Terra Nova veut réglementer les complémentaires santé

Terra Nova, le think tank proche du Parti Socialiste, vient de produire une note sur la complémentaire santé qui ne manquera pas de faire frémir les professionnels du secteur. Alors que ce think tank est plutôt habitué aux démarches « libérales », il a commis cette fois un document extrêmement étatiste qui en dit long sur les modifications réglementaires susceptibles d’intervenir après une éventuelle réélection de François Hollande.

Réglementer le management du risque

Assez curieusement, sous couvert d’assurer la promotion des complémentaires santé et de leurs vertus, la note n’en propose pas moins d’encadrer fortement leur activité en soumettant la gestion et la réduction du risque à des critères très drastiques. On lira en particulier:

Dans cette perspective, l’élaboration de principes directeurs applicables à l’ensemble des contrats de couverture complémentaire santé conserve un indéniable intérêt. D’autres pourraient néanmoins être proposés : – Sur la souscription : pas d’âge maximal d’adhésion ; pas de refus de souscription selon l’état de santé ; transparence absolue sur les modalités de prise en charge ; – Sur les garanties : remboursement et incitation régulière à réaliser un bilan de santé ; atteinte d’objectifs de santé publique ; incitation au respect du parcours de soin ; – Sur le financement : écart de un à trois entre la cotisation la plus basse et la plus élevée ; pas de tarification selon l’état de santé ; limites tarifaires, âge par âge ; intégration de la rémunération dans le calcul des cotisations ; – Sur les engagements de service : « zéro sans solution » (accompagnement de l’assuré dans le système de santé) ; – Sur les obligations d’information : transparence dans l’utilisation des données personnelles de santé, sur les coûts de gestion ; répartition analytique de la cotisation.

Ces propositions reviennent ni plus ni moins qu’à appliquer une réglementation obsolète sur les tarifs, et à encadrer strictement un secteur déjà très réglementé.

Le fétichisme de la cotisation proportionnelle au salaire

Dans ces propositions, on retrouve notamment l’idée très fétichiste, à gauche, d’une cotisation santé proportionnelle au salaire, dont l’équité laisse rêveur. En effet, cette proportionnalité, qui s’ajoute à la proportionnalité déjà forte pour le régime de base, constitue une sérieuse entrave à la réduction du risque dans les populations qui cotisent le moins à la santé. Parallèlement, elle revient à introduire une modulation discrète dans le prix du médicament.

L’entrée d’un gouvernement futur dans cette logique tarifaire pourrait se révéler redoutable, dans la mesure où elle empêcherait, au demeurant, une tarification simple et au juste prix.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La procédure de désignation soumise à une « publicité adéquate »

Comme BI&T l'évoquait dernièrement, la Cour de cassation s'est prononcée sur la procédure de désignation d'un organisme assureur. Si la...

Fermer