Des punaises de lit aux urgences du CHU de Nantes

Des punaises de lit ont obligé à une grande campagne de fumigation aux urgences du CHU de Nantes. Une fois de plus, l’hôpital public montre toute la fragilité de son organisation et sa très grande exposition aux risques sanitaires. 

Des punaises de lit ont obligé à fermer les urgences du CHU de Nantes pendant plusieurs jours, le temps d’une campagne de fumigation. Pendant ce temps, les patients ont été accueillis sous des tentes installées aux entrées du bâtiment. L’information nourrira une fois de plus les inquiétudes des assurés sociaux sur la qualité des soins dispensés dans les établissements financés par leurs cotisations. 

Cette situation a donné lieu à l’information suivante de la part de l’établissement:

Les personnes venant aux urgences sont invités à se présenter directement à l’accueil installé au niveau de la tente à l’extérieur devant l’entrée des urgences. Afin de limiter les risques de diffusion, les accompagnants ne sont temporairement plus autorisés au sein du service.

Parallèlement à ces installations de fortune, l’hôpital a incité les patients à se rendre de préférence chez leur médecin traitant. 

Le CHU de Nantes prend la situation avec humour

On notera sur le site du CHU cette information complète sur la punaise de lit:

« Le nom scientifique de la punaise de lit est Cimex lectularius. La punaise adulte est de couleur brunâtre, a une forme ovale aplatie et mesure de 4 à 7 millimètres de long. Elle vit généralement assez longtemps, environ 6 à 24 mois en se nourrissant régulièrement, mais peut survivre jusqu’à un an en état de dormance. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
L’offre d’embauche, un piège de plus pour l’employeur

L'offre d'embauche est toujours un moment particulier pour une entreprise. Elle est synonyme d'engagement, autant du point de vue de...

Fermer