Sur la politique commerciale européenne: discours de Cécilia Malmström

Cecilia Malmström

La Commissaire européenne au commerce, Cécilia Malmström, a prononcé, jeudi dernier, un discours au sommet de Bratislava sur la politique commerciale de l’Union. Je me reproduis ici, en anglais, car il éclaire de façon lumineuse les ambitions globales de la Commission, trop souvent occultées en France.

Ce discours pose évidemment la question du degré de transparence de l’Union, et singulièrement de la Commission européenne, sur la façon non seulement dont la politique commerciale est menée, mais même sur la façon dont elle est conçue. Les peuples de l’Union ont-ils une claire conscience de l’ambition globale portée par la Commission?

Tout cela n’est vraiment pas sûr.

Dans tous les cas, la Commissaire se livre à une intense promotion du traité avec le Canada, et prépare activement la signature du TTIP. N’en déplaise aux Français.

print

1 commentaire sur Sur la politique commerciale européenne: discours de Cécilia Malmström

  1. C’est un problème récurrent et particulièrement crucial. Il n’est d’ailleurs pas limité à la Commission Européenne mais concerne aujourd’hui la très grande majorité des décisions prises par nos représentants politiques ou institutionnels.
    Charge ensuite aux médias de découvrir des effets « inattendus » ou faussement pervers de ces politiques. Un des meilleurs romans consistant à promouvoir l’excuse d’incompétence ou d’impréparation de nos élites. Rien n’est plus faux bien entendu. Il s’agit simplement d’une application parfaitement maîtrisée d’un agenda qui n’est d’ailleurs caché que parce qu’il n’est pas relayé et débattu par le complexe politico-médiatique qui est chargé de le mettre en musique et d’en forcer l’acceptation de fait par les premiers concernés: nous.
    Le déficit démocratique dont soufre notre continent n’est pas seulement du à l’architecture politique qui a été imposée, mais à la volonté permanente de ne pas débattre publiquement des choix les plus fondamentaux qui président à la construction et la gestion de l’Europe, voir du monde quand on s’intéresse à des traités ou des conventions comme la COP21 ou 30, qui emportent des conséquences d’une radicalité inimaginable pour la très grande majorité des citoyens concernés, sans qu’ils en soient le moins du monde conscients. Quand enfin ils les comprendront, le corpus législatif sera si large qu’il sera impossible de le détricoter.
    Nous sommes dans la plus pure tradition de l’imposition fabienne des changements radicaux. D’ailleurs, il suffit pour le comprendre de s’attacher à deux marqueurs particulièrement clairs: la volonté par le législateur de produire (en démocratie) des textes qui rendent tout retour en arrière impossible (le sens de « l’Histoire ») et la criminalisation rampante (symbolique par l’exclusion de la sphère publique et sociale ou littéralement) de toute opposition non tutélaire.
    Evidemment, ce sont ces débats escamotés qui mobilisent de plus en plus les citoyens. Mais ils sont inaudibles, et pour un nombre croissant de dirigeants sont même devenus gênants de vouloir ainsi s’imposer dans des débats qui ne les regardent pas…
    Qui a donné mandat à nos politiques pour décider sans nous que nos nations devaient mourir sur l’autel d’une construction idéologique qui nous dépossèderait de nos droits les plus fondamentaux? Quel article de nos constitutions leur accorde le pouvoir de dissoudre nos nations? Lequel les autorise à introduire par le biais de faux débats et de fausses assertions une redistribution des richesses des uns au profit des autres dans un jeu de transferts dont les seuls gagnants sont les redistributeurs et leurs rentiers associés? Lequel les autorise à ignorer les lois qui les dérange et s’absoudre de tout contrôle indépendant par leurs mandants?

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. TAFTA: l’enfumage français contre la réalité européenne - Décider et Entreprendre
  2. l'enfumage français contre la réalité européenne - Formalités Faciles.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Harkis: les deux erreurs et l’oubli historiques coupables de François Hollande

Dans son discours d'excuse aux harkis, François Hollande a commis deux erreurs historiques qui ne seront pas passées inaperçues auprès...

Fermer