Pour sauver l’Europe, Juncker le ringard doit démissionner

2 juillet 2017 Redaction 0

Jean-Claude Juncker vient d’inaugurer la présidence estonienne en se vantant de ne pas posséder de smartphone. Une lacune qui pose un sérieux problème pour affronter la puissance des GAFA. Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne, vient d’avouer combien il était ringard en inaugurant la présidence estonienne, seul pays full-web de l’Union. Il a confessé ne pas posséder de smartphone. Juncker le ringard Si l’information est anecdotique, elle pose quand même un vrai problème d’adaptation aux fonctions. Comment un Président de commission peut-il comprendre les défis du siècle qui vient en ne maîtrisant pas les technologies de base qui font l’économie au jour le jour? Alors que la Commission vient d’infliger une sanction record de 2,4 milliards € à Google, on s’étonnera quand même de découvrir que le président de l’autorité qui inflige ladite sanction soit aussi « débutant » vis-à-vis des technologies déployées par Google. Sur le fond, il est temps que l’Europe s’interroge sur son absence de stratégie en matière de numérique. On comprend mieux ce vide: ses dirigeants ne s’intéressent pas à la question et laissent toute latitude aux GAFA pour prendre le pouvoir sur le continent. Symboliquement, une démission de Jean-Claude Juncker serait un signal fort d’une volonté […]

Ce que l’Allemagne a gagné avec Juncker

1 novembre 2015 Eric Verhaeghe 1

Jean-Claude Juncker fête sa première année à la tête de la Commission Européenne. Rétrospectivement, son mandat semblé déjà très chahuté, mais il a tenu une promesse: la défense des intérêts allemands dans une période complexe où l’appétence pour l’Europe se tarit à vue d’oeil. Juncker et Merkel Rappelons, s’il le fallait, que Jean-Claude Juncker était le candidat d’Angela Merkel, mais certainement pas celui de la Grande-Bretagne. Son élection s’est d’ailleurs faite, le 27 juin 2014, à la majorité qualifiée. David Cameron ne trouvait alors pas de mot assez dur pour dire tout le mal qu’il pensait du personnage: « Cela risque d’affaiblir les gouvernements nationaux. Je pense que les intérêts nationaux britanniques sont de réformer l’UE, d’organiser un référendum sur cette réforme de l’UE et de recommander notre maintien au sein d’une Union réformée. Est-ce que c’est devenu plus difficile à obtenir ? Oui. » SI l’élection de Juncker a donné le signal du referendum britannique, il a aussi constitué un atout important pour Angela Merkel. Celle-ci avait un temps caressé le projet d’installer Martin Schulz dans la fonction. Mais un président allemand de la Commission aurait pu dévoiler de façon excessive la prépondérance germanique en Europe. Accessoirement, la chancelière aurait nourri la […]