Un pension gap de 7.300€ en France

Le pension gap est la somme qu’il faut verser chaque année, durant sa période d’activité, pour bénéficier, durant sa retraite, d’un revenu de remplacement égal à 70% de ses revenus d’activité. L’assureur Aviva s’est livré à une étude européenne sur le sujet. Les résultats ne manquent pas d’intérêt.

Tous les pays européens frappés par le pension gap

Premier point: aucun pays européen n’échappe à ce « pension gap », c’est-à-dire à cette chute de revenus au moment du départ à la retraite.

Au Royaume-Uni, le pension gap moyen est de 10.300 livres, soit un peu plus de 12.000€. Autrement dit, il faudrait que chaque Britannique épargne chaque année 12.000€ durant sa vie active pour compléter sa retraite afin qu’elle atteigne 70% de ses revenus gagnés durant la période d’activité.

En France, ce pension gap est légèrement inférieur à 8.000€.

Ces chiffres illustrent la dégradation naturelle du taux de remplacement des revenus à la retraite du fait du vieillissement de la population.

Des effets macroéconomiques puissants

Pour mieux mesurer l’impact de ces chiffres, une compréhension macroéconomique n’est inutile. Selon Aviva, il faudrait que le Royaume-Uni dégage une épargne annuelle globale de 380 millions€, l’Allemagne de 470 millions€ et la France de 245 millions€ pour amener sa population à un taux de remplacement des revenus à la retraite de 70%.

Tout la question est évidemment de savoir si cette augmentation de l’épargne doit passer par des choix politiques ou des choix individuels. On sait qu’en France il existe une préférence pour l’action politique collective, alors que les choix individuels sont beaucoup plus appréciés dans le monde anglo-saxon. Il n’en reste pas moins que ce pension gap concerne d’abord des personnes dont les revenus sont très supérieurs à la moyenne. Les laisser libres de se débrouiller n’est donc pas absurde, moyennant un éventuel geste fiscal sur leurs versements.

print

A propos Éric Verhaeghe 148 Articles
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Vers une faillite systémique de la Deutsche Bank?

Si la Deutsche Bank entraînait l'économie mondiale dans un nouveau désastre, nous pourrions en rire (jaune), car il s'agirait bien...

Fermer