Trump: la vidéo du “je lui attrape la chatte”

Temps de lecture : 1 minute

Cet article a été lu 2595 fois

Donal Trump a fait scandale en tenant des propos, dans une conversation privée de 2005, extrêmement dominateurs sur les femmes. Tout le monde en a parlé, mais l’original n’a pas forcément circuler. En réalité, les propos du candidat républicain sont beaucoup plus directs et crus que ce que la presse française en a rapportés:

On notera avec amusement (et sidération) que Trump a pu se laisser piéger comme un bleu en tenant des propos de fanfarons sur son rapport brutal aux femmes.

Les excuses de Trump

Le coup porté par ceux qui ont dévoilé cet enregistrement à quelques jours des élections est évidemment terrible. La riposte de Trump, avec son spot d’excuses, ne manque elle-même pas de piquant:

“Je ne suis probablement pas quelqu’un de parfait”. On peine à imaginer un candidat à la présidentielle, en France, tenant de tels propos… On regrette presque que Dominique Strauss-Khan ne se soit pas présenté au scrutin. Il nous aurait donné l’occasion de voir quelle forme aurait prise la gestion de crise dans notre pays.

Quelles chances Trump a-t-il encore de gagner?

Désormais, les medias américains ne parient pas cher sur les chances de victoire de Trump, ni sur celles des Républicains au Sénat. Cette désagrégation des Républicains dans les sondages explique largement les appels au retrait dont Trump est l’objet dans son propre camp.

Selon une infographie du New York Times, Hillary Clinton est donnée gagnée à 2 contre 1. Quant aux électeurs, 83% pensent que c’est Hillary Clinton qui gagnera.

Jusqu’au bout, Trump aura donc été le candidat donné perdant et rejeté par l’establishment américain. Reste à voir quel sera le sort que le peuple américain lui réservera.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Soviétisation de la santé: le cas des greffes de la main

La santé, en France, est en voie de soviétisation, c'est-à-dire dans une phase de dégradation de la qualité des soins...

Fermer