Soins dentaires: un pas de plus vers la soviétisation de la santé

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 26665 fois

Dans son cocktail d’idées décapantes, Marisol Touraine a annoncé, la semaine dernière, le plafonnement du prix des prothèses dentaires. L’idée ne surprend personne, puisque la technique du plafonnement tarifaire a déjà été utilisée pour les soins optiques depuis 2015. Comme les lunettes et les prothèses dentaires sont les biens médicaux que les Français ont le plus de difficulté à acquérir, il était logique et prévisible que la technique tarifaire utilisée pour l’un soit transposée à l’autre.

La question est évidemment de savoir ce qu’une ministre de la Santé dit et induit comme conséquences collectives lorsqu’elle limite autoritairement le prix d’un bien médical.

Une limitation illusoire

Il faut d’abord bien comprendre que le plafonnement tarifaire est une imposture. En réalité, Marisol Touraine a le pouvoir de plafonner le tarif des prothèses remboursées par la sécurité sociale ou par les complémentaires santé, comme elle l’a fait, par décret, avec les lunettes. Mais elle ne peut plafonner le tarif pour ceux qui décident d’acheter sans l’intervention de la sécurité sociale.

C’est l’exemple bien connu d’Audrey Pulvar, qui avait acheté des lunettes en écaille de tortue pour un montant de 3.300 euros. Pour ce genre de bien médical, le marché restera libre.

Un pas de plus vers la médecine à deux vitesses

Autrement dit, en plafonnant les tarifs, la ministre de la Santé acte l’existence d’une médecine à deux vitesses. D’un côté, on trouve les soins remboursés par la sécurité sociale qui sont plafonnés. De l’autre, on trouve les soins achetés à prix d’or par une clientèle fortunée. Dans cet ensemble, les classes moyennes disparaissent et, en réalité, l’accès aux soins de qualité est raréfié et rendu plus difficile par le plafonnement des tarifs remboursés.

Une dégradation des soins pour le plus grand nombre

En plafonnant les tarifs des prothèses dentaires, Marisol Touraine va produire un effet en trompe-l’oeil. Dans l’immédiat, les prix vont effectivement baisser. Dans la pratique, cette décision va provoquer un puissant déséquilibre sur le marché de la prothèse dentaire, puisque marché il y a. D’une part, le plafonnement va raréfier l’accès aux prothèses les plus coûteuses, qui sont généralement celles de meilleure qualité. La qualité des soins s’en ressentira. D’autre part, le plafonnement va favoriser les centres low cost au détriment des dentistes traditionnels.

Pour l’ensemble de la profession, cette mesure risque donc de se traduire par un désavantage pour les praticiens traditionnels.

L’essor prévisible des centres low cost

Contrairement à ce que Marisol Touraine laisse croire, la prothèse dentaire est un marché. Certes, il comporte de nombreuses distorsions, mais il s’agit bien d’un marché au sens classique du terme. En le réglementant de façon brutale et drastique, la ministre va le modifier en profondeur. En plafonnant les prix, elle va éliminer du marché tous ceux qui ne peuvent ajuster leurs tarifs, et elle va favoriser tous les acteurs qui jouent sur les prix pour vendre.

Sur ce point, Marisol Touraine a annoncé le déblocage de 200 millions d’euros pour aider les dentistes traditionnels, ainsi qu’une revalorisation des soins de base. Cette petite portion de beurre sur les épinards ne changera, à long terme, rien aux mutations que le plafonnement va induire: les dentistes traditionnels vont subir la concurrence de plein fouet.

Les dentistes ont pris conscience de leur destin

Les dentistes sont d’ailleurs parfaitement conscients de ce qui les attend. Voici ce qu’en disait Catherine Mojaïski, président de la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires (CNSD):

La concurrence impacte de plus en plus notre exercice quotidien. Une régulation de fait se met en place par l’implantation massive des centres low-cost, la tentation des soins à l’étranger et l’influence des réseaux de soins. Il faut inverser cette tendance par des investissements de la part de l’assurance maladie obligatoire mais aussi des complémentaires, faute de quoi on va se trouver définitivement soumis à la « loi du marché » qui fera sans doute beaucoup plus de dégâts en termes d’accès aux soins. Jusqu’ici, les mesures prises par les gouvernants n’ont été que des mesures de plafonnement dogmatiques sans réel rapport avec le coût des pratiques.

Le petit air connu du plafonnement…

La soviétisation progressive des soins en France

Marisol Touraine laissera la marque de son passage par une dégradation globale des remboursements de soins avec un maintien de cotisations santé extrêmement élevées, et sans aucune réforme majeure. Cette technique s’appelle la soviétisation de la santé: tout le monde paie le même prix artificiel, et la qualité des prestations rendues en contrepartie se dégrade continûment.

Peu à peu, la santé française ressemble à une Rolls qui se transforme en Lada.

print

A propos Éric Verhaeghe 148 Articles
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

13 commentaires sur Soins dentaires: un pas de plus vers la soviétisation de la santé

  1. Merci de tirer la sonnette d’alarme. Et vous avez raison de souligner qu’à suivre cette voie, c’est la qualité des soins dentaires dans leur globalité qui vont en souffrir.Me Touraine ne communique que sur les tarifs de prothèses ( la cour des comptes également) et oublie consciencieusement de parler de la valeur de prise en charge des soins conservateur(detartrage caries…) dont les montants sont si faibles qu’ils ne permettent meme plus de financer les plateaux technique nécessaires à leur mise en oeuvre.Lorsque le marché de la prothese dentaire aura été ouvert royalement aux centres low-cost et qu’il n ‘existera plus de dentistes libéraux, qui pourra assurer la continuité de soins de qualité? cf affaire Dentexia. Comme François Mitterand le disait en son temps d’un certain Debré, Me Touraine n’est pas bornée, c’est une borne.

  2. Bonjour, ce plafonnement des tarifs va faire des dégâts autant chez les professionnels de santé que chez les fabricants. Si la France compte des fabricants de prothèses, eux aussi feraient mieux de monter au créneau. Encore une fois des mesures sont prises pour faire baisser les montants remboursés par la sécurité sociale et les assurances (les mutuelles n’existent plus depuis un moment). Dernier problème, le client/patient qui dans 9 cas sur 10 n’a aucune idée de ce qui se trame et qui va subir le contre coup de tout ça. Acheter de la merde c’est bien c’est pas cher ça donne l’illusion qu’on a du pouvoir d’achat… Voilà c’était le commentaire de la part d’un opticien “généraliste” qui morfle tous les jours avec les lois Le Roux, Hamon etc etc

  3. les montants astronomiques des couronnes, bridges et autres implants ne peuvent pas durer éternellement, ceci d’autant plus que les machines 3D fabriquent d’excellentes prothèses, qu’à l’étranger certains tarifs sont 50% moins chers (voyages et séjours non compris) et qu’on voit poindre à l’horizon l’obligation à la sécurité sociale de revoir les tarifs de certains remboursements . . .

      • Vous n’êtes pas bien renseigné, il existe des process d’excellentissime qualité.
        Mais au fait mieux vaut avoir une prothèse à 100€ que rien du tout et la changer soi-même tous les 2 ou 3 ans que de payer 1500 €uros avec 18 séances (j’exagère un peu pour marquer le coup!)

        • Malheureusement non, ces prothèses “3D” ne sont pas d’excellente qualité (Cerec, le pseudo nec-plus-ultra, en tête… vous verriez vous même la différence si on vous faisait faire le test, c’est dire…). C’est même plutôt un argument d’ordre commercial que de santé, les professionnels le savent (sauf ceux qui ont senti le filon), mais pas les journalistes, et les gogos gobent ce qu’ils lisent sur le net.
          Et non, il ne vaut pas mieux la changer soi même tous les 2 ans… à ce compte là c’est la dent qui trinque.
          Ce serait bien de parler de ce qu’on connaît, pour changer

    • Les actes remboursés en France sont parmi les moins chers en Europe, et les dentistes perdent de l’argent sur ces actes. Ils sont donc obligés de compenser en facturant très cher les prothèses et implants. C’est la nomenclature et ses tarifs qui sont à revoir.
      Cette nomenclature fait également que la France a plus de 30 ans de retard en dentaire. La moitié des dentistes français n’ont pas d’assistante, et il n’y a pas d’hygiénistes, situation quasi unique au monde. Or les hygiénistes sont indispensables pour une politique de prévention.
      En réalité, personne ne pense à la santé publique et aux moyens d’améliorer la qualité en réduisant les coûts.

  4. Pas du tout !!!!le plafonnement des prothèses c’est enfin la reconnaissance de la Denturologie, du Technicien Dentaire Clinique , le droit enfin donné aux prothésistes dentaires de vendre directement aux consommateurs-patients leur fabrication au prix du fabricant, c’est la fin du monopole dentaire avec l’entrée du prothésiste dans les professions de santé !!! Voir notre site et son forum : http://www.assocition-denturologiste.com

  5. @ benhaim
    même pas fichu d’écrire correctement l’adresse du site alors qu’en est-il des prothèses. D’autre part, sur le site vous prétendez que les dentistes prennent un coeff multiplicateur de 4 ou 5 alors que vous ne proposez qu’une économie de 30 à 50% donc si je calcule bien:
    1 prothèse vous revient par exemple à 100€ avec votre marge. Vous la vendez au dentiste qui la facture entre 400 et 500€ (coeff 4 à 5), on va donc prendre la moyenne soit 450€. Si c’est vous qui la posez au patient, celui-ci fait 30 à 50% d’économie (on va prendre 40% de moyenne) donc vous la facturez 450€ – 40% = 270€. J’en conclue donc que vous prenez un coeff multiplicateur de 2.7 sur un produit sur lequel vous avez déjà pris votre marge.
    D’autre part les soins effectués par les dentistes (caries, etc.) n’ont pas été augmentés depuis 25 ou 30 ans donc il faut bien que le dentiste fasse une marge pour payer son matériel, son personnel, lui-même et ses charges courantes. S’il ne peut pas se rattraper sur les prothèses, il va mettre la clé sous la porte et vous, vous n’êtes pas capables d’assurer les soins; qui le fera?
    Pour info, je ne suis pas dentiste, juste une personne un peu informée qui réfléchit car si les dentistes pouvaient gagner leur vie sur les soins courants, ils n’appliqueraient pas de tels multiplicateurs sur les prothèses.

    • Bonjour,
      Il ne faut pas exagérer, les dentistes gagnent très bien leur vie.
      Ceux de ma connaissance ne se plaignent pas … et profitent de leurs gains … belles maisons, voiture, voyage et j’en passe …

  6. Je suis bien d’accord, les dentistes gagnent très bien leur vie. Par contre moi c’est fini plus jamais un dentiste Français ne me touchera. C’est du vol purement et simplement, si la sécu n’existait pas les tarifs seraient bien moindre. Pourquoi demandent -ils si nous avons une mutuelle ? Moi je me soigne à l’étranger et j’invite les gens à se joindre à moi. Le travaille est très bien effectué et le prix est incomparable. Pour ceux que ça intéressent je fourni une bonne adresse, et si vous le désirez je vous traduit bénévolement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
L’hebdo des accords collectifs en protection sociale

Chaque semaine, retrouvez sur le blog de Léo Guittet le condensé de la veille juridique effectuée par Branches Info &...

Fermer