Toba, un vélo qui mine des cryptomonnaies lorsque l’on roule avec

La société britannique 50Cycles a développé le Toba, un vélo électrique qui mine des cryptomonnaie lorsque l’on roule avec. Date de sortie : septembre 2018.

Comment joindre l’utile à l’agréable ? La société britannique 50cycles a développé le premier vélo électrique capable de miner des cryptomonnaies. Le tout à la force des jambes.

Environ 15€ pour 1 000 kilomètres

Pour le PDG de 50cycles, le développement de Toba, ce vélo mineur de cryptomonnaies, s’inscrit dans la course à la technologie que poursuit l’entreprise depuis 2003, date de la sortie de leur premier vélo électrique.

Nous avons toujours été avant-gardistes en adoptant les dernières technologies pour nos produits. Il y a 15 ans, nous avons vu le potentiel des vélos électriques au Japon, aujourd’hui, nous voyons l’avenir dans la technologie blockchain et les crypto-monnaies. C’est aussi une façon de récompenser nos clients utilisant un moyen de transport écologique. 

Ainsi, le Toba est connecté à une application mobile. Et comme une application classique de sport, il est possible de suivre sur smartphone ses performances. Seulement, ces dernières ne sont plus seulement sportives. Le cycliste connecté gagne ainsi environ 15€ tout les 1 000 kilomètres parcourus.

Cette somme est alors disponible en LoyalCoin, une cryptomonnaie échangeable contre des bons d’achat utilisables chez 50cycles ou contre des cryptomonnaies plus classiques comme le Bitcoin. Avec ce système, l’entreprise veut développer « une nouvelle économie de dévaluation afin de créer de bons usages qui récompensent ceux qui participent à l’amélioration de la société. »

Un sacré coup marketing. Le Toba sera disponible à la vente en septembre prochain. Mais pour l’instant, le prix de vente n’a pas été communiqué. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
France : Le salafisme… Bientôt considéré comme une secte ?

Lundi 9 juillet, dans le but de lutter contre le salafisme, M. Bernard CAZEAU, (LREM), président de la commission d'enquête...

Fermer