Taxe d’habitation: une récompense pour les moins vertueux

La suppression de la taxe d’habitation pour 80% des Français est présentée comme une réforme majeure par le gouvernement. Pourtant, elle pose de nombreux problèmes. Entre autres, elle va récompenser les communes qui ont le plus augmenté la fiscalité locale en figeant leurs recettes. Macron envoie ici un signal positif aux moins vertueux. 

Nous présentons ci-contre le taux de taxe d’habitation appliqués dans les 20 plus grandes villes françaises. De 13,38% à Paris jusqu’à 33,55% à Lille, on mesure tout suite l’ampleur des distorsions géographiques. 

En transformant le produit de la taxe d’habitation en dotation de l’État, le gouvernement va donc figer d’importantes disparités de traitement. Toutes les villes qui ont fortement augmenté les taux ces dernières années pour financer leurs dépenses somptuaires ou leurs équipements mégalomaniaques vont tirer le gros lot avec la réforme Macron: c’est le contribuable français qui va désormais financer les lubies des élus locaux. 

On notera que le contribuable parisien sera une fois de plus le grand perdant de l’opération. Il devra par exemple cotiser pour financer les dysfonctionnements de l’administration municipale marseillaise. On pourra donc savourer avec plaisir les images des rats courant dans les rues autour du Vieux-Port parce que les poubelles ne sont plus ramassées. On ne manquera pas non plus de comptabiliser les heures non faites par les syndiqués de FO dans la ville de Jean-Claude Gaudin: toutes ces errances seront désormais financées par tous ces horribles Parisiens qui ont eu le mauvais goût de ne pas augmenter inconsidérément leurs impôts. 

75056

  2 254 262   

PARIS

  13,38   

13055

  864 323   

MARSEILLE

  28,56   

69123

  509 233   

LYON

  22,15   

31555

  466 219   

TOULOUSE

  18,25   

6088

  346 251   

NICE

  21,10   

44109

  300 614   

NANTES

  24,04   

67482

  280 114   

STRASBOURG

  25,40   

34172

  276 054   

MONTPELLIER

  22,49   

33063

  247 688   

BORDEAUX

  24,13   

59350

  238 003   

LILLE

  33,55   

35238

  217 309   

RENNES

  21,99   

51454

  186 505   

REIMS

  20,75   

42218

  174 985   

SAINT ETIENNE

  20,16   

76351

  174 728   

LE HAVRE

  19,84   

83137

  165 862   

TOULON

  19,35   

38185

  162 780   

GRENOBLE

  21,52   

21231

  157 182   

DIJON

  23,89   

49007

  154 463   

ANGERS

  17,70   

30189

  154 013   

NIMES

  29,33   

69266

  148 832   

VILLEURBANNE

  21,50   

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Budget 2018: le point sur le débat

Le budget 2018 s'annonce curieusement compliqué à faire passer. Voici un résumé et un journal des débats à l'Assemblée Nationale....

Fermer