Brexit: le comique vire au tragique

18 mai 2016 Jean-Marc Boyer 0

Boris Johnson (l’ex maire de Londres) compare élégamment le chemin suivi par l’Europe (continentale dans l’esprit des Anglais) à ceux d’Hitler et de Napoléon. Ce dernier reste présent en creux à Londres (Trafalgar, Waterloo, bonnets de la garde, St Helen’s, …même le nouveau maire vient de l’Empire plutôt que du continent) et plus généralement chez les Anglais (pour exiger d’un enfant qu’il dorme, on le menace d’un « Bonnie will come ». Bonnie=Bonaparte). Des interventions contre-productives Les prises de paroles se sont multipliées dans le monde pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne, qui peuvent s’avérer nuisibles: –          Le FMI, Christine Lagarde étant contestable (Grèce, affaire Tapie,…) ; –          Le locataire de l’Elysée, plus discrédité dans son pays que Dilma Rousseff au Brésil ; –          Angela Merkel, qui a brouillé son image désormais bipolaire (dame de fer avec la dette grecque, fille de pasteur avec les migrants); –          La Banque Centrale d’Angleterre, qui s’exprime politiquement, ce qui viole son statut ; –          David Cameron, dont l’image sur le blanchiment d’argent a été terni (Panama Papers et son père, critique du Nigéria avec la conférence “anti money laundering” dans la City, capitale de l “essorage” de fonds) ; –          Les Travaillistes, historiquement plus pro-européens, qui n’ont pas envie de […]