Retards de paiement : les entreprises du BTP ne seraient pas si vertueuses

La barre symbolique des 11 jours a enfin été atteinte en France. C'est ce qu'affirme le cabinet Altares dans son rapport sur les délais de paiement du premier et deuxième trimestre 2017, rendu public en septembre 2017. Parmi les bons élèves, on trouve le secteur du BTP. Mais attention, les fédérations dénoncent aussi des pratiques qui pourraient biaiser ces résultats. 

Thierry Millon, Directeur des études d’Altares ne cache pas sa surprise à l'évocation des résultats de l'étude de son cabinet. " Inenvisageable durant le long tunnel de crise, inespéré il y a seulement deux ans lorsqu’ils approchaient 14 jours, le défi de ramener les retards de paiement sous le seuil des 11 jours serait-il enfin gagné ? »

Le BTP, un champion de France contesté

Au palmarès des entreprises qui respectent le plus les délais de paiement, on retrouve le secteur de la construction avec en moyenne un retard de paiement de moins de 8 jours au deuxième semestre de l'année 2017. Un chiffre en progression puisqu'au premier trimestre, il était à plus de 8 jours. Il faut d'ailleurs noter près de 60% des entreprises de ce secteur n'accusent aucun retard. 

Evidemment, cette nouvelle était trop belle pour être vraie. L'observatoire des délais de paiement pointe du doigt la "mise en place de pratiques pouvant occasionner des délais cachés". Les fédérations professionnelles du BTP dénoncent régulièrement la mise en oeuvre abusive de la retenue de garantie. En clair, certaines entreprises retiennent plus que le plafond légal autorisé ou ne respectent pas les formalités procédurales prévues par la loi. 

On note une bonne amélioration dans le respect des délais de paiement puisque la moyenne de jours de retard sur l'ensemble des activités est passé de 11,4 à 10,9. Néanmoins, on constate aussi qu'au deuxième trimestre de 2017, seulement 43,4% des entreprises respectent scrupuleusement les délais. 

Un retard important au niveau européen

Là où le bât blesse, c'est que la France n'est même pas sur le podium européen. Souvent citée en exemple dans quelque domaine que ce soit, l'Allemagne fait office de référence puisque près de 65% de ses entreprises paient sans retard. Suivie des Pays-Bas et de l'Espagne. 

" Réglementation, prévention, mais aussi sanctions ont été essentielles pour accélérer l’encaissement des factures, explique Thierry Millon. Mais plus encore, c’est la prise de conscience du danger que fait peser le non-respect des délais de règlement sur le développement des entreprises qui sera la clé du changement durable des comportements de paiement ". Si le retard de paiement est monnaie-courante en Europe, il conduit chaque année à la faillite plusieurs centaines de milliers d'entreprises. A partir de 30 jours, ce risque est multiplié par 6. Et à partir de 69 jours, il est 11 fois plus fort. 

228 procédures d'amendes ont été lancées, représentant 10,9 millions d'euros. 70 d'entre elles concernent des grands groupes et leurs filiales. Le secteur du BTP figure parmi les secteurs les plus sanctionnées, avec 743 550 euros d'amendes distribués, derrière le transport (793 550 euros), l'industrie chimique (841.900 euros), le commerce de détail (1 394 000 euros) et enfin l'édition de logiciel et conseils en système informatique (1 438 700 euros).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
90 millions d’euros pour le traitement des maladies rares

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé et Frédéric Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, ont annoncé un renforcement...

Fermer