RGPD : plusieurs médias américains blacklistent les utilisateurs européens !

Au lendemain de l’entrée en vigueur du RGPD, plusieurs lecteurs des nouvelles américaines ont eu la mauvaise surprise de voir leurs accès aux médias outre-Atlantique être suspendus. Une décision largement motivée par la volonté de ces médias de ne pas se conformer au RGPD.

Vous les avez sans doute vu dans votre boîte mail : ces centaines de messages de sites web, dont certains que vous aviez oublié l’existence, qui vous annonce avoir changé leur politique de traitement des données personnelles. Si la plupart de ces plateformes se conforment (plus ou moins) au RGPD nouvellement entré en vigueur, la donne n’est pas la même outre-atlantique.

Ainsi, on ne compte plus les exemples de sites états-uniens, qui à défaut de se mettre en conformité, préfèrent simplement interdire leur accès aux usagers européens, donc soumis au RGPD.

Site inaccessible, version européenne très épurée : chacun fait sa sauce

La palme du mépris états-unien vis-à-vis du RGPD et des utilisateurs européens revient sans conteste aux groupe Tronc et Lee Entreprises. Comme le révèle la BBC, ces deux groupes qui éditent respectivement 11 et 46 quotidiens ont simplement fermé leurs accès aux utilisateurs européens.

En se rendant sur la page du Los Angeles Times, quotidien appartenant au groupe Tronc, les utilisateurs européens tombent sur le message ci-dessus.

Notre site web est malheureusement indisponible dans la plupart des pays européens. Nous nous en préoccupons et nous nous engageons à examiner les options pour soutenir notre gamme complète d’offres numériques sur le marché de l’Union européenne. Nous continuons à chercher des solutions de conformité technique qui fourniront à tous les lecteurs notre journalisme, titulaire de récompenses.

Si la mesure est radicale, elle est, pour certains experts, très hypocrite. Pour Francisco Vera Hott, agent de défense des droits de l’ONG Privacy International, les sites concernés ont choisi la solution la plus paresseuse. 

A ces médias (surtout américains) pas accessibles depuis l’Europe « à cause du RGPD » :

vous aviez ‘deux années entières’ pour vous préparer, avec des solutions comme un paywall libre de traqueurs, de la publicité contextuelle ou votre propre système de vie privée. Mais à la place, vous avez choisi la solution la plus paresseuse.

D’autres médias ont choisi une solution beaucoup plus étonnante. C’est le cas, comme le révèle Numérama, du journal « Usa Today ». Ce dernier a choisi de mettre en ligne une version européenne très épurée du site.

Pas de pub, pas de collecte de données d’audience. Du texte, des images, des liens. On est presque dans une situation où le média montré à l’Europe est une version premium du média original.

Des bons élèves mais aussi des opportunistes

Malgré ces quelques exemples, il faut aussi noter que plusieurs médias ont choisi de rester inchangé. C’est le cas de CNN ou du New York Times. D’autres ont préféré se conformer intégralement au RGPD en ouvrant automatiquement une nouvelle page sur les navigateurs d’utilisateurs européens, leur demandant leur consentement sur l’utilisation de leurs données. 

Chez le Washington Post, c’est l’opportunisme qui règne. Ce dernier « redirige automatiquement les utilisateurs européens vers une page d’abonnement, où un tarif spécial UE – sans pubs ni cookie – a été créé. »

Nous donnons le choix aux utilisateurs européens. Soit ils acceptent notre politique de collecte des données et peuvent accéder gratuitement au site, soit ils souscrivent un abonnement spécial sans publicité.

Shailesh Prakash, CIO du quotidien américain

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Pour se libérer de la monnaie nationale, un agriculteur russe lance sa cryptomonnaie !

Pour sauver son village et relancer l'économie locale, Mikhail Shlyapnikov, un agriculteur russe, a créé sa propre cryptomonnaie : le...

Fermer