Procès Bygmalion/France TV: un compte rendu sans appel

Temps de lecture : 4 minutes

Cet article a été lu 1796 fois

Article initialement paru sur le blog CGC Médias.

Dans une rubrique « Compte rendu d’audience » que signe aujourd’hui Richard Sénéjoux pour Télérama dans son article “Affaire Bygmalion, volet Carolis : le procès des renvois d’ascenseurs” – à lire absolument – le lecteur qui a pu suivre du 14 au 24 novembre, chaque jour sur le blog CGC Média, le déroulé des audiences, va pouvoir en découvrir  les attitudes des prévenus dans un procès que Maître Roger Koskas a surnommé  « le procès des liftiers ».

Richard Sénéjoux qui a été présent du début jusqu’à la fin sur les bancs du Tribunal réservés à la Presse,  écrit entre autres «A la fin du mandat de Patrick de Carolis, Camille Pascal a rejoint l’Élysée comme conseiller et plume occasionnelle du président [Sarkozy, ndlr].

L’histoire ne s’arrête pas là. Car en 2011, c’est… Patrick de Carolis qui travaillera pour Bygmalion ! 120 000 euros en six mois pour une vague mission de création d’une télé locale en Picardie. Ultime et beau renvoi d’ascenseur, la presse parlera même à l’époque de « rétrocommission ». 

Ce qui fait dire à Me Roger Koskas l’avocat de la CFDT et du SNJ : « leur collaboration a commencé avant sa présidence et s’est même poursuivie après. Avec cette “mission” signée Carolis pour Bygmalion, Bastien Millot n’est pas l’arroseur arrosé, mais le conseilleur conseillé ! » (sourires dans la salle). « Tout ça, ce sont des petits arrangements entre amis. Je suis sidéré par ce sentiment d’impunité », assène Pierre-Olivier Lambert, l’avocat du SNPCA-CGC…».

Et de fustiger les défenses de Carolis et de Millot…“Me Rault, l’avocate de Bastien Millot, s’étonne au passage que Rémy Pflimlin et Martin Ajdari, les successeurs de Patrick de Carolis et Camille Pascal, ne soient pas eux aussi poursuivis (¤): ils ont continué à travailler avec Bygmalion jusqu’en 2013, mais pour des sommes qui déclineront dans le temps. Ils seront d’ailleurs interpellés dès 2010 sur la question par les syndicats. Qui se seraient vu répondre par leur nouvelle direction « c’est politique ».
(¤) Ils font l’objet d’une plainte en citation directe pour les faits de 2010 à 2013 qui leur a été délivrée voila un mois environ et font l’objet d’une procédure à suivre.

Presque en écho à l’excellent article en question, le dernier tract de la CFDT “Procès Bygmalion: de la prison requise, position scandaleuse de France Télévisions.” (*ci-après) enfonce le clou et montre comment ces gens qui « gouvernent » de qui chacun est en droit d’exiger exemplarité et droiture, s’assoient profondément sur l’ensemble des règles, décrets, ordonnances et principes élémentaires.

(*) Il faut croire que les arguments développés à la barre par nos ex-dirigeants, Patrick De Carolis, Camille Pascal et Bastien Millot n’ont pas tout à fait convaincu le procureur : 6 mois de prison avec sursis à l’encontre de notre ex PDG et 25 000€ d’amende, 4 mois avec sursis et 75 000€ d’amende contre Millot, ex N°3 de FTV, et 15 000€ d’amende requis contre l’ex N°2 de FTV Camille Pascal.

Ces demandes de peines peuvent paraître sévères, elles sont le reflet des débats où les prévenus n’ont jamais pu démontrer de manière crédible que tout ça s’est fait dans leur dos en contrefaisant leur signature…

De ce point de vue, la défense de Carolis est apparue improbable. Vouloir comme seule stratégie démontrer qu’on ne savait rien, que ces broutilles de contrat ne remontaient jamais jusqu’à lui, alors que Millot siégeait dans le bureau voisin, nous est apparu absurde. Notre ex patron a voulu prendre la Cour de haut et c’est sans doute de cette même hauteur qu’il va chuter… Bien mal conseillé, selon nous, par un avocat dont on retiendra la formule “Patrick De Carolis ne dirigeait pas FTV, il gouvernait.” Non mais ! Excusez-nous Monsieur le “Gouverneur” de venir vous déranger dans vos altitudes pour savoir ce que vous avez fait de l’argent public.

Les avocats de la CGC ont démontré dans leurs plaidoiries ensuite que le délit de favoritisme est clairement constitué : des contrats signés de manière systématique, sans mise en concurrence, pour des prestations virtuelles et sans valeur ajoutée, entre des dirigeants qui se côtoyaient quotidiennement. Il n’y avait visiblement que nos trois prévenus pour penser pouvoir passer entre les gouttes…

Eh bien, pourtant, ils ont trouvé un défenseur que l’on attendait pas, en la personne de Me Pitron, l’avocat de France Télévisions, comme nous partie civile dans l’affaire. Payé lui aussi par l’argent public, et mandaté par la société, il a clairement affirmé qu’il espérait une relaxe générale quand il dit que “l’ensemble des procédures avait été respecté” ou encore que “si jamais il devait y avoir condamnation”, FTV verrait bien, à la rigueur, une amende “d’un euro symbolique”.

Voilà comment, cette entreprise, délestée de plus d’1,5 millions d’euros d’argent public se défend. Alors même qu’elle a changé de présidence. Encore une fois, des relents d’entre soi et d’arrangements entres gens importants nous soulèvent le cœur. Comment ne pas voir ici la manifestation concrète d’une Nomenclatura qui protège ses intérêts et ses dignitaires. Après cela on viendra nous traiter d’archaïques et de rétrogrades. Il faut le dire, c’est proprement scandaleux, révoltant et indigne. On s’étonnera ensuite que le bon peuple se défie de la chose publique et verse dans les extrêmes…

Fort heureusement la CFDT, la CGC (à l’origine de la plainte), le SNJ et leurs avocats Me Roger Koskas, Me Pierre-Olivier Lambert et Me Maria Cornaz, peuvent être fiers d’avoir porté cette affaire, instruite par le juge Renaud Van Ruymbeke, et d’avoir défendu l’honneur des salariés du service public de l’audiovisuel et les intérêts des téléspectateurs-contribuables.

Le jugement sera rendu le 19 janvier 2017.”

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Année en berne dans le textile français

L'Union des Industries Textiles a présenté, fin novembre, la situation dans son secteur. Après deux excellentes années, la conjoncture se...

Fermer