Comment le RSI dissuade la libre entreprise

Quel est le coût du RSI pour la libre entreprise en France? À ce stade, le sujet n’est guère documenté, mais il pose un véritable problème. Il ne tient pas (principalement) à la mauvaise qualité de service de cet établissement chargé, paraît-il, d’une mission d’intérêt général. Il tient surtout au mode même de calcul des cotisations. L’adaptation tardive des montants appelés incite les entrepreneurs à éviter les fluctuations d’activité et donc à ne pas faire « trop de chiffres ».

Le témoignage, lu dans la presse régionale, d’un maroquinier ligérien le montre.

Quand la libre entreprise est rendue compliquée par le RSI

Voici comment cet artisan présente l’impact du RSI sur son activité:

Depuis son installation, voilà vingt-sept ans, l’artisan ne fait état d’aucun arrêt maladie. La raison pour laquelle son système de protection – le Régime social des indépendants (RSI) – le chiffonne parfois a plutôt trait aux cotisations, dont il juge le calcul « complexe », qu’il verse. Une partie des chefs d’entreprise avec lesquels le cordonnier a eu l’occasion d’échanger, protestent face à des charges qu’ils jugent élevées au regard de leurs revenus. « Il y a quelque temps, après une bonne année, «  mon RSI  » avait plus que doublé », témoigne Pascal Rapin – dont les affaires avaient, néanmoins, rapidement retrouvé un niveau plus habituel. Le système pourrait, à ses yeux, encourager les travailleurs indépendants à « faire attention à ne pas faire trop de chiffre », par crainte de devoir payer des cotisations qu’ils estiment surdimensionnées.

On ne pouvait pas mieux expliquer comment la « protection sociale » imposée par le législateur au nom du bonheur universel se transforme en outil de suicide collectif.

print

6 commentaires sur Comment le RSI dissuade la libre entreprise

  1. J’a travaillé avec 40 de fièvre puisque je ne peux être malade seulement à partir du 7 em jour alors que je cotise de la folie ! un fonctionnaire lui est pris en considération dès la première seconde surtout le jeudi matin en sachant que le vendredi sera férié ! on se fait vraiment traire comme des vaches et on justifie notre rackette par des blabla digne encore de fonctionnaires, oui celles et ceux qui ne sortent pas la France de la dette béante impossible à rembourser mais belle et bien à grandir en dépensant notre sueur, privation, et j’en passe pour qu’eux puissent vivre pleinement de la richesse que nous apportons contrairement à eux !Pour ma part, mes 25 meilleurs années sont passées, je pouvais embaucher mais je ne le fais pas, un jour ou l’autre, ça sera à leur tour de banquer, oui fonctionnaire qui n’apporte aucune richesse au pays mais dont toi tu tires parti sans compter ! il n’y a pas d’égalité en FRANCE §§§§§

  2. Les fonctionnaires n’ont rien à voir (pour une fois…) avec le RSI ! Le RSI est une entreprise privée, chargée d’une mission d’un service public, d’une opacité exemplaire, faisant du bénéfice, et plaçant les cotisations des entreprises, dans les paradis fiscaux ! je vous invite vivement à lire l’ouvrage incroyable et plus que très intéressant, de Héloïse Benhamou, « la kleptocratie française » ! un scandale, c’est édifiant, avec la complicité des banques, des assurances, des syndicats, et des politiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
L’intéressement, une solution de défiscalisation pour les TPE qui veulent motiver leurs salariés, par Guy Buisson

L'intéressement est souvent mal connu par les chefs d'entreprise. Il constitue pourtant un moyen commode de motiver les salariés en...

Fermer