Travail, protection sociale: Macron reconstitue les ligues dissoutes!

Peu à peu, les organisations ministérielles prennent forme.. de ligues dissoutes en voie de reconstitution. C’est particulièrement vrai dans le domaine du travail et de la protection sociale. En voici les aspects les plus saillants.

À l’Élysée, le retour de Pierre-André Imbert

Le conseiller social de l’Élysée devrait être Pierre-André Imbert, qui fut, en son jeune temps, collaborateur parlementaire d’Henri Emmanuelli. Récupéré par Xavier Lacoste chez Altedia et embarqué par Raymond Soubie dans l’aventure Alixio, Pierre-André Imbert a glissé, en 2012, dans les cabinets de gauche. Il fut conseiller restructurations de Michel Sapin alors au ministère du Travail, avant de prendre du galon et de devenir directeur de cabinet de Myriam El-Khomri.

La paternité de la loi éponyme peut donc lui être en partie attribuée…

On notera que, lorsqu’il était consultant, Pierre-André Imbert a essentiellement travaillé pour les grandes entreprises.

À Matignon, la forteresse des traditionalistes

De son côté, Édouard Philippe s’est doté d’une task force sociale qui laisse présager, là aussi, le retour à la doctrine ancienne.

Son directeur adjoint de cabinet sera Thomas Fatome, énarque, ancien directeur de cabinet de Laurent Wauquiez, devenu, en 2011, directeur de la sécurité sociale. Cette nomination n’a pas gêné la gauche puisqu’il est resté en poste jusqu’en 2017! Il y a notamment mené à bien le chantier de la PUMA. Fatome appartient à la droite ligne étatiste de la sécurité sociale et de l’admiration béate pour son monopole. Les partisans de la libre concurrence s’en méfieront donc largement.

Le conseiller social du Premier Ministre sera Franck Morel, ancien conseiller social des ministres du travail sous la droite, passé ensuite au cabinet Barthélémy, ne devrait pas porter une ligne plus ouverte. Franck Morel appartient à cette technostructure d’État qui n’aime la concurrence que lorsqu’elle n’est pas émiettée. Là encore, l’intéressé connaît essentiellement les grandes entreprises.

Au Travail, le capitalisme de connivence triomphe

Muriel Pénicaud, ancienne du cabinet Aubry passée par la DRH de grandes entreprises, vient de recruter Antoine Foucher comme directeur de cabinet. Directeur des relations sociales de Schneider, Foucher fut pendant deux ans le directeur des relations sociales du MEDEF. Il a quitté cette maison en partie à cause de la pression des « conservateurs » peu amateurs de ses amitiés avec la CFDT. Foucher est anciennement administrateur du Sénat.

L’équipe du Travail devrait donc être là encore marquée par une vision « grandes entreprises » avec de nombreuses passerelles entre la fonction publique et les postes de salariés à la tête de grandes unités.

À la Santé, l’arrivée d’un paritaire

Enfin, Agnès Buzyn s’est dotée d’un directeur de cabinet qui comprend la protection sociale: Gilles de Margerie, inspecteur général des finances et jusqu’alors directeur général adjoint d’Humanis. Elle bénéficiera donc des conseils éclairés d’un bon connaisseur… du paritarisme. Là encore, on retrouve une « marque de fabrique » de l’équipe Macron qui n’est décidément pas très portée sur le libéralisme ni sur la libre concurrence.

Les ligues dissoutes ont une ligne essentiellement étatiste

Cet ensemble devrait porter une ligne attachée à une économie administrée, avec de nombreuses barrières à l’entrée pour les petits acteurs du marché. Loin du renouveau, on assiste donc à une continuité profonde, défavorable à l’esprit d’entreprise et très proche du capitalisme de connivence qui domine l’économie française.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
L’impossible suppression du Régime de Retraite des Parlementaires, par Frédéric Buffin

Frédéric Buffin a dirigé la Caisse de Retraite de la SNCF. Il tient un blog. Dans le cadre du programme...

Fermer