a affirmé que non car « le rugby ne serait pas son activité principale. Il est d’abord étudiant. Mais si jamais il se blesse, là encore, la perception des indemnités serait remise en question ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Même les hôpitaux publics dénoncent la frilosité réformatrice du gouvernement

Les hôpitaux publics, regroupés dans la Fédération Hospitalière de France (FHF), n'y sont pas allés de main morte avec le...

Fermer