Reste à charge zéro en 2020, démarche qualité au SAMU, gestion de l’épidémie de dengue à la Réunion: les dernières nouvelles de la santé

La ministre Buzyn a évoqué hier avec les organismes complémentaires la question du reste à charge zéro. La discussion a porté sur le calendrier de mise en oeuvre de la mesure. Les fédérations professionnelles ont réclamé un report de la réforme au 1er janvier 2020, le temps d’intégrer le dispositif dans les contrats. En outre, elles ont plaidé pour un recours accru aux réseaux de soins.

Buzyn fera-t-elle en bout de course le même flop que Touraine avec le tiers-payant généralisé? Rien ne l’exclut. En l’état du dossier, personne ne conteste vraiment les options présidentielles sur le sujet, mais tous les acteurs du dossier sont debout sur le frein pour retarder le plus possible leur réalisation. En l’espèce, la proposition des organismes complémentaires de renforcer les réseaux de soin à partir pour favoriser le reste à charge zéro ne devrait pas tarder à faire bondir les médecins de ville. Ceux-ci vouent en effet une haine inextinguible à ces réseaux qui encadrent leur pratique professionnelle.  

Tout laisse à penser que les polémiques vont enfler sur le sujet dans les mois à venir.  

Buzyn veut une démarche qualité pour le SAMU

Après le drame de Strasbourg évoqué dans nos colonnes, la ministre Buzyn a reçu les urgentistes. La réunion lui a permis de dresser un plaidoyer en faveur d’une démarche qualité dans les SAMU. Les considérations de la ministre sur le sujet laissent un peu pantois, dans la mesure où l’on n’imaginait pas que les pratiques recommandées ne fussent pas déjà en vigueur dans les hôpitaux publics. Une fois dep lus, le retard du service public dans le management des services est criant. 

On notera par exemple cette injonction: 

« La « démarche qualité » passe aussi, dans certains Samu, par l’écoute « systématique » des enregistrements lorsqu’un problème est détecté, par exemple lorsqu’un patient arrive aux urgences « dans un état inquiétant », après avoir tenté d’appeler mais « sans avoir été pris en charge », a expliqué François Braun, président de Samu-Urgences de France. 

Cet aveu de vide managérial fait froid dans le dos. 

L’épidémie de dengue à la Réunion est-elle mal gérée?

C’est ce que prétend l’ancienne ministre socialiste Ericka Bareigts. À l’occasion d’une question au gouvernement, elle a soutenu: « Le défaut d’anticipation de l’Etat est particulièrement grave d’autant plus que La Réunion a vécu une saison cyclonique intense favorable au développement des moustiques et de leurs larves. » Selon l’ancienne ministre, la suppression de contrats aidés à faciliter la propagation de la maladie par l’affaiblissement du système sanitaire local. 

La ministre a indiqué que la souche du virus était nouvelle et qu’elle avait mobilisé tous les services de l’État pour juguler l’épidémie. Elle a ajouté qu’elle recruterait 300 nouveaux contractuels pour aider à la lutte.  

2.600 cas se seraient déclarés sur l’île.  

Antibiorésistance: une étude américaine sur la résistances des bactéries

On notera l’étude signalée par Santélog, et menée par des chercheurs américains sur les stratégies de résistance aux antibiotiques développées par les bactéries.  

Ils suggèrent que la bactérie peut avoir une certaine capacité à protéger la colonie de certaines toxines externes alors que les bactéries sont encore en phase de colonisation (donc avant la formation d’un biofilm). 

Un message chimique, d’alerte à la communauté, qui illustre un comportement de P. aeruginosa ‘de groupe » jusque-là inconnu, pour contrer les antibiotiques. 

Instructif!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Le déficit commercial français découle en partie du déficit public, par Olivier Myard

Cet article provient du site La Chronique Agora. Les déficits de notre pays affectent votre pouvoir d’achat. La pression fiscale...

Fermer