Tiens, le gouvernement revalorise l’indemnité légale de licenciement

Cela ressemble fort à un geste calculé du gouvernement alors que la bataille contre les ordonnances travail fait rage : l’indemnité légale de licenciement vient d’être revue à la hausse. Un décret datant d’hier vient de paraître au Journal officiel à ce sujet.

Ce geste qui, on s’en doute, n’est pas désintéressé, est tout de même important. Le décret modifie plusieurs dispositions réglementaires relatives au calcul de l’indemnité de licenciement.

Le calcul de l’indemnité de licenciement reprécisé pour les années non pleines

L’article R. 1234-1 du code du travail est complété par une phrase importante : « En cas d’année incomplète, l’indemnité est calculée proportionnellement au nombre de mois complets ». Cette précision paraît anodine mais elle uniformise le mode de calcul de l’indemnité de licenciement en cas d’année incomplète au sein d’une entreprise. 

 

Le calcul plus favorable de l’indemnité légale de licenciement

Le décret révise aussi l’article R. 1234-2 du code du travail relatif au calcul minimum de l’indemnité légale de licenciement. Précédemment, le montant minimum était de 1/5e de mois de salaire par année d’ancienneté, plus 2/15e de mois de salaire par année d’ancienneté supplémentaire au-delà de 10 ans d’ancienneté. Un salarié n’ayant que 10 ans d’ancienneté pouvait donc toucher au minimum 2 mois de salaires. 

Maintenant, le nouveau calcul est d’1/4 de mois de salaire par année d’ancienneté jusqu’à 10 ans d’ancienneté. Puis 2/3 de mois de salaire par année supplémentaire au-delà de 10 ans. Ce mode de calcul est un peu plus favorable : un salarié qui aurait maintenant 10 ans d’ancienneté recevra au minimum 2 mois et demi de salaire. 

Mais c’est surtout le calcul de l’indemnité au-delà de 10 ans d’ancienneté qui est vraiment plus élevé en passant de 2/15e de mois de salaire par année à 2/3 de mois de salaire ! 

L’autre modification substantielle est celle de l’article R. 1234-4 du code du travail. Cet article est relatif au salaire à prendre en considération pour calculer l’indemnité de licenciement selon deux formules. La première formule qui était « le douzième de la rémunération des douze derniers mois précédant le licenciement » est changée. Elle devient « la moyenne mensuelle des douze derniers mois précédant le licenciement, ou lorsque la durée de service du salarié est inférieure à douze mois, la moyenne mensuelle de la rémunération de l’ensemble des mois précédant le licenciement ». 

Cela rééquilibre le calcul de l’indemnité de licenciement pour les salariés dont la durée de travail dans leur entreprise est inférieure à douze mois. Auparavant, le salaire pris en compte était divisé par douze, même pour les salariés qui étaient présents depuis moins d’un an, le gouvernement remédie donc utilement à cette incohérence. On saluera le timing de tous ces changements qui jouera, peut-être, en faveur du gouvernement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La précarité de l’emploi ne pousse pas à la dépression

Un document de la DARES analyse l'impact des changements organisationnels sur le risque dépressif des salariés. Il permet de souligner...

Fermer