Richard Ferrand, l’impressionnant et double déni de justice

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 14256 fois

Article mis à jour le 29 mai à 12h

Tiens, Ferrand ne sera pas inquiété par le parquet de Brest (placé sous l’autorité de l’éminent garde des Sceaux François Bayrou, exemple vivant du renouvellement jusqu’au bout et de la moralisation faite homme), qui a considéré – à rebours, semble-t-il, de l’analyse des avocats des Républicains – qu’il n’y avait dans le dossier révélé par le Canard Enchaîné, matière ni à fouetter un chat, ni à fouetter une chatte, ni à ouvrir une enquête préliminaire.

La position du parquet est tellement risible qu’on se tient les côtes pour ne pas en perdre une à force de pouffer.

Mme Ferrand a réussi un miracle bancaire

Compte tenu des dispositions du Code de la Mutualité, pour que le parquet ne trouve rien à redire au dossier, il faut donc que l’épouse de l’alors directeur général des Mutuelles des Bretagne ait pu obtenir du Crédit Agricole du Finistère un prêt de 400.000€, soit 100% de la valeur du bien, sans arguer qu’elle avait déjà trouvé un locataire solide et sérieux: l’entreprise de son mari.

Si, en effet, le Crédit Agricole avait consenti ce prêt en contrepartie d’un engagement pris par la mutuelle, alors, il y avait violation du Code de la Mutualité.

Si le parquet ne s’est pas saisi, c’est que le Crédit Agricole a dû accepter de filer 400.000€ à une SCI capitalisée à hauteur de 100 euros, pour l’achat d’un bien de 400.000€ sans demander la moindre garantie, la moindre signature, la moindre preuve que le bien serait loué. Bravo, Mme Ferrand, pour avoir convaincu aussi facilement cette banque pourtant peu connue pour son indulgence de lâcher l’oseille. Cette décision fera jurisprudence pour toutes les entreprises de France qui sont sur le grill lorsqu’elle veut acquérir un bien professionnel.

Les révélations très gênantes du Parisien

Pas de chance pour Richard Ferrand, le Parisien de ce matin vient de confirmer les soupçons que tous les initiés pouvaient avoir.

Selon l’avocat, Richard Ferrand a lui-même signé en décembre 2010, en son nom propre, le compromis de vente des locaux professionnels d’un expert-comptable, choisis pour accueillir un centre de soins à Brest. La promesse de vente de ce bien, aujourd’hui incriminé dans l’affaire, comportait une condition suspensive: “la conclusion d’un bail commercial avec une SCI devant substituer Richard Ferrand et les Mutuelles de Bretagne”.

La SCI était donc celle de la compagne de l’actuel ministre. Grâce à la garantie de location offerte par la mutuelle, cette dernière n’a déboursé aucun capital pour acheter le site, d’après Le Canard Enchaîné, et obtient un prêt bancaire pour couvrir l’investissement. Autre détail qui interpelle le journal: c’est la mutuelle qui se charge de financer la rénovation des locaux pour un montant de 184.000 euros. Un “arrangement familial” selon l’expression du Canard, qui aurait permis à la compagne de Richard Ferrand de se constituer un patrimoine à moindre frais.

Tiens donc! la Mutuelle qui s’engage pour cautionner un bien dont le bénéficiaire est… le directeur général.

On voit mal comment la version des faits avancées par Ferrand pourrait tenir sans donner lieu à poursuite. D’autant que les procès-verbaux du conseil d’administration de la Mutuelle ne permettent pas d’établir que les administrateurs aient validé en bonne et due forme la convention réglementée (en l’espèce le bail) qui s’en est suivi.

Voilà donc une double violation du Code de la Mutualité dont on imagine mal qu’elle reste sans réaction de la part de l’autorité judiciaire.

Ferrand, Fillon, deux poids deux mesures, évidemment

Je fais partie des Français qui ont mis une pince à linge sur le nez lorsque l’affaire Fillon a éclaté. Sur le fond, les montants en jeu étaient équivalents à ceux qui se jouent dans l’affaire Ferrand. Pourquoi, dans un cas, le Parquet national financier s’est-il saisi du dossier dans les heures qui ont suivi sa révélation, diffusant ensuite systématiquement à la presse les procès-verbaux d’audition avec la claire intention de nuire? Pourquoi, dans l’autre, ni le parquet national ni le parquet local ne se saisissent-ils, alors qu’une disposition légale a potentiellement été violée par l’impétrant?

On avait cru que le renouvellement jusqu’au bout et que la moralisation de la vie politique auraient une autre odeur que celle du réchauffé.

print

7 commentaires sur Richard Ferrand, l’impressionnant et double déni de justice

  1. La différence est que l affaire Fillon était préparée. Chaque “révélation”, chaque phase du dissier l ont ete selon un programme et une sequence deja etablis dans un timing precis. Des que fillon repondait a un truc, par nouvelle révélation, nouvel élément d enquête.
    Avec un enquête qui s emballe et se poursuit sans relâche jusqu au premier tour. Pas. Une fois Fillon élu, termine plus d actu, plus de perquisition, plus d audition. Pourquoi? Juste parce que le but était atteint. Éliminer Fillon et porter le monstre le pen au second tour pour faire élire macron….point final.
    C est bien la preuve que la justice était aux ordres contre Fillon comme elle l est aujourd’hui au bénéfice de Ferrand. Ils attendent, font la sourde oreille à la grogne populaire tant qu’ elle ne monte pas plus. Et hop ça va glisser tout seul.
    Seule une immense clameur populaire de la rue obligerait macron à sacrifier Ferrand…

  2. un bien de 400 000€ loué 42000€ soit + de 10% de rentabilité est très rare. Si en plus le preneur locataire fait 180000€ de travaux en arrivant, ou c’est un irresponsable, ou c’est une belle ESCROQUERIE. Comment à la vue de ces chiffre Ferrand et la justice peuvent ils expliquer et justifier cela à n’importe quel professionnel de l’immobilier.

  3. Une enquête serait préférable, ne serait-ce que pour établir les faits plutôt que ce qu’on en dit.
    Pour le reste, il y a une grosse différence avec l’affaire Fillon. Manifestement personne n’a été lésé, et surtout pas le contribuable.

  4. C’est souvent celui qui veut laver plus blanc que les autres, qui a les basques les plus embourbées.
    A la place des adhérents de cette mutuelle de Bretagne, je changerais de boutique car celle-là semble plus intéressée à enrichir son patron (ou dirigeant) plutôt que de gérer au moindre coût !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Ferrandgate: une pétition demande à l’épouse de Ferrand de rendre l’argent

Dans le Ferrandgate, l'émotion et la polémique montent. On signale notamment une pétition lancée hier demandant à Mme Ferrand de...

Fermer