Pourquoi Schaüble ne vote pas Macron les yeux fermés, par Eric Verhaeghe

Temps de lecture : 4 minutes

Cet article a été lu 2424 fois

Article écrit pour Atlantico.

Au coeur de la présidence à venir, la capacité d’Emmanuel Macron à convaincre l’ordo-libéral Schaüble de réformer les traités sera essentielle. La refondation de l’Europe constitue l’une des pierres angulaires des projets macroniens. Pour beaucoup d’observateurs français (et selon les déclarations mêmes d’Édouard Philippe et de quelques autres), le nouveau gouvernement est libéral, ce qui devrait suffire à convaincre nos homologues allemands du bien-fondé de la politique qui s’engage. Mais, dans une interview au Spiegel, le Dr Schaüble a exprimé des réticences, jugeant par exemple irréaliste l’idée de Macron (mais largement défendue à gauche) d’un ministre européen des Finances.

Il n’est donc pas inutile de mesurer la différence entre l’auto-proclamation libérale du gouvernement Macron et l’approche ordo-libérale du Dr Schaüble.

Ce qu’est le libéralisme pour le Dr Schaüble

Pour comprendre la position allemande vis-à-vis d’Emmanuel Macron, il faut se référer à la notion mal connue en France d’ordo-libéralisme, très différente du libéralisme tel que nous le comprenons. Pour beaucoup de Français, le libéralisme n’est pas incompatible avec une présence forte de l’État, ni avec un déficit public important. Il n’en va pas de même en Allemagne.

La notion d’ordo-libéralisme telle qu’elle est pratiquée par Wolfgang Schaüble repose sur des idées très différentes. En particulier, l’État ordo-libéral est beaucoup moins dépensier que l’État en France. Il s’interdit le recours au déficit, et il repose sur une inflation maintenue à un niveau faible par une banque centrale indépendante. Sur ce point, les dispositions prévues par les traités de l’Union en sont une assez bonne incarnation.

C’est d’ailleurs pourquoi les Allemands ne sautent pas de joie à l’idée d’une intégration européenne plus poussée. D’un point de vue ordo-libéral, l’Europe telle qu’elle existe suffit: une banque centrale indépendante, une inflation à 2% et des critères budgétaires dits de stabilité résument à la perfection l’espace utile réservé à l’État. Nul n’est donc besoin d’en rajouter en créant de nouvelles zones d’intégration.

On ne sera donc pas surpris que Schaüble considère comme irréaliste l’idée macronienne d’un ministre européen des finances. Dans l’esprit ordo-libéral, cette idée est même dangereuse dans la mesure où elle laisse entendre qu’il y aurait besoin, en Europe, d’une politique budgétaire plus interventionniste que la simple recherche de l’équilibre budgétaire.

En quoi Macron n’est pas ordo-libéral

En réalité, contrairement à ce qu’Édouard Philippe déclare, ni Macron ni son gouvernement ne sont et ne seront libéraux.

Certes, certains aspects de la politique annoncée recouvre les attentes des ordo-libéraux. C’est le cas des ordonnances sur le marché du travail, dont Schaüble ne cache pas qu’elles sont un préalable urgent à toute prise en compte des revendications françaises dans la “refondation de l’Europe”. Sur ce point, on peut même considérer qu’elles sont une sorte de devoir d’été imposé par les partenaires européens de la France.

Mais au-delà de ce pré-requis, Emmanuel Macron ne propose aucune réforme de structure qui l’identifierait comme ordo-libéral. En particulier, dans le domaine de la fiscalité, Emmanuel Macron n’a annoncé aucune mesure forte de baisse des prélèvements pour les particuliers qui supposerait de réexaminer sur le fond la portée des politiques publiques.

Macron ne touchera qu’à la marge le coût de la protection sociale

Là où le quinquennat Macron différera le plus (ou le mieux) de l’ordo-libéralisme, c’est dans le domaine de la protection sociale. Les contributions obligatoires à celle-ci, en France, coûtent aujourd’hui 34% du PIB. Elles font de la France la championne des dépenses sociales dans le monde industrialisé. Ce record est double: c’est aussi en France que les cotisations pesant sur les employeurs pour financer la protection sociale sont les plus élevées.

Sur ces points, Emmanuel Macron propose une mesure intéressante: la fiscalisation d’une partie des recettes. Concrètement, le projet consiste à transformer une partie des cotisations en contribution sociale généralisée.

Cette mesure est partiellement ordo-libérale, dans la mesure où elle vise à faire payer aux assurés le coût de leur protection, ce qui n’est pas le cas dans le système actuel. Aujourd’hui, en effet, ce sont les employeurs qui financent encore largement la santé de tous les Français, y compris ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise. En sollicitant le contribution sociale généralisée au lieu de la cotisation, cette absurdité est en partie corrigée.

Mais en partie seulement! car Macron n’a ni l’intention de diminuer les cotisations patronales, ni l’intention de diminuer le poids global de la protection sociale obligatoire et monopolistique dans le PIB. Il a même l’intention de faire le contraire, puisqu’il projette d’étatiser l’assurance chômage et d’en étendre le champ à des catégories non concernées aujourd’hui.

L’objectif d’Emmanuel Macron ne consiste donc pas à diminuer le poids des prélèvements, mais, à de nombreux égards, il en augmentera le volume global. Et, en violation des principes ordo-libéraux, il étendra le champ de l’intervention publique et monopolistique dans des domaines où le marché privé existe.

Schaüble face à Macron

C’est donc un profond contresens d’imaginer que le quinquennat Macron sera libéral. En réalité, il sera étatiste et technocratique. Ces caractéristiques mettent la doctrine française (au demeurant tout à fait traditionnelle et dans la continuité des politiques menées depuis trente ans) en opposition frontale à l’approche d’un Schaüble en Allemagne.

On prend peu de risque à pronostiquer qu’Angela Merkel, vraisemblablement réélue en septembre, ne bougera pas le petit doigt pour modifier le moindre traité à la demande de la France, tant que notre doctrine sera celle d’un étatisme en expansion permanente.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Exclu: la HATVP n’a pas encore vérifié les dossiers fiscaux des ministres

Temps de lecture : 1 minuteLundi, l'Élysée a prétexté une obligation de vérifier avec la HATVP (Haute Autorité pour la...

Fermer