Volte Facebook à la Bourse de New York !

Facebook : résultats décevants, prévisions décevantes, polémiques et scandales… L’action Facebook cotée à la Bourse de New York, plongeait à l’ouverture de ce jeudi à Wall Street de plus de 100 Mds $ de capitalisation boursière. Forte d’un résultat de 23,3% depuis début 2018, l’action avait grimpé mercredi à un niveau inédit, atteignant 217,50$ avant de dévisser à 177,61$ vers 13H50 GMT.

Facebook perd 115 Mds $ de capitalisation boursière !

(Petit rappel de ce qu’on appelle la capitalisation boursière : c’est le nombre de titres émis sur le marché multiplié par son prix, à l’instant T)

Depuis plusieurs mois, les polémiques et les scandales occupent les esprits. Une ambiance qui prive investisseurs et analystes financiers de sérénité.

Même si le nombre d’utilisateurs mensuels actifs de Facebook s’affichait au 30 juin en hausse de 11% sur un an à 2,23 milliards, et que son chiffre d’affaires a sur la période progressé de 42% à 13,2 milliards, les observateurs s’attendaient à mieux.

Coup de bambou pour les boursicoteurs, le ralentissement de la croissance et la hausse des dépenses vont se poursuivre dans les mois qui viennent. Il n’en fallait pas plus pour provoquer un effet boule de neige !

Malgré tout, Facebook incite toujours ses clients à acheter le titre mais le groupe a réduit ses objectif de prix à 12 mois de 225 à 205 dollars l’action.

Un ralentissement annoncé pour Facebook ?

La chute du cours a été entraînée par les commentaires de la direction qui a toujours adopté une posture très prudente sur le ralentissement de la croissance du chiffre d’affaires après un trimestre au cours duquel l’entreprise a, pour la première fois ,(depuis son entrée en Bourse) déçu en matière de revenus publicitaires.

Goldman Sachs

Investissements sécuritaires en hausse !

Après les nombreux scandales, le réseau social a connu une nouvelle baisse du nombre d’utilisateurs, mais aussi de son chiffre d’affaires au deuxième trimestre de cette année.

C’est une année cruciale. Nous investissons tellement dans nos systèmes de sécurité que cela va commencer à avoir un effet sur notre rentabilité, nous commençons à le voir ce trimestre, notamment par la mise en œuvre du Règlement général de protection des données (RGPD) qui renforce les droits des usagers, entré en vigueur en mai dans lUnion européenne.

Mark Zukerberg

Facebook cherche la bonne solution contre les fake news

Facebook tente en effet par tous les moyens de redorer son image et ne regarde pas à la dépense en particulier depuis le scandale retentissant autour de Cambridge Analytica. Cette firme britannique d’analyse de données avait récupéré des informations sur des dizaines de millions d’utilisateurs du réseau social sans leur consentement, avant de travailler pour la campagne présidentielle du républicain Donald Trump en 2016.

Ce scandale où les ingérences étrangères dans les élections valent à Facebook plaintes et enquêtes dans le monde entier et M. Zuckerberg a dû s’expliquer longuement devant les parlementaires états-uniens et européens. La dernière polémique en date remonte à quelques jours : M. Zuckerberg s’est fait violemment critiquer pour son refus de bannir les négationnistes du réseau social.

Résultat des milliers d’utilisateurs vont voir ailleurs !

Et vous, qu’allez-vous faire ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Les hélicoptères militaires français volent au tiers !

Le sénateur d'Ille-et-Vilaine, Dominique de Legge, a présenté récemment les résultats de la commission sénatoriale sur la disponibilité des hélicoptères du ministère des armées. Selon son rapport sur...

Fermer