Sondage : 65% des chefs d’entreprise soutiennent les Gilets Jaunes

Dans le dernier sondage commandé par Europe 1, on constate que plus de la moitié des chefs d’entreprise français soutiennent le mouvement des Gilets Jaunes. Mieux, ils sont les 3/4 à être mécontents de la politique française menée.

via GIPHY

Europe 1 a commandé un sondage à l’agence OpinionWay sur le soutien de la population au mouvement des Gilets Jaunes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne risque pas de plaire au sein de l’Elysée. 

De 75% d’opinion favorable à 72% de mécontentement

Ainsi, ce sondage montre que plus d’un patron sur deux, soit exactement 65% soutiennent le mouvement des Gilets Jaunes. Et ce quand bien même de nombreuses casses ont été constatées, des boutiques pillées ou que certaines enseignes voyaient leur chiffre d’affaire drastiquement diminuer à cause de la mobilisation dans la rue.

Plus précisément, ce sondage monte que tous les secteurs sont assez unanimes sur le sujet. L’industrie soutient à 75% le mouvement, 77% pour le commerce et 56% pour les services. Ils sont néanmoins moins nombreux à soutenir « tout à fait » le mouvement : 29% tout juste.

Cette confiance contraste d’ailleurs avec le fait que 28% des chefs d’entreprises affirment avoir subi les conséquences négatives des barrages routiers. Surtout, ces résultats montrent que la politique d’Emmanuel Macron ne fait plus recette auprès des entrepreneurs qui se sentent largement floués.

En mai 2017, ils étaient 75% à soutenir l’action du candidat devenu Président, en espérant un renouveau et une véritable politique en faveur des entreprises. Mais force est de constater que l’effet s’est essoufflé en moins de deux ans de présidence. Ils sont aujourd’hui 72% à être mécontents de son action. 

Pire, ils sont seulement 8% à penser que la situation économique française va s’améliorer, contre 47% qui pensent qu’elle tend à se dégrader. 

C’est donc officiel : Emmanuel Macron a réussi à se mettre une majeure partie de la population française à dos. Mais le gouvernement tendait à se cacher derrière le soutien que lui témoignaient les entreprises. Aujourd’hui, ces dernières s’érigent aussi contre la politique menée, au point de soutenir le mouvement des Gilets Jaunes, quand bien-même il y a de la casse dans les boutiques.

Et si c’était ça la vraie convergence des luttes ?

1 commentaire sur Sondage : 65% des chefs d’entreprise soutiennent les Gilets Jaunes

  1. Merci… enfin une donnée utile !!!! Plus d’un mois de troubles pour que la presse se pose enfin la bonne question . Ceux qui créent la richesse diffuse de ce pays continuent à être oubliés et méprisés par les Macron’s…. ce sont eux qui encaissent tout le poids de la bureaucratie d’Etat y compris les usines à gaz des réponses/solutions Macron à la crise des GJ, où même la ministre se perd dans ses explications …. pas étonnant avec tous ces Énarques de Bercy savoir ce qui est bon et n’ont jamais créé ni géré le moindre emploi productif de leur vie…. + dès membres de cabinets à durée de vie moyenne de 18 mois, dont la préoccupation majeure est de trouver la grosse 33boîte ou la pantoufle peinarde où ils vont aller ensuite buller au frais de l’Etat en criant bien haut de bonne foi qu’ils servent l’interet
    général !!!! Beurk!!!! Assez!!!
    Quand les événements nous échappent, feignons de les organiser, écrivait Machiavel !!! Se croire utile au destin du pays et s’attacher à rendre dépendant plus de la moitié du pays et faire semblant d’aider toujours les mêmes au nom de la redistribution… pourvou qué ça doure!!! Voir article Andre Babeau dans l’´Opinion et Institut Sapiens. Le modèle démocratique inférieur à l’heure d’internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Philippe Pihet (FO) étrille une nouvelle fois le « RAC 0 »

Après l'épisode des "gilets jaunes", l'esprit de Noël a bien du mal à s'emparer de tous les esprits. Ainsi, dans...

Fermer