Emplois-francs : le premier échec de Muriel Pénicaud ?

8 octobre 2018 Adrien Pittore 0

Ils devaient être une réponse efficace contre le chômage et la discrimination à l’embauche. Et pourtant, d’après les premiers résultats, les emplois francs peineraient à rencontrer leur succès et à atteindre leurs objectifs. Ils avaient vu le jour sous le quinquennat Hollande avec une réussite toute contestable. Puis ils avaient largement été remis au goût du jour sous celui d’Emmanuel macron par l’intermédiaire de Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Présentés comme un moyen efficace de lutter contre le chômage, les emplois francs doivent permettre à ceux qui souffrent de « discrimination à l’embauche de remonter la file d’attente vers l’emploi ». Seulement, il semblerait que la mesure n’ait, là encore, pas rencontré le succès tant attendu… Moins de cent créations d’emplois francs Muriel Pénicaud a donc officiellement annoncé le lancement de ce projet pour le 1er avril. Ainsi, pour les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville (la Seine-Saint6Denis, Roissy Pays de France, la Métropole de Lille ou encore la métropole Aix-Marseille-Provence) inscrits à Pôle Emploi, leur embauche pour un contrat de plus de 6 mois donne droit à leur employeur à des primes exceptionnelles. Pour un temps plein : 5 000 euros par an sur 3 ans pour une embauche […]

Et pendant ce temps, le chômage montait, montait

28 septembre 2018 Eric Verhaeghe 2

Le nombre de chômeurs A, B et C vient d’atteindre un record historique. Avec près de 6 millions de demandeurs d’emplois inscrits, la France n’a jamais connu une telle situation. Cette dégradation inquiétante, qui tranche avec l’amélioration constatée chez nos voisins, tient largement à l’explosion massive du chômage chez les plus de 50 ans. Pour Emmanuel Macron, ces chiffres sont d’autant plus inquiétants que le projet de loi de finances et le projet de loi de financement de la sécurité sociale ne portent aucune mesure de nature à rompre durablement avec le marasme économique. La nouvelle n’est évidemment pas excellente pour le Président de la République, dont les tourments sont désormais bien connus des Français. Après une réforme à la hussarde du code du travail, qui avait laissé les partenaires sociaux sans voix majeure, un an plus tard, ça ne va pas vraiment mieux sur le terrain de l’emploi. Bien au contraire! des records sont atteints avec 5,66 millions de demandeurs d’emploi en catégories A, B, et C, chiffres jamais connus dans l’histoire de ce pays. Ils étaient 100.000 de moins au lendemain du second tour de la présidentielle. En l’état, l’exécutif ne peut donc se targuer d’une brillante réussite […]

Chômage et solidarité: la République en Marche prise d’une crise de hollandisme?

23 août 2018 Eric Verhaeghe 4

Curieusement, la question de la solidarité face au chômage donne l’occasion, à la République en Marche, de resserrer ses rangs autour des vieilles lunes hollandistes. Démonstration est faite, une fois de plus de la distance qui sépare la majorité parlementaire et le libéralisme. Les cadres devraient en faire les frais. La question de l’indemnisation des cadres dans l’assurance chômage est un serpent de mer qui revient à chaque renégociation de la convention qui fixe les règles de calcul des indemnités. Il se trouve toujours quelqu’un dans la salle pour dénoncer les « gros salaires » qui abuseraient du système. En l’espèce, le plafonnement des indemnités mensuelles à environ 6.000 euros suscite régulièrement des anathèmes acides et des appels au coup de rabot. En soi, cet appel n’a rien de choquant. On peut en effet se demander pourquoi des salariés qui gagnent 15.000 euros mensuels bénéficient d’un système de droit commun qui n’a pas été conçu pour eux. Toute la difficulté est de monter un raisonnement cohérent sur le sujet. Et c’est ici qu’Aurélien Taché, député du Val d’Oise et ancien de l’Unef, nous donne à voir comment la République en Marche a blanchi d’un coup de baguette magique les vieux principes moisis […]

Chômage: comment le gouvernement augmente la masse salariale de 8 milliards € annuels sans le dire

7 avril 2018 Eric Verhaeghe 1

Muriel Pénicaud a présenté vendredi son projet de loi sur le chômage aussi baptisé « projet de loi pour la liberté de choisir un nouvel avenir professionnel ». Présenté initialement en retrait par rapport aux promesses d’Emmanuel Macron, il contient en réalité de nombreux germes de déstabilisation pour les entreprises, sans qu’on ait forcément le temps de bien en imaginer les conséquences. Par exemple, les mesures sur la formation augmentent mécaniquement la masse salariale de 8 milliards par an sans que personne ne semble l’avoir vu clairement. La liberté de choisir un nouvel avenir professionnel est une expression qui sonne bien. Elle nourrit l’image très dix-neuvièmiste d’un prolétariat qui n’aurait pas pu choisir son destin et à qui l’État donnerait soudain une nouvelle chance. C’est une façon tentante de forger le mythe selon lequel l’État rebattrait les cartes que les entreprises piperaient. La posture de communication est intelligente même si, bien entendu, elle occulte totalement le rôle de l’Éducation Nationale dans la fabrique du chômage de masse aujourd’hui. Des mesures « sociales » avancées en plein conflit avec la SNCF Le dépôt de ce projet de loi était annoncé de longue date. Mais il a le bon goût de tomber dans une séquence où […]

Chômage: les professions libérales bientôt soumises à cotisations…

1 février 2018 Eric Verhaeghe 1

Les professions libérales devraient suivre de près la réforme de l’assurance chômage actuellement négociée par les partenaires sociaux. Les travailleurs indépendants risquent en effet d’être les dindons d’une farce qui pourrait leur coûter très cher… Le gros million de travailleurs indépendants relevant des professions libérales (soit un bon tiers des travailleurs indépendants totaux) a du souci à se faire. Selon toute vraisemblance, la réforme de l’assurance chômage que les partenaires sociaux négocient devrait déboucher sur leur assujettissement à un régime spécifique, conformément à la promesse d’Emmanuel Macron. Les professions libérales au coeur de la tourmente chômage Dans l’idée émise par Emmanuel Macron pendant la campagne électorale d’étendre l’assurance chômage aux entrepreneurs et indépendants, les professions libérales tiennent une place toute particulière. En effet, si certaines d’entre elles ne peuvent se revendiquer d’une appartenance au monde de l’entreprise (notamment dans les professions médicales), la plupart des autres devraient être concernées par la mesure. On pense ici tout particulièrement aux experts-comptables, aux architectes, aux agents d’assurance. Tout ce petit monde est régulièrement employeur d’au moins un salarié et ressort bien de ce qu’on appelle couramment une entreprise. On voit mal comment ces personnes échapperaient à la réforme. Une discussion déjà actée? Même […]

Le MEDEF dans le piège mortel du chômage pour les démissionnaires

29 janvier 2018 Eric Verhaeghe 1

Le MEDEF devrait accepter la mise en place d’une indemnisation chômage pour les salariés démissionnaires, promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Cette mesure constitue une défaite idéologique historique pour les entreprises. Son coût global pour la rationalité économique sera sans commune mesure, d’autant que les entreprises n’en retireront aucune contrepartie. Selon toute vraisemblance, un accord sur l’assurance chômage devrait être signé dans les prochaines semaines. Il prévoira sans doute la possibilité pour les salariés qui démissionnent avec un projet professionnel construit de percevoir une indemnité chômage pendant une durée de plusieurs mois. Pour les partenaires sociaux, cette formule devrait remplacer l’improbable Congé Individuel de Formation (CIF), qui permet de financer des projets professionnels par une intervention des fonds de la formation professionnelle. Les dégâts seront donc limités par rapport aux idées initiales d’Emmanuel Macron. Faut-il pour autant s’en réjouir? Le chômage des démissionnaires ou l’enjeu historique des entreprises Encore aujourd’hui, dans la construction marxiste et post-marxiste de la société, le patron est celui qui licencie ses salariés pour augmenter ses profits. On connaît tous la thématique des licenciements boursiers, agitée à chaque plan de licenciement collectif dans une entreprise bénéficiaire: le licenciement est l’arme suprême entre les mains du patron pour […]

Être chômeur à l’étranger : l’Etat peut limiter l’indemnisation à 3 mois

8 décembre 2017 Leo Guittet 0

Être chômeur indemnisé et vivre à l’étranger, c’est possible, mais pas éternellement. L’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient d’ailleurs de rendre un avis intéressant sur le sujet. L’avocat général s’est prononcé dans le cadre d’une affaire néerlandaise. Il s’agit d’un ressortissant chômeur et indemnisé par les services des Pays-Bas alors en recherche d’emploi en Suisse. Mais, à l’issue d’une période de 3 mois d’indemnisation qui est le minimum prévu par le droit européen (le maximum étant 6 mois), la prolongation du bénéfice des allocations chômage lui a été retiré. De contestation en contestation, l’affaire s’est retrouvée devant la CJUE avec une question simple : le règlement européen permet-il aux Etats membres de partir du principe que le délai d’indemnisation d’un chômeur au-delà de 3 mois n’a pas à être prolongé, sauf si les chances de retrouver un emploi sont démontrées ? L’avocat général pense que oui et justifie son propos. L’Etat membre peut refuser par principe de prolonger l’indemnité du chômeur L’avocat général de la CJUE indique que le législateur européen permet aux Etats membres de définir eux-mêmes les modalités d’octroi, ou non, d’un délai supplémentaire d’indemnité pour chaque ressortissant chômeur vivant à l’étranger. […]

Toucher le chômage suite à une démission, c’est déjà possible !

6 décembre 2017 Charlotte Charlier 0

Après un focus sur la notion du projet professionnel en cas de démission, D&E propose de s’intéresser à la faculté qui existe déjà de toucher le chômage sous certaines conditions. Pour cela, il faut pouvoir justifier d’une démission légitime. Plus de la moitié des départs d’entreprise correspondent à une démission. Et il est possible de toucher le chômage, si la démission est jugée légitime. Dans ce cas, il faut invoquer des raisons professionnelles, relatives à la vie privée du salarié, ou justifier d’un contrat aidé. Le point sur ces conditions. La démission pour raisons professionnelles Démissionner d’une entreprise pour des raisons professionnelles, c’est possible quand le salarié fait face à des problèmes condamnables en justice. C’est le cas pour un non-paiement de salaires, que le salarié doit justifier d’une ordonnance de référé. Il s’agit là d’une faute de l’employeur qualifiée comme grave. Autre possibilité, si le salarié déclare avoir été victime d’un acte susceptible de relever du délit lors de l’exécution de son contrat de travail. Là encore, la justice doit intervenir avant la démission, puisque le salarié doit justifier d’une plainte déposée au procureur. Si le salarié décide de quitter un CDI pour un autre CDI, mais que l’employeur de la […]

Seulement 2 chômeurs sur 10 dans le monde bénéficient d’aides effectives

30 novembre 2017 Adrien Pittore 0

Nous vous parlions précédemment du nombre important d’enfants sans protection sociale dans le monde. Alors qu’une hausse du nombre de chômeurs dans le monde a eu lieu parallèlement à l’instauration de politiques d’austérité, le rapport mondial sur la protection sociale de l’OIT montre que moins de 40% de la population mondiale possède un couverture chômage, et que 2 chômeurs sur 10 bénéficient d’aides effectives. En France, les débats font rage pour savoir s’il faut indemniser ou non les démissionnaires, au risque de voir la mesure être victime de son succès. De son côté, le rapport mondial sur la protection sociale montre que moins de la moitié de la population mondiale bénéficie d’une couverture chômage. Les chômeurs, grands laissés pour compte ? En janvier dernier, l’OIT prévoyait déjà une hausse importante du nombre de chômeurs dans le monde du fait. Cette estimation faisait part d’une augmentation de 3,4 millions en 2017, ce qui placerait le taux de chômage mondial à 5,8% de la population active mondiale. De la même manière, l’OIT estime que seulement 38,6% de la population active mondiale est couverte par des prestations de protections contre le chômage. Là où le bât blesse, c’est quand on prend en compte […]

Faut-il obliger les entreprises à embaucher plus de personnes en situation de handicap?

14 novembre 2017 Charlotte Charlier 0

La 21e semaine européenne pour l’emploi et du handicap est l’occasion de constater une amélioration dans l’embauche des personnes handicapées. Mais cette amélioration  s’accompagne d’une augmentation du nombre de chômeurs… L’emploi des travailleurs handicapés est à l’honneur du 13 au 19 novembre, à l’occasion de la 21e semaine pour l’emploi des personnes handicapées. Le constat est amer puisque le nombre de personnes handicapées au chômage est au plus haut. Le passage du taux d’emploi obligatoire à 9% proposé par un syndicat de salariés L’obligation d’emploi de 6% de personnes en situation de handicap pour les entreprises privées de plus de 20 salariés instaurée en 1987 ne suffit pas. En effet, Sophie Cluzel la secrétaire d’Etat chargée des perosnnes handicapées, constate que les entreprises ne font plus d’efforts une fois la barre des 6% franchie. La CFE-CGC (Confédération française de l’encadrement – Confédération générale des cadres) préconise le passage à 9% du taux d’emploi légal, afin d’être plus en phase avec la société. L’embauche de travailleurs handicapés dans les entreprises privées est de 3,4% et de 5,3% dans le public. Sophie Cluzel a plusieurs idées en tête, notamment la mise en place d’une cotisation universelle basée sur la masse salariale, pour pallier l’absence d’handicapés […]

1 2 3 4