Sanctions en entreprise : un club de foot invente « la roue de l’infortune »

Pour sanctionner les écarts de conduite des joueurs, l’entraîneur du club allemand du RB Lieipzig a mis en place une « roue de l’infortune« . Ralf Rangnick assure que les résultats sont supérieurs aux sanctions financières. 

Généralement, lorsqu’un sportif fait un écart de conduite qui nuit à l’image du club auquel il appartient, la sanction se traduit par une amende proportionnelle à la gravité de la faute. Mais l’ancien entraîneur de Schalke 04 Ralf Hangnick a opté pour une autre solution.

Gonfler les ballons, entraîner les jeunes ou encore faire l’entraînement en tutu 

Alors qu’il est coutume de dire qu’une sanction ne fonctionne que si l’on s’attaque au portefeuille, l’entraîneur déclarait récemment au journal Bild que « les amendes sont rarement efficaces ». Alors, il s’est penché sur un nouveau système pour faire régner la discipline dans le club de la Saxe.

C’est ainsi qu’est née cette étrange roue ci-dessus. En cas d’écart de conduite comme un retard à l’entraînement ou l’utilisation intensive du téléphone portable, le joueur en question est « invité » à faire tourner la roue qui décide alors de sa sanction. Cette dernière compte douze châtiments :

  1. Gonfler les ballons, les amener sur le terrain et les laver : 30 minutes par jour pendant une semaine
  2. Entraîner une des équipes du club sur son temps libre : 4 heures
  3. Faire le guide pour les visites du stade : 1 heure
  4. Jour de chance : pas de punition
  5. Tondre et s’occuper du terrain d’entraînement : 4 à 6 heures durant la semaine d’entraînement
  6. Porter un tutu de ballerine durant l’entraînement : 90 minutes
  7. Préparer les boissons avant l’entraînement et remplir les bouteilles d’eau : 20 minutes par jour pendant une semaine
  8. Travailler en tant qu’assistant dans la boutique du club : 3 heures
  9. Servir la nourriture dans la cafeteria du club et nettoyer les tables : 30 minutes par jour
  10. Travailler comme assistant, s’occuper des maillots sales et aider au lavage des chaussures : 30 minutes par jour
  11. Aider au chargement du bus les jours de matches à l’extérieur : environ 1 heure et demie par jour
  12. Trouver des petits cadeaux pour les 60 membres du staff

Dernièrement, Jean-Kévin Augustin, international français, s’est mis en évidence en ayant refusé sa sélection en équipe de France. Cette fois, le club de la Saxe a préféré, plutôt que de lui faire tourner la roue, le laisser au repos. De son côté, Papy Djilibodji, défenseur passé par Nantes, a lui été licencié pour être revenu 72 jours en retard à l’entraînement.

Un exemple pour l’entreprise ?

Les clubs de football sont souvent considérés comme de petites entreprises. Alors, est-il possible d’exporter ce système de sanctions dans le secteur public et privé ? En théorie non car si ces sanctions paraissent plutôt légères, elles peuvent être assimilées à une humiliation publique donnant lieu à un procès aux prud’hommes.

Par ailleurs, le code du travail interdit toute forme de sanction ou d’amende à caractère financier (l.1331-2 c.trav). Cependant, des retenues sur salaire en cas absences répétées ou injustifiées peuvent être pratiquées. De même, l’employeur peut avoir recours à la suppression de primes ou la diminution de la rémunération en cas de rétrogradation, de mutation ou si la rémunération est inhérente au rendement.

Le code du travail explique aussi que les sanctions doivent être proportionnelles à la faute. Autrement dit, « une roue » arbitraire ne peut décider pour l’employeur de la sanction à appliquer. 

Enfin, il existe cinq sanctions : l’avertissement ou le blâme, la mise à pied, la mutation, la rétrogradation et le licenciement.

Il n’y a donc aucune chance de voir un salarié être puni et contraint de faire les cafés du service pendant une demi-journée, ou encore de devoir travailler en tutu.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Alors que l’hôpital lui sauve la vie, il réclame 200 000€ de dommages et intérêts

L'hôpital de Niort est engagé dans un drôle de procès. Un angevin accuse le service cardiologie de lui avoir sauvé...

Fermer