Une sécurité sociale d’urgence pour les réfugiés en Turquie

L'Union Européenne a lancé en septembre 2016, un programme de sécurité sociale d'urgence pour les réfugiés en Turquie. 1 million de personnes en bénéficient, pour la plupart originaires de Syrie.

La Turquie accueille le plus grand nombre de réfugiés au monde. Et le programme de sécurité sociale d'urgence financé par l'Union européenne y est pour quelque chose. Il a permis à 1 million de réfugiés, en 2017, de vivre mieux.

348 millions d'euros pour la sécurité sociale d'urgence

Ce programme a été lancé par la commission européenne en septembre 2016. Il est déployé par le Programme alimentaire mondial et le Croissant-Rouge turc, en collaboration avec le gouvernement de ce pays. A ce titre, 348 millions d'euros d'aide humanitaire ont été débloqués pour les réfugiés en Turquie. Ce programme est financé au titre de la "facilité de l'Union européenne en faveur des réfugiés en Turquie", dotée de 3 milliards d'euros pour l'année 2016-2017, en réponse à l'appel lancé par le Conseil européen pour venir en aide aux réfugiés.

Une carte de paiement remise aux réfugiés

Cette aide se présente sous la forme d'une carte, appelée carte ESSN (Emergency Social Safety Net), remise aux réfugiés les plus vulnérables. Chaque mois, ils reçoivent dessus environ 30 euros par personne au sein d'un foyer. Il s'agit d'une carte de paiement qui leur permet d'acheter des biens de première nécessité à leur convenance, puisqu'ils gèrent eux-mêmes l'argent reçu. Des contrôles sur les financements sont tout de même effectués, afin de garantir que la bonne utilisation de l'argent par les réfugiés.

Il s'agit actuellement du plus grand programme humanitaire jamais adopté par l'Union européenne.

"Nous avons déjà changé la vie d'un million de personnes, ce qui est un chiffre colossal. Grâce à l'engagement et au travail de nos partenaires, l'impact du programme augmente de jour en jour. [...] Il est de notre devoir humanitaire et moral d'aider les réfugiés qui ont fui la guerre et les persécutions." (Christos Stylianides chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises)

"La vie était dure avant que nous ayons cette carte. Mais maintenant nous nous en sortons. Désormais, nous pouvons payer le loyer, les factures et acheter de la nourriture tous les mois. " (une réfugiée syrienne)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Exclu: Gautier-Sauvagnac raconte ses années UIMM

Depuis sa mise en cause par la justice en 2007, Denis Gautier-Sauvagnac s'est retiré de la vie publique. Il a...

Fermer